Wolfgang, Yes I love Crochet !

L’art de bidouiller est sans limite ! Plus que bidouilleuse, mon père m’a toujours qualifié de “pluxineuse”. Ne cherchez pas dans le dictionnaire, vous ne trouvez sans doute pas d’entrée à ce mot. Les origines picardes fournissent toujours des pépites et ce mot en est une ! L’art de pluxiner, c’est l’Art de trier, décortiquer, enlever le gras dans le jambon, chipoter, bref même si pour moi ça ne s’applique pas au niveau alimentaire, pour tout ce qui est bout de carton, bout de fil, crayon, peinture, on est en plein dedans !
Le tricot, check, la couture, check, le ponçage-peinturage-cloutage, check !… oui mais voilà mon esprit turbinait toujours !
Pour mon hivernal anniversaire, mes chères copines de galère du fil m’avaient offert une initiation au Crochet ! J’avais bien essayé de débuter toute seule (et avec l’aide précieuse du Duc), mais j’avais découvert uniquement les points de base. Rien de concret, pas de projet ! Il aura fallu deux expertes The BraininJane et Clelola pour me faire remonter la pente !
Ce cours d’initiation avait porté sur la réalisation des points de base tout d’abord, et la réalisation d’un dessous de tasse. Un cercle, de la maille serrée, du point écrevisse, c’était très instructif et pas trop trop effrayant.
J’avais gardé ces techniques dans un coin de ma tête, mais le tricot avait repris le dessus…. jusqu’à ce que je tombe en amour devant Wolfgang.

Le Duc a bien tenté de rivaliser, avec sa moustache et ses oreilles, mais Wolfgang remporte tous les suffrages, il est en coton !
C’est en parcourant le livre, chez ma copine Clelola, Tendre Crochet par Tournicote…à cloche-pied que je l’ai rencontré.
Niveau difficulté, Wolfgang n’est pas trop exigeant : maille en l’air, maille serrée et maille coulé et le tour est joué. Une rapide aide au démarrage par Clelola et j’étais lancée. Dans les salles d’attente (t’as vu j’attends toujours autant), dans le métro, le bus, et les jours fériés québéco-canadiens de cette fin juin m’ont encouragé !
On crochète tout d’abord la tête, que l’on rembourre. J’ai utilisé le rembourrage de l’oreiller de base du Géant Suédois, pas cher ! Puis on attaque une jambe, puis l’autre, qu’on raccorde à la première. Attention : crocheter les jambes séparément dans un espace public vous vaudra quelques regards en coin, et lubriques (comme quand vous mangez une banane, vous voyez?). 
Puis le chandail se monte en allant dans la continuité. Les bras seront à coudre ensuite séparément, puis les oreilles et la tête entière.

Pour le coton utilisé, c’est une belle découverte offerte par Taloline contre quelques heures passées à jardiner chez elle (chômage je te plumerais!) :
– Coton Hempathy en trois coloris : blanc, jaune-moutarde et bleu (légèrement chinés ils sont superbes).

Pour la petite histoire : Pauvre en crochets, j’ai pris un crochet 3,5 que j’avais sous la main. J’ai dû alors doublé mon fil…. et j’ai fini par en manquer ! Pas grand chose, juste de quoi finir une épaule, mais j’étais tellement déçue de devoir bidouiller pour le terminer, que j’ai tout défait (oui TOUT défait) dédoublé mon fil et investi (comme j’aurai dû le faire dès le départ) dans un crochet 2,55 mm.

Et j’ai donc remonté notre ami Wolfgang dans un format plus acceptable pour devenir un compagnon de bébé et non être de la taille de bébé ! J’espère que le/la futur/e propriétaire de ce chat-là saura en prendre soin.

Il me reste donc plein de coton et le livre de crochet est resté ouvert tout le week-end ! Bientôt la suite !

Advertisements

10 Replies to “Wolfgang, Yes I love Crochet !”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s