Tapis à langer nomade

Il y a des envies qui restent un bon moment dans la tête et quand on en aurait enfin l’utilité, on attend bien sûr la dernière minute pour la réaliser.

 

Ce fut le cas pour le tapis à langer nomade (comprenez pour sortir, pas celui de la chambre). J’avais vu dès sa sortie, l’ingénieuse idée d’Hélène du blog Pour mes jolis mômes… J’avais constaté avec plaisir que le magazine Créative avait aimé aussi l’idée et sa simplicité, au point de la publier dans son numéro 3. Oui mais voilà, une fois la parution datée de plusieurs semaines/mois, plus de trace du tuto simple comme tout. Hélène a, fort heureusement pour nous, pu éditer le pas à pas (avec la permission du magazine, attention on ne peut pas faire n’importe quoi) !
Pour le pas à pas, c’est par ici sur le blog Pour mes jolis mômes.
De mon côté, mes choix pour les tissus :

Pour le tissu extérieur, donc un peu épais : il me restait un morceau dans mon coupon de tissu Vélo Echino, utilisé pour la turbulette de ma jolie môme à moi (tissu épuisé). Juste les bonnes dimensions qu’il me fallait, ouf !

Pour le tissu intérieur, plus fin : il fallait un rappel couleur et j’ai enfin eu le courage de couper dans celui trouvé tout bêtement chez Ikea, mais que je destinais au départ pour des coussins (qui sait ça pourrait venir) : un tissu Ikea dessiné par S. Ekholm/L. Ullenius de 2012. (j’aime bien rendre les honneurs aux designers…).

J’aime les côtés géométriques et non enfantins de ce dernier tissu, mais on peut lui reprocher sa légèreté et souplesse qui le rende très fluide par rapport à la toile Echino.
Pour le lange maintenu par des pressions sur l’intérieur, il s’agit d’un morceau d’éponge sur une seule face, acheté dans un grand format dans un bac à 1$.
Pour le maintenir au matelas/pochette, 4 pressions bleutées en résine et une sur le dessus du petit rabat, servant d’oreiller rembourré, parce que croyez-le ou non, je n’avais aucun cordon sous la main (avec ton stock de fil et laine Perrin, c’est un comble…).

Astuce pour coudre droit sur le milieu d’un ouvrage. Une bande making tape et vous obtenez une ligne à suivre, qui se décolle aisément sans laisser de marque.

Pour le biais entourant le lange en éponge, j’ai utilisé le tissu de base crème Ikea, qui est du même ton que les vélos de la ma toile extérieur.
Perrin et le biais, c’est pas la plus grande histoire d’amour. Et pour ça y’a le Duc ! Pour l’amour, mais aussi pour le biais ! Avec ses idées saugrenues de génie, il m’a dégoté sur le Net une machine à biais. C’est magique, tu coupes une bande de tissu, tu la glisses dans le mécanisme et tu appuies sur ON : et hop ton biais est pressé, chauffé et fini la galère 🙂

Et en plus, vous savez quoi ??? elle fait du passepoil aussi !!!
Si ça vous tente, le modèle de cette merveille : Machine à biais Simplicity
Quelques va-et-vient de machine à coudre plus tard… Et voilà, dans le sac !
Advertisements

4 thoughts on “Tapis à langer nomade

  1. Merci Clémence 😉
    Pour la pince oui c est une pince KAM pour les pressions en résine. Pour des pressions ordinaires c est un petit morceau de plastique et un délicat coup de marteau.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s