Mon 1er plantain ou la découverte [avec joie] du Jersey !

Comme ça sans crier Gare je suis passée du côté obscur de la Force : j’ai cousu du Jersey !

La Force c’est la couture en général, qui font par t’éloigner durablement des magasins de vêtements à force de te répéter la phrase : mais ça je peux le faire moi-même.

Oui mais voilà tout un pan de la mode textile m’était encore épargnée tant je redoutais l’exercice. Coudre du coton jersey force à toucher à des choses comme aiguille-jersey, tension-de-machine, élasticité-du-tissu et soyons fous, aiguille-double.

DSC_0046

C’était une parfaite bêtise que de se restreindre de la sorte. Point de difficulté majeure, si tant est qu’on démarre par le bon patron, avec les bons outils et quelques bons conseils… Je vous les partage (chez moi on dirait que je suis “ben fine avec vous’aut'”

DSC_0030

Patron : Le fameux et célèbre Plantain des patrons indépendants Deer and Doe. Fameux car il est gratuit et s’est multiplié sur la toile à une vitesse folle (et méritée). Puis célèbre, parce que c’est vraiment un patron facile avec peu d’étapes et sans fioritures (manches ballons, pinces ou autres).

DSC_0058

Taille : un 34. Le patron ne taille ni trop grand ni trop petit, mais dans le doute d’un tissu qui puisse se détendre avec le temps et les lavages j’ai préféré choisir la côte basse. Bien m’en a pris. Les valeurs poitrines sont réellement les valeurs à suivre. Si tu fais un bonnet plus conséquent, vise une taille plus ambitieuse aussi 🙂

DSC_0036

Tissu : Un jersey avec pas mal d’élasthane je pense. Bleu marine à pois blanc déniché chez J et L Coupons sur le boulevard St Laurent à Montréal. La vendeuse m’expliquait en faire justement une robe un  peu drapée, ça donne des idées ! Je plie mon tissu comme ma copine Caro m’a montré, les deux bords vers l’intérieur, ça donne deux allers-retours et réduit le gâchis de tissu.

DSC_0033

Réalisation/modifications : réalisation simplisme. La couture (après la découpe faite la veille) est faite en 2h max si t’es pas dérangée à tout bout de champ. Pas de modifications à apporter au patron si tu le veux simple. Mais des tas de modifications sont possibles pour le décliner en robe courte, longue, tunique, etc…

DSC_0038

Ce que j’ai aimé : j’ai aimé tout d’abord récupéré le patron déjà imprimé par ma copine Caro en format A4 (c’est super dur ici, alors penses-y chère designer de temps en temps à une version Letter compatible 🙂 ). Ça m’a sauvé d’un problème de proportion inévitable à la mauvaise impression (je comprends aussi désormais l’échec cuisant du short du Duc…)

A part ça, j’ai aimé le peu d’étapes du patron, et sa capacité donc à être cousu en 1-2h. Bon là moi j’ai mis un peu plus parce que j’étais précautionneuse et que j’avais une petite fille à sermonner quand elle joue avec la pédale de ma Singer j’ai encore tous mes doigts promis.

IMG_6843

Ce que j’ai moins aimé : l’étape de l’encolure est un peu délicate (avec sa couture simple un peu hasardeuse) et le dessin technique avec ses explications ne m’ont pas forcément convaincu et aidé au premier coup d’oeil. J’ai eu un doute sur la façon de coudre après avoir piqué avec 4 aiguilles. Du coup, j’ai ajouté presque 30 aiguilles supplémentaires pour bien garder mon tissu en place. Tout s’est bien passé.

DSC_0048

Le bon matériel :

Une aiguille à jersey : autrement dit une aiguille plus fine que d’ordinaire. Pour les aguerries, une aiguille 70 est recommandée. Les néophytes n’y comprendront rien, mais avec un grand sourire et un peu d’assurance vous serez capable de répéter cela au vendeur.

Un fil de qualité : je l’avais lu, ma copine Caro me l’a redit et le monsieur de ma boutique qui a fait une petite révision à ma MAC, en a remis une couche : un bon fil (genre Gutermann) ça garantit des beaux points et une tension moins cyclothymique. Ça m’empêche pas d’écouler mes stocks de fil de Mamie de temps en temps mais je vais faire plus attention, promis.

Un espacement de point réduit : j’avais posé la question sur Instagram et Sandra du blog By Sandra Hand me l’a confirmé. Avec un espacement à 2 (2 sur un total de 4), tu piques plus souvent donc tu crées plus de boucles et donc plus d’aisance pour garder ton tissu étirable et élastique. Je me suis entrainée sur une robe longue à raccourcir avant.

DSC_0060

Une aiguille double : c’est la grande révélation ! Elle n’est pas du tout indispensable mais elle permet de faire de belles finitions en créant deux coutures parallèles. Tenter de le faire en deux fois est utopique. Là c’est parfait ! Et sur l’envers ça créé un petit zigzag semblable au travail d’une surjeteuse. C’est une aiguille qui se sépare en deux avec donc 3 fils à installer, deux sur le haut et un sur la canette.

IMG_6852 IMG_6851

J’espère que ce retour de consommatrice pourra en aider certains ou certaines à sauter le pas du jersey. Pour ma part je vois dans l’avenir d’autres plantains, manches courtes ou longues, mais aussi des t-shirts pour ma puce, des shorts….

Advertisements

5 thoughts on “Mon 1er plantain ou la découverte [avec joie] du Jersey !

  1. Joli t-shirt! Le problème avec le jersey pour moi, c’est en trouver du “qui bouloche pas super vite” :-S J’ai pas encore identifié pourquoi dans la composition / tissage certain boulochent et d’autres pas, t’as une piste?!
    Sinon, à toi et à ta puce les jolis Ottobre et autres Brindilles&Twigg!

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s