Bon plan, Brico, Déco, DIY, Enfants, Patron

Et puis, lui coudre le Monde / And then, sew her the World

Dans la série des anniversaires avec cadeaux faits main, je me dis que c’est un bien joli concept de ma part, mais ça demande un petit peu d’énergie et surtout de réflexion pour trouver un cadeau qui plaise et qui se place dans un emploi du temps bien chargé.

J’avais vu en flânant sur Instagram (j’ai découvert le compteur de temps sur l’application et depuis je me soigne, je vous jure) j’avais remarqué les magnifiques cartes du Site Gathre. Magnifiques, c’est le mot poli pour dire hors-de-prix. Hors de prix pas par rapport aux matériaux, techniques de fabrication etc.. mais plutôt hors de prix pour un cadeau d’enfants. L’escalade est rapide et le ridicule tout proche. J’ai failli craquer sur un coup de mou (au hasard, un J1) et finalement en voyant ce projet, j’ai trouvé mon alternative économique et beaucoup plus intelligente et rationnelle !

Hasard du calendrier cette année, ça tombait alors pile en pleine production d’un projet professionnel. C’était hard core niveau temps pour s’y impliquer mais en soufflant par le nez et en étant organisée, c’est passé ! Je m’explique !

Petit fait amusant, le premier projet porté par Esther et confectionné pour sa naissance était le bonnet du bébé de 2h imaginé par Rita le Chat et c’est cette même Rita (Camille dans la vraie vie, Rita est un chat si tu suis correctement) qui a diffusé ce nouveau projet et sur lequel j’ai craqué pour les 4 ans d’Esther. Camille s’est amusée du délai qui était le mien et m’a vivement conseillé de ne pas dormir perdre de temps. J’ai gardé le conseil précieusement et vu cela comme un défi à relever.

DSCF7129

Modèle : il s’agit du World Map Quilt de Shwin & Schwin. C’est un patron téléchargeable gratuitement pour réaliser à la base un quilt ou un plaid matelassé pour étendre sur un lit. Je suis volontaire mais pas complètement maso non plus. Le matelassé sera pour ma retraite !

Fil et tissus : Tous les tissus et fils sont issus de mon stock, je n’ai pas tant respecté le droit fil, faut pas pousser et j’ai pu caser des continents dans des chutes de tissu improbables. Un rapide jeté sur le patron et j’ai choisi de garder le thème floral/végétal (mais pas tout repeindre en pistache et chocolat chez moi, je vous rassure). Par contre pour la toile de fond, impossible de trouver un si grand laize (hauteur de tissu), j’ai dû me résoudre à passer en boutique pour prendre un toile canvas assez épaisse pour un peu de sobriété avec toutes ces fleufleurs…

img_5048.jpg

Taille : Il est important de le noter tout de suite, la pièce finie mesure 117cm sur 172 cm. Le projet initial est un quilt à poser sur un lit et c’est pas anodin. La version sur le mur est donc à imaginer sur un mur qui est capable de l’accueillir.

DSCF7125

Réalisation / modifications : J’avais vu la version de Rita le Chat, qui renvoyait au site original de Shwin&Shwin. Les étapes y sont en anglais et peut paraître un peu indigeste. Je vous fais un résumé éclair pour vous montrer que c’est faisable.

IMG_5047

  1. Tu imprimes le patron papier en feuilles séparées et tu scotches le tout ensemble (comme un patron pdf de vêtements)
  2. Tu prends du papier d’entoilage et tu décalques tous les continents et îles alentours. Tu peux les avoir sur des larges zones d’entoilage. (pas trop larges pour pas gaspiller, pas trop précisèment car tu devras re-découper ensuite le tissu, ne perds pas de temps à faire deux fois la même étape.)
  3. Tu appliques l’entoilage sur le tissu sélectionné en le repassant avec le fer bien chaud. La partie collante va adhérer au tissu à motif.
  4. Tu découpes tous les continents et îles proprement (je te conseille de les faire au fur et à mesure pour ne pas les abîmer avant de les coudre et de rassembler toutes les îles dans un Tupperware… Les Anglais sont facilement égarés…)
  5. Tu épingles les continents sur la toile de fond en comparant avec le patron imprimé de basse pour garder les distances valables.
  6. Tu couds à point droit à la main grossièrement (j’ai fait des points de 4 mm environ espacés de 1-2 mm).
  7. Pour la finition j’ai surjeté les bords de la toile à canevas et cousu à oint droit un ourlet simple puis mis 6 oeillets au marteau afin de l’appliquer au mur comme les cartes de géographies sur le tableau à craie des salles de classe de mon enfance (non je n’ai pas passé le certificat d’étude mais j’habitais en campagne)

DSCF7127

Les tissus entoilés ont une épaisseur et rigidité qui permettent de sécuriser la couture à la main et l’épinglage.

Pour la réaliser il m’a fallu une semaine à raison de toutes les soirées. Chaque soir un continent et le dernier, les îles en pagaille. Puis repassage, ourlets et oeillets.

IMG_5181

Ce que j’ai aimé : j’ai aimé sélectionner les tissus dans mon stock pour y caser tous ces bouts de Terre. C’est un peu comme une Memory Blanket au tricot qui rappelle tous les ouvrages réalisés pour lesquels on vient d’utiliser les restes. Ici l’Antarctique est le reste du coussin de grossesse qui a été mon ami de nombreux mois, l’Amérique du Sud est un reste du bonnet d’été d’Esther pendant la canicule, etc…. C’est gratifiant et porteur de souvenirs.

IMG_5210

Mais par dessus tout je pense que c’est la réaction de ma petite fille, qui s’est exclamé : Vous m’avez offert la Planete !! (elle parlait à son père et moi, elle ne me vouvoie pas…). Elle était tellement émerveillée et intéressée. Depuis, pour chaque sujet de discussion elle me demande où ça se situe sur la carte. La Compagnie Créole, Madagascar, les Papis-Mamies, Rio, les baleines, etc…. Un support parfait pour son imagination débordante !

DSCF7128

Ce que j’ai moins aimé : même si c’est très méticuleux, beau et propre pour ce projet en particulier, la couture à la main…. ça fait mal !! Je me suis piquée un nombre incalculable de fois et en n’y allant pas de main morte. La couture à la main un peu à l’aveugle pour cause de travail surdimensionné, méfiez-vous. J’aurai peut-être aussi dû mettre un tambour sur mes zones à coudre mais la flemme de me lever pour le trouver l’a emporté.  Bon par contre, je me suis levée pour aller prendre des pansements…

IMG_5156

Conclusion : j’ai adoré réaliser ce projet, j’ai grave révisé ma géographie. Soyons honnête je ne savais pas poser la Papouasie Nouvelle-Guinée sur une carte, c’est chose réparée. Ça donne au final une très belle déco de chambre et j’ose à croire que ce sera quelque chose qu’elle gardera précieusement avec elle au hasard de ses déménagements, une relique de son enfance à transmettre à ses enfants aussi plus tard. (je suis au bord de pleurer).

DSCF7130

Prochain projet dans la même veine ? La carte du Ciel pardi ! Elle me fait de l’oeil pour le dessus du lit du Duc et moi. Viens mon chéri choisis ton étoile, c’est cadeau !

Bon plan, Brico, Déco, DIY, Enfants, Tuto

Cuvée de fête : bouteilles sensorielles

Le cadeau à faire à un enfant pour les 1 an est toujours un petit casse-tête… Non n’offre pas un casse-tête à un gamin d’un an, c’est un peu ambitieux, tu risques d’être déçu, à part si tu souhaites le voir le manger.

Quoi offrir à un enfant d’un an, qui peut jouer des heures avec une boîte de mouchoirs en carton, arracher des brins d’herbe et les manger à qui mieux mieux… et qui se fiche donc éperdument des derniers jeux éducatifs hors de prix… Dans le cas qui nous intéresse ici, tu rajoutes une soeur aînée qui a déjà constitué un sacré stock de jeux, de bricolages, et de créations farfelues par ses parents (nous, si tu suis bien).

Pour le premier anniversaire de la Soeur, on avait réalisé la fameuse Maison en carton (donnée au camion poubelle cet été, elle a tenu dans les tempêtes de surexcitation pendant 3 belles années, inespéré !). Il nous fallait une autre idée.

DSCF6743

Instagram entre en action et me donne la jolie idée de lui fabriquer des bouteilles sensorielles. Nous avions déjà opté pour les pois chiches durs et riz, servant parfaitement de Maracas, on voulait alors leur donner un coup de jeune et de moins alimentaire ! J’ai regardé de nombreuses recettes et j’ai ajusté à notre sauce pour convenir à ce qu’on pouvait trouver rapidement autour de nous sans mettre en danger notre petit garçon. Un point de glue pour fixer définitivement le bouchon de chaque bouteille est recommandé !

DSCF6748

Bouteille 1 : je commence par ma préférée, j’ai le droit ! La plus émerveillante pour les yeux de mon petit garçon… et je songe sérieusement à m’en faire une pour le bureau ! De l’eau du robinet, du colorant alimentaire (ici du jaune orange) et des paillettes issues d’un kit de maquillage du magasin à 1$ d’Halloween l’an passé. Les paillettes tombent au fond, tu brasses et c’est magique !

DSCF6747

Bouteille 2 : les grelots ! Je les avais planqué pour le jour où j’aurai enfin crocheté un joli amigurumi pour mon bébé… mon bébé marche désormais et dort dans un lit sans barreaux, les grelots ont été recyclés ! C’est une maracas pas trop énervante si tu remplis assez la bouteille.

DSCF6746

Bouteille 3 : les densités ! C’était la bouteille qui m’excitait le plus. Un vieux souvenir des cours de physique. Hors c’est celle qui n’a pas passé le crash test des 15 jours d’utilisation. Nous avons mis du Miel, de l’Huile d’olive et de l’eau colorée au colorant alimentaire. Les différents poids des liquides font qu’ils se superposent et se re-divisent si on les mélange en les brassant. Ça crée de la matière, j’adorais la regarder. Je l’ai expulsé du coffre à jouer quand j’ai découvert la bouteille hyper tendue prête à exploser. Les liquides (le miel ??) ont créé un gaz, sans doute en pourrissant (s’il y a un chimiste dans l’assistance…). En ouvrant le bouchon ça a été la pression énorme. Bien dangereux, on la jette ! J’aimerai comprendre tout de même !

DSCF6744

Bouteille 4 : les pompons ! Pas de paraffine (y’a quand même une tête de mort sur la bouteille, et mon garçon a les dents pointues et la ténacité d’un fox terrier). Juste de l’eau du robinet et des pompons récupérés dans un jeu d’activité manuel de sa soeur ! Différentes tailles, différents poids, il observe les pompons évoluer tout en lenteur. Ça l’émerveille !

DSCF6749

Bouteille 5 : le riz coloré ! Même le moins manuel des parents est capable de faire celle-ci ! Divise du riz dans trois petits contenants. Choisir trois colorants alimentaires contrastants et brassez. Faire sécher une nuit pour s’assurer qu’aucune humidité ne va faire coller les grains ensemble ni mélanger les couleurs.

On aurait pu penser qu’il ne serait pas transporté, ne comprenant pas très bien ce que signifie un an pour lui. Mais il s’est vraiment passionné pour ses bouteilles lorsqu’elles sont arrivées dans le décor. Il les baladait partout. C’est un peu lourd à mettre dans le sac-à-main pour une salle d’attente mais il vous reste alors la boite de mouchoirs en carton !

Bon plan, Couture, DIY, Enfants, Patron

Super Héros de mon coeur…

A chaque anniversaire, c’est toujours le même charivari dans mon cerveau. Trouver le cadeau qui fera mouche et qui plaira au destinataire sans pour autant créer de désagrément au parent/au frère/à la soeur… Ça exclut donc pas mal de choses comme les trucs qui font du bruit, les trucs qui peuvent devenir des objets contondants et enfin les trucs qui prennent une place démesurée dans nos appartements montréalais.

Un autre des critères est aussi de ne pas partir dans la surenchère pécuniaire pour chaque cadeau car les amis sont nombreux, et mon portefeuille pas un puits sans fond. Mis bout à bout, cela donne un sacré budget. Et puis je prends aussi un malin plaisir à me dire qu’on peut toujours faire super plaisir à un enfant avec du très simple.

Ici j’ai choisi le même cadeau équitable pour deux anniversaires très rapprochés chez les amis de ma fille. Un cadeau de 4 ans qui à fait son effet !

Modèle : Je suis partie de la lecture de l’article du blog My Handmade Home : Tutorial : Diy Superhero Capes pour comprendre le principe et c’est parti ! Ciseaux !

Tissus : Le but était de piocher dans mon stock de tissu… mais ce qui doit arriver arrive toujours et même aux couturières confirmées : on finit par se retrouver au magasin de tissu pour acheter quelques mètres supplémentaires

Ici c’était le Jersey noir avec un peu trop d’élasticité (parce que les super-héros font toujours une gymnastique pas possible) pour la partie extérieur de la cape. J’ai réfléchi quelques minutes et concerté le Duc, on a bien conclu que si les dits mini-super-héros sont bien capables de réclamer la cape pour sortir dans la rue aux yeux de tous, autant essayer de la jouer discret et donc mettre la couleur vive sur l’intérieur, soit collée au dos.

Pour l’intérieur, pour la première version, j’ai choisi un tissu assez rigide et synthétique jaune vif, utilisé jadis pour faire un costume d’Halloween pour Esther : Un oeuf au plat ! Ce tissu a la particularité d’être très résistant mais s’effiloche très vite. La surjeteuse fut une précieuse alliée. Et en plus il brille presque !

Pour la deuxième version, j’ai pris une pièce de popeline rouge assez fine. Avec l’usage du jersey noir, on a au moins la possibilité de prendre des tissus plus fin sans avoir le souci de transparence. Autant utiliser ce coupon que je ne savais où employer et le rouge était la couleur préféré du petit garçon visé, bingo !

Réalisation / modifications :

La auto source parle de prendre appui sur un bavoir ou une serviette de table enfant mais on peut très bien partir d’une base de tee-shirt pour enfant pour avoir une encolure proche des mesures de l’enfant. On échancre un peu plus pour ne pas aller trop proche de l’étranglement et on trace en coupant ;’épaule et en descendant en trapèze. Enfantin !

Pour la longueur ça dépend évidemment de l’enfant, j’avais mon modèle mini sous la main (lui faire essayer sans qu’elle la mèche avant le D Day était le plus gros défi !). Pour référence, un enfant de 4 ans mesure environ 95 à 105 cm en moyenne, t’enlève 20 cm de tête, 10 cm de cou, et 15 cm de chevilles, je dirai qu’une hauteur de 65 cm de cape est honorable pour défier la gravité !

Pour être plus rapide sur les finitions, j’ai collé ensemble les deux tissus (en les épinglant ensemble), plié sur une ligne médiane pour dessiner une symétrie parfaite. Vous pouvez tracer avec un crayon blanc de couture avant la découpe pour vous rassurer. On coupe ensuite toutes les épaisseurs du même coup et on épingle au fur et à mesure.

La surjeteuse rentre enfin en action pour faire tout le tour de l’ouvrage SAUF 15 cm qui vous serviront à retourner l’ouvrage. On refermera sur l’endroit en faisant une surpiqure sur l’ensemble des bordures, en veillant bien à fermer les 15 cm en cousant proche du bord.

La personnalisation arrive et c’est le côté le plus marrant où on peut jouer sur les styles de police et les détails. J’ai joué la facilité en créant une lettre bâton en feutrine et un point droit et long sur le pourtour. Grimace et Malice sont dans la place !

Ce que j’ai aimé : la simplicité et la rapidité d’exécution de ce cadeau qui fait un sacré effet chez les enfants… et leurs parents ! C’est un cadeau qui ne prend pas trop de place et qui permet souvent de valoriser le destinataire et lui donner un bon coup de confiance en lui. Ca permet d’utiliser un sacré paquet de chute de tissu aussi.

Ce que j’ai moins aimé : Mon jersey choisi dans la boutique de tissu la plus proche (Plazatex sur l’avenue Mont-Royal) était un peu fin et très élastique. Il a donc tendance à s’étirer sous le pied presseur de la machine à coudre. En choisissant un tissu moins élastique, il restera plus en place au moment d’être cousu avec le tissu du verso de la cape.

Un autre point négatif, le choix de mon velcro. Je me suis servie de velcro bon marché au magasin à 1 dollar et le velcro est autocollant. Malheureusement en cousant à travers, la colle se dépose sur l’aiguille de la machine. Très mauvaise option pour choisir la rapidité. On passe plus de temps à tout nettoyer pour finalement un piètre résultat : il m’a fallu le faire à la main (avec un bon dé à coudre pour protéger mon doigt pousseur de l’aiguille).

Tous les amis et ami(e)s d’Esther vont sans doute avoir droit à cet accessoire indispensable de tout super héro(ïne)s qui se respecte ! Je les vois déjà nous défier en à l’autre bout de la ruelle… Une imagination alimentée par des adultes bienveillants, c’est la meilleure des choses à leur offrir, non ?

Bon plan, Brico, Couture, Crochet, Déco, DIY, Tricot

Les corners LAINE à Montréal : liste non exhaustive…

C’est à la suite d’un énième message d’une tricoteuse esseulée, que je me suis dit qu’il serait bon de refaire un énième article sur les différentes boutiques qui offrent de la laine sur Montréal. C’est bien sûr un article avec un peu d’avis personnel et en perpétuelle modification à mesure que j’en (re)découvre.
La liste suivante est organisée de manière complètement aléatoire ou plutôt en suivant uniquement mes habitudes de visites grâce à leur proximité de mon domicile (tu sais l’hiver et ses -25 degrés toussa toussa)
la Maison Tricotée : le plan c’est ICI.
IMG_0585
C’est une petite boutique avec salon de thé, agréable avec de larges fenêtres pour se poser tranquillement et voir de belles laines. Ce sont pour la plupart des laines teintes à la main par des américains ou canadiens. Le prix est donc assez onéreux (parce que c’est de l’indépendant ma bonne dame ! Travail à la main et en quantités restreintes) mais on trouve aussi de la très bonne laine plus bon marché comme les fils maison de l’enseigne (Casa, Cora, Tina) qui se vendent au poids (très pratique et économique pour les jacquards). Nombreux accessoires en vente aussi (aiguilles, gadgets, broderie, etc). Cours disponibles toute l’année et à thème. Mon petit doigt me dit que des nouveautés s’en viennent ! Stay tuned !
la Société Textile : le plan c’est ICI.
J’ai profité du printemps tout récent pour partir en virée avec le bébé pour découvrir la nouvelle boutique implantée sur la rue Bernard désormais. C’est plus un espace de travail créatif qu’à proprement parlé une boutique. C’est vaste et clair avec plein de place pour s’installer. Ils vendent à la fois un peu de laine, du tissu et des articles pour de la broderie. Ils organisent beaucoup de cours et des rencontres, le lieu s’y prête vraiment. Ils fonctionnent sur le principe d’un anticafé, c’est-à-dire que tu payes ta présence et les boissons sont à volonté. C’est un peu désarçonnant quand tu n’es pas prévenue par contre…
la Bobineuse : le plan c’est ICI.
Petite boutique avec notamment quelques fils extérieurs mais surtout le plus intéressant  des fils maison de l’enseigne, qui couvrent une gamme de fils assez large avec du mérinos, de l’alpaga, du fil à chaussette et de l’acrylique aussi ! Peu de choix d’une même fibre mais des couleurs maisons travaillées. Le gros plus : le personnel est super sympathique, des rabais sur les fins de cônes (notamment pour les chaussettes) et on peut aussi se poser pour tricoter un peu. Gros choix d’aiguilles et de babioles de tricot/crochet !
IMG_1908
la Lainerie Lépine : le plan c’est ICI.
Un peu excentré dans Montréal, c’est une ancienne mercerie remplie de laine Pingouin reprise par une jeune passionnée. Elle a fait un sacré tri et offre désormais de beaux fils teints à la main en plus des grandes chaînes de fils industriels. Il y a toutes les qualités et une gamme de prix bien large pour tous les budgets.
Mouliné : le plan c’est ICI.
Gros choix de fils tant teints à la main qu’industriels. L’accueil est parfois un peu étrange mais quand on sait ce que l’on cherche, ça va. L’avantage : c’est trié par grosseur de fil ! C’est souvent mon option pour les fils pour enfants sans avoir à rester trop longtemps à papoter.
Espace Tricot : le plan c’est ICI.
Gros choix de laines et bonnes qualités. J’irai bien plus souvent si c’était plus près de chez moi ! De très bons conseils et très agréable de voir toutes sortes de pièces déjà tricotées pour constater du redu d’une laine !
Effiloché : le plan c’est ICI
C’est une boutique à la fois de tissus, et de laine, sans compter les petits accessoires pour les loisirs qui s’y rattachent. La boutique n’est pas forcément sur mon chemin alors j’y fait des apparitions spontanées parfois sans réel projet en tête. Mais leur gamme de laine est variée, avec des fils précieux de toutes les bestioles possibles, aux coloris plus pleins que foufous (ce qui n’est pas forcément pour me déplaire). C’est d’ailleurs là que j’ai déniché les deux pelotes qui m’ont sauvé pour finir mon Smocking Cardigan.
IMG_1997
Ils organisent aussi des rencontres et des aides pour les petits pépins des tricoteuses. Il y existe un solide groupe d’entraide et de passionnées de patchwork !
IMG_1999
Sinon il y a aussi les enseignes de loisirs créatifs comme Omer de Serres, ou encore ma mercerie de quartier adorée J& L Couture (sur St laurent). On trouve aussi des pelotes recyclées dans des bazars d’église.
Si vous avez des coups de coeur pour de nouveaux endroits débits de laine sur Montréal, n’hésitez pas à m’en faire part !

EnregistrerEnregistrer

Bon plan, DIY, Enfants, Tricot

Spring Minky Mittens

Voilà la printemps et au Québec ça veut dire qu’on peut enfin sortir nos moufles, mitaines, gants tricotés, joliment ouvragés, mais parfois trop légers pour notre temps frisquet je fais des rimes j’ai dormi plus de 7 heures d’affilées.

IMG_2177

Modèle : Minky Mittens de Gretchen Tracy. Il s’agit d’un modèle gratuit et pauvre en laine ! Pour les tailles, vous avez un très large éventail du Toddler à Large (adulte).

Fil : j’utilise encore et toujours mes restes de laine pour ces petits projets. La couleur principale est de la CASA de la Maison Tricotée, coloris Benoite Groult, utilisée pour le pull Camilla Babe, mais aussi le bonnet Quynn du moment, le cardigan Saffran tout en jacquard et le bonnet Frosted Alpine. J’ai utilisé 55m/60yds.

IMG_2178

Pour la couleur secondaire, je voulais finir le fil des guêtres de ma petite fille de la Lanas Stop Verdi, tricotées par sa matante Caro, fil dont j’ai hérité à son déménagement, avec lequel j’ai allongé et réparé les dites guêtres… Il me restait encore du fil, mais finalement pas suffisamment pour finir les deux mains. J’ai pu y ajouter le fil de mes propres guêtres comme ça la boucle est bouclée de la Savannah DK de The Fiber Company (coloris Persimmon mais il ne se fait plus). Oui il y a de la soie dedans mais il faut finir ces restes interminables ! Il m’en a fallu 26m/28yds.

Il est super intéressant d’utiliser un fil changeant de couleur pour cette deuxième couleur, ainsi ça irise pas mal la main sans avoir à changer de fil.

IMG_2229

Taille : j’ai réalisé la taille Small Child, J’avais réalisé la plus petite taille l’an passé et c’est vrai que c’était assez étroit. Là elles sont parfaites pour des mains de Toddler ! On utilise des aiguilles 3.75 et 4 mm pour une laine un peu plus grosse. C’est souvent l’usage pour des mitaines, ça permet d’avoir un rendu dense qui ne laisse pas trop passer la fraicheur.

Ce que j’ai aimé : Le motif en relief que le glissé de mailles, sans les tricoter, donne. Ça rend moelleux et surtout doublé pour garder les mains au chaud pour un printemps québécois aux vents encore glacés.

IMG_2180

Ce que je n’ai pas aimé : la rédaction du patron. C’est assez confus, on est un peu laissé libre de commencer le pouce où l’on veut. Il n’est pas toujours indiqué de couper le fil lorsque nécessaire. Et enfin rentrer les fils ! Rentrer les fils sur ce type d’ouvrage mini est un peu fastidieux.

C’est un projet facile à faire et surtout très rapide. Cela dit vu le nombre de fils, il est recommandé à la demoiselle de ne pas les laisser dans le sable du parc (ils seront sales dès la première utilisation mais passons…). Pour cela, j’ai réalisé un tricotin (boudin tricoté) pour relier les deux mitaines, et les garder dans son manteau, à pendre à ses poignets !

Miss Ravelry prend le métro !

IMG_2225

Bon plan, Couture, DIY

Back to Sew : la Robe Lucille !

Yes Ma’am I dit it ! J’ai repris le chemin de la table de couture. C’est avec une belle bouffée d’oxygène que je l’annonce aujourd’hui ! 2017 aura été assez morne en couture personnelle. En découvrant une grossesse début janvier, accouchant en septembre, il est sûre qu’à part des accessoires et une robe plantain de grossesse, je n’ai pas vraiment eu l’envie de coudre pour si peu de temps et pour un corps qui était encore en perpétuel mouvement. Celui-ci n’est pas stabilisé mais j’ai sauté sur LE patron que je pressentais idéal pour cette période. Adaptable, mettant en valeur toutes les formes et ultra rapide à caler entre têtes, rots, siestes et alimentation personnelle.

Rapide, il l’est. Il m’aura cependant fallu 1 jour et demi pour décalquer le patron et épingler sur le tissu (oh misère ces jours furent longs et pénibles), mais 2h pour la coudre entièrement (fils de surjeteuse rentrés compris). Et 1h pour en faire une seconde !!

ALEX0317

Modèle : Robe Lucille d’Urban Fairy Pattern par la pétillante designer Elsa ! Il n’est pas disponible en pdf pour le moment mais je ne pouvais pas attendre plus. Il m’a coûté une petite fortune eu-égard au taux de change actuel EURO-DOLLARS CAN, et les frais de port mais il est vite rentabilisé ! Il propose les tailles 32 à 52, et 3 variantes de jupe. Vous pouvez aussi craquer pour le format pour fillette avec la Lucille pour enfants.

ALEX0329

Taille : J’ai coupé la taille 38 pour convenir à mes formes post-grossesse et ne pas trop mouler les dites-formes qui n’ont pas besoin qu’on les emprisonne… Je suis mignonne, je les laisse tranquille ah ah ah. Autant le bas restera en 38, autant je pense tailler le haut en 36 pour coller plus aux épaules et à la poitrine, une fois celle-ci diminuée #milkpower

ALEX0310

Tissu : il s’agit d’un jersey viscose/élasthane trouvé chez J et L Couture sur le boulevard St Laurent à Montréal. Je l’avais déjà utilisé avec succès pour un tee-shirt plantain. Il ne bougeait pas et passait très bien sous le simple pied de la machine à coudre. Ici avec la surjeteuse, c’est le top !

ALEX0323

Réalisation / modification :

Le patron ne présente aucune difficulté. Il y a 4 morceaux de robe et 2 manches + une bande pour l’encolure cache-coeur. Ma seule interrogation a été au niveau du dessin technique sur lequel je ne comprenais pas les valeurs de largeur du tissu. En effet, les deux demis devants sont identiques en largeur et moins larges que le dos. C’est normal et cela implique d’étirer les pièces pour les faire correspondre. L’élasticité du tissu est là pour faire disparaître cet écart quand on la porte. Les coutures des flancs côtés sont au final bien à leur place.

J’ai modifié le revers des manches pour faire un ourlet large à la surjeteuse. Parce que je suis un peu dingo de la surjeteuse je vous avouerais mais aussi parce que je trouvais cela classe les ourlets larges et propres. J’ai aussi coupé des manches 3/4 car après avoir joué à Tetris une journée entière, j’ai du me rendre à l’évidence que mon coupon était trop juste pour les rentrer entières et coupées dans le droit fil.

Pour le bas de la jupe je me suis abstenu de faire un ourlet surjeté pour ne pas la raccourcir trop. Elle était bien assez courte. J’ai donc suivi les instructions de revers à la double aiguille à la machine à coudre et couper le surplus de tissu aux ciseaux de longueur

Mes modifications par la suite :

  • diminuer les manches et les pans du torse en taille 36 qui me vont mieux, surtout si le tissu est un peu épais (ma seconde version en jersey coton épais donne plus de surplus de tissu à l’encolure)
  • ne pas hésiter à réduire un peu la longueur de la bande d’encolure pour éviter que ne baille l’encolure cache-coeur. Quelques centimètres en moins feront étirer un peu plus la bande et plaquer la pièce contre la peau.

ALEX0315

Ce que j’ai aimé : elle est compatible pour allaiter ! C’était mon premier argument et je n’ai pas été déçue. Le cache-coeur s’ouvre parfaitement sans être déformé et sans pour autant bailler lorsqu’il est fermé. Les pièces se superposent parfaitement. Elles sont arches simples à assembler. Ça peut paraître plate comme argument mais quand c’est ton quotidien pendant 4-5 mois, tu en as vite assez d’être habillée pratique mais moche #jevaisbrulermapolaireQuechua

ALEX0312

J’ai également beaucoup la coupe féminine de la taille marquée haute (sans être empire). Je tenterai la jupe froncée bientôt et peut-être même la fourreau mais quand les formes des cuisses seront moins pénibles à mon regard 🙂

Ce que j’ai moins aimé : le patron offre donc des ajustements selon la stature (la taille entière du modèle) et j’ai réduit la longueur de la jupe (car je suis plus petite que la taille standard du patron). Je n’aurai pas dû raboter la jupe en longueur pour mes modèles d’hiver. Bien que portée avec des collants, j’ai fait un ourlet minimal pour éviter de me retrouver les fesses au vent (électricité du collant et -38 ressenti, je prends mes précautions, voyez-vous !).

ALEX0305

En définitive, c’est un patron que j’ai adoré pour sa simplicité et sa capacité à être adapté pour tomber parfaitement, et hyper pratique pour allaiter, ce qui est un must have dans les premiers temps avec un bébé goulu. Elle est rapide à exécuter et déclinable dans tous les tissus jersey qui me tombe sous la main (attention à l’élasticité cependant). J’ai d’ailleurs fait une seconde version noire, passe-partout, en jersey coton un peu épais le lendemain, et me lance dans une version haut rallongé très prochainement !

ALEX0314

Allez je repars mettre ma parka en duvet de canard, on attend une belle bordée de neige pour lundi, il s’agit de ne pas relâcher la vigilance, l’hiver est encore long par ici !

ALEX0332

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Bon plan, DIY, Enfants, Tricot

Duo tricot pour jumeaux !

2017 a commencé sur les chapeaux de roues et j’ai été un peu emportée par les nouvelles, le rythme famille-garderie-boulot et les microbes qui avaient élu domicile dans ma petite personne.

Mais c’est surtout avec l’arrivée de deux neveux d’un seul coup dans notre famille, qui a suscité beaucoup d’émotions. Sitôt la larmichette essuyée, j’ai sauté dans mon stock de laine, filé dans une boutique parce qu’on a jamais ce qu’il faut c’est bien connu, et fait chauffer mes aiguilles pour confectionner un petit kit de bébé avec chacun son élément, interchangeables à la convenance des parents, suivant leurs goûts.


Modèle 1 : Un Puerperium Cardigan de Kelly van Niekerk. Une valeur sûre ! La version naissance est gratuite, une évolution payante pour la taille au dessus existe.

Laine 1 : aimant toujours autant la douceur de mon pull Stasis, j’ai pris de nouveau de la Cascade 220 superwash Sport. Un coloris gris clair pour accorder avec tout vêtement, casse-tête de tout parent, de jumeaux encore plus ! 175m/190 yards pour être exact, le projet parfait pour vider ses restes en 4 mm. Lavage en machine qui plus est !

Réalisation 1 : aucune modification ! J’avais réalisé une première version pour mon propre bébé. Je savais la coupe impeccable malgré un nombre de boutons assez conséquent. J’ai découvert depuis la version de Dangoumette qui a réduit de moitié le nombre de boutonnières avec succès. Pour un prochain je suivrai son exemple.


Modèle 2 : Le petit pantalon pour le deuxième frangin est l’adorable Rocky de Tin Can Knits.

Laine 2 : la Baby Merino de chez Drops. Jamais essayée, largement entendue parlée, elle est effectivement fort agréable à tricoter. Fine à souhait, le modèle se tricote en 2.25 mm pour la ceinture et 3,5 mm pour le corps. J’ai aussi tricoter les chevilles en 2,75 mm. 220m/240 yards pour la taille 0-6 mois. Lavage en machine pour du 100% laine de merino !

Réalisation/modifications 2 : Ma seule modification fut de faire les côtes des chevilles en aiguille 2.75 mm pour être sûre que les petits pieds et chevilles fragiles de cet âge passeront sans contorsion. On est toujours réticent à forcer sur ces petites choses. J’ai aussi choisi l’option i-cord pour la ceinture, sans regrets !


Le colis est parti rapidement pour être sûrs d’être portés. Nés petits, les neveux ont bien compris l’objectif des premières semaines et ont pu rapidement les porter. J’ai eu droit à ma photo, j’étais ravie ! Les couleurs sobres et élégantes ont plu comme attendu !