Ravelry, expliqué à mon chum/copain

Pas besoin d’être lecteur/lectrice assidu(e) de ce blog, pour avoir déjà lu/vu/entendu parler de Ravelry. Ce petit mot magique est prononcé au moins une fois par mois, que dis-je par semaine, et en réalité par jour chez moi :

R-a-v-e-l-r-y !

Certaines s’exclament, les autres sourient mais il y a un petit groupe au fond un peu en retrait qui regarde ses pieds et se demande quel est ce site, aux allures de Bible ès Tricot/Crochet, auquel je fais si souvent référence.

N’ayez plus honte, vous n’êtes point seul. La plupart des tricoteuses même averties, aguerries et pas que de Montlhéry ne connaissent pas le site internet Ravelry.

Attention, je parle surtout des tricoteuses (et crocheteuses, vous vexez pas vous là au fond) francophones, car en effet le site Ravelry est exclusivement en anglais. Et on connaît le peu de talent qu’ont les francophones pour les langues (à apprendre of course). Ceci explique sans doute cela.

Je ne prétend pas vous faire une formation ravelresque, tant le site regorge de sections, sous-sections, outils et possibilités et en plus ils ne me payent pas… Mais je peux te faire un inventaire à la Prévert de son utilité.

C’est un peu comme si on résumait cela par Ravelry expliqué à ma mère (si tu as l’accent québécois c’est encore plus joli à dire) ou encore Ravelry expliqué à mon chum/copain/mec/mari. Et qu’il comprenne enfin que la page ouverte non stop sur le site a Oui une utilité et que Non je n’ai pas fini de regarder….

Ariane de La Maison Tricotée, me l’a fait remarqué et c’est effectivement bien dommage. Avant mon arrivée en Amérique du Nord, je ne connaissais effectivement pas ; depuis c’est une page quotidiennement ouverte et des économies substantielles en achat de catalogue, je vous explique pourquoi !

image2-2

Ravelry qu’est ce que c’est ?

– un site sectaire communautaire où tu te créés un profil de tricoteuse (sans avoir 78 ans passés) et te constitue un réseau “d’ami(e)s”. C’est comme Facebook mais tu recherches pas tes ex… (enfin pas moi…).

– une immmmmmense base de données de patrons de tricot et crochet. Patrons gratuits en ligne, liens vers les sites qui les offrent, patrons payants en ligne, patrons issus de livres, etc… Tu rentres des mots clés par ex : Harry potter et tu trouves des patrons (514 les gens sont fous), j’te jure ! (Tu peux rentrer des mots plus coquins aussi, il y a une section “mature”…)

– une immmmmmense base de données de laine et fil. Tu peux ainsi voir pour chaque fil, son poids, la longueur de l’écheveau, quelles aiguilles sont nécessaires, les avis des utilisateurs, les projets pour lequel il a été utilisé, etc…

– un moyen de garder une trace des modèles réalisés. En effet, tu peux indiquer quel projet tu réalises, le fil que tu as choisi, tes aiguilles, mettre des photos du résultat et des notes sur ton avis lors de sa réalisation. Cela sert non seulement à d’autres mais aussi à toi-même si tu finis par offrir le modèle ou si tu ne veux pas répéter des erreurs commises et notées la première fois.

– tu peux aussi, mais là on fait appel à un côté obscur et un peu psychopathe : stasher/référencer tout ton stock de laine.

Ainsi, à chaque projet réalisé, le métrage ou le poids de fil utilisé est déduit de ta liste et tu sais ainsi toujours la réalité de ton stock.

– tu peux trouver des groupes de discussion sur à peu près tout ce qui touche au tricot/crochet et même parfois autre, des invitations aux tests/kal de certains modèles, des groupes de tricot de ta région, etc…

Pis je t’assure que même la tricoteuse non bilingue est capable de s’y retrouver, libre à chacun d’utilise l’outil comme il le veut.

image1-2

Attention : si tu entres le doigt dans l’engrenage Ravelry tu risques d’y laisser ta main, ton bras et tout ton cerveau au final, jusqu’à contaminer le Duc qui partage ta vie.

Au point de surprendre une conversation ou deux, où il t’imite gentiment parlant à tes tricopines : “oui tu connais pas Smorup ? c’est un super patron sur Ravelry, y’a Iznogoud59 qui l’a fait, mais son fil était tout pourri en 90% acrylique, 10% poil de castor…”

C’est un fait, Le Duc bitche/se fout de moi… mais est capable de trouver son prochain patron de pull sur Ravelry tout seul, sans aide… (s’il pouvait ensuite aller acheter la laine ce serait encore mieux).

Toi aussi tu peux le faire !

 

NB : le féminin est utilisé dans cet article par commodité et aussi un peu parce que c’est la réalité… Messieurs tricoteurs, vous êtes encore une espèce menacée rare.

Vous pouvez retrouver cette rapide présentation de Ravelry sur le site de la Maison Tricotée ! Si avec ça le message n’est pas passé, vous êtes irrécupérables !

Advertisements

4 thoughts on “Ravelry, expliqué à mon chum/copain

  1. Je me souviens de mes premiers pas sur ravelry…j’ai peut-être mis 6 mois pour y retourner ! Et pas un jour sans en parler maintenant et mon mec comprend tout le vocabulaire !
    J’ai adoré ton article !

    Liked by 1 person

  2. Mouhahaha! J’adore la vision Ravelry du Duc!!!!
    Le canard a saisi une grande partie des fonctionnalités mais comme il n’a jamais envie de rien, il ne se sent que peu concerné (et il a compris qu’il ne fallait JAMAIS fermer mes onglets!)

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s