Mon Aubépine

Lors de la sortie du patron de l’Aubépine chez Deer and Doe, j’avais immédiatement jeté mon dévolu dessus. Ni une ni deux, je l’avais fait venir jusqu’à mon petit home sweet home montréalais.

Oui mais voilà, après l’installation du baby dans le mannequin de base (c’est moi le mannequin de base, fait pas semblant de pas comprendre), j’ai eu la flemme un sérieux doute sur le bien-fondé de coudre une jolie robe… et de ne pouvoir rentrer dedans ensuite. J’avais peur d’être déçue, je manquais de sommeil motivation, et je reculais toujours l’échéance. ET l’idée de porter systématiquement un gilet ou un pull par dessus, ne me motivait pas non plus.
J’ai donc attendu de retrouver mon corps pour moi toute seule et des perspectives de températures plus clémentes pour m’atteler à la tâche.
Et pour ne pas sombrer dans la déprime du : j’ai eu un enfant, je ne fais plus rien d’autre, j’ai commencé à patronner l’ouvrage très vite après le retour à la maison (j’avais la chance d’avoir aucun bobo et laissé mes kilos à l’hosto don’t kill me).

Ne nous mentons pas tout de même, la dite-robe en devenir est restée un bon 2 mois au bout de ma table, avec toutes ses aiguilles piquées dessus, entre deux couches et autres repas de la demoiselle. Mais j’ai tenu bon ! 
Réalisation/modifications : Un seul détail m’a réellement freiné. Le patron recommande une doublure. Par fainéantise un peu et consciente de la chaleur qui va finir par arriver surtout, je n’en voulais pas. Or le ruban qui scinde la taille empire se retrouvait libéré (délivrééééééé ? oups pardon). J’ai ajouté alors une “gouttière” pour y loger le biais fait dans le même tissu que l’ensemble. Il a fallu les neurones d’une copine pour me persuader que j’étais dans mon bon droit…

Mais n’ayant pas récupéré l’intégralité de mes neurones sacrifiés ces derniers mois à penser pour 1 et demi, j’ai décalqué la pièce de la doublure et j’ai découpé dans mon patron dans le tissu en lieu et place de la longueur de la robe.
Bref je sais pas si tu comprends tout, mais en gros me voilà avec une robe de la longueur prévue de la doublure. Et je n’avais évidemment plus assez de tissu pour réparer mon impair.
Bénis soient mes parents que je sois un modèle court sur patte et que la dite robe courte se camoufle ainsi et que je n’aie pas les fesses à l’air.

J’ai beaucoup aimé faire les plis dits religieuse.

Les patrons d’Eléonore de Deer and Doe sont toujours aussi sympathiques et je n’ai pas eu besoin de reprendre les mesures. J’ai, d’ordinaire, tendance à ce que ce soit fort ajusté voire un chouïa serré, mais désormais  je ne vois plus l’aisance comme du trop grand, mais bien comme du confort (surtout après treize rots sur l’épaule et autant de lavages)…

Le tissu est un coton imprimé trouvé chez Fabricville, un jour où tu veux juste dépenser de l’argent mais culpabilise d’acheter du non-utile. Alors tu achètes des mètres de tissu en te disant d’un air entendu : mais si pour faire des vêtements c’est utile, je n’achète plus dans les magasins (c’est presque vrai).

Le printemps est là, à nos portes (comprendre : on est repassé au-dessus de 0 degrés), c’est le moment de faire prendre l’air à ce patron qui verra, sans doute, des doubles fleurir dans des tissus plus légers et pourquoi pas sans manches.

Note pour moi-même : j’aurai dû coudre cette robe bien avant, une bedaine se logerait avec plaisir dans cette coupe comme l’avait fait Félicie à Paris.

Advertisements

18 thoughts on “Mon Aubépine

  1. Je ne suis pas très Deer & doe mais je dois dire qu'elle te va magnifiquement bien. J'aime beaucoup le tissu que tu as choisi, tu l'as super bien réalisé. Bref, jsuis pas très Deer & doe pour moi mais sur toi, elle est parfaite 😉

    Like

  2. Elle me plait vraiment bien aussi. Je pense la refaire bientôt dans la taille réglementaire pour ne rien dévoiler de mon intimité, dans un tissu plus léger et des manches courtes ballon !

    Like

  3. Ta robe est super bien réussie comme d'habitude ! 🙂 Ca me rassure de voir que tu trouves tjs du temps pour continuer à avoir des projets créatifs ! Petites question : comme la jupe est assez ample, elle ne se soulève pas trop quand il y a du vent ? C'est tjs ma hantise quand j'en porte…

    Like

  4. Elle est très jolie cette Aubépine ! Je viens justement de recevoir le patron dans mon home sweet home montréalais ! 🙂

    Je me disais la même chose par rapport à la doublure… je me demandais si je pouvais m'en passer pour cause de chaleur et de pas-sûre-d'y-arriver…
    Comment as-tu fait ta “gouttière” ? Merci d'avance !!

    Like

  5. Quand je vois des robes comme celle-ci, j'ai immédiatement envie d'apprendre à coudre! Mais comme je suis raisonnable (et débordée), je vais me contenter de te féliciter pour ton joli choix et te souhaiter d'être heureuse et ensoleillée dedans!

    Like

  6. Si la naissance d'un baby remettait toute la vie en cause, imagine un peu le traumatisme 🙂 !
    Pour la jupe, le coton est assez raide donc je pense que le poids va éviter de trop la soulever (quoique là elle est un peu courte). Pour les prochaines plus légères, peut être qu un petit fil de plomb dans l'ourlet !

    Like

  7. En fait j'ai cousu une bande sur la couture de la jupe et du haut, puis le hit de cette gouttière 2-3 cm plus haut. Ainsi sur l'endroit, on ne voit que la couture du haut au dessus des boutonnières où tu insères le galon ou biais.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s