Duo tricot pour jumeaux !

2017 a commencé sur les chapeaux de roues et j’ai été un peu emportée par les nouvelles, le rythme famille-garderie-boulot et les microbes qui avaient élu domicile dans ma petite personne.

Mais c’est surtout avec l’arrivée de deux neveux d’un seul coup dans notre famille, qui a suscité beaucoup d’émotions. Sitôt la larmichette essuyée, j’ai sauté dans mon stock de laine, filé dans une boutique parce qu’on a jamais ce qu’il faut c’est bien connu, et fait chauffer mes aiguilles pour confectionner un petit kit de bébé avec chacun son élément, interchangeables à la convenance des parents, suivant leurs goûts.


Modèle 1 : Un Puerperium Cardigan de Kelly van Niekerk. Une valeur sûre ! La version naissance est gratuite, une évolution payante pour la taille au dessus existe.

Laine 1 : aimant toujours autant la douceur de mon pull Stasis, j’ai pris de nouveau de la Cascade 220 superwash Sport. Un coloris gris clair pour accorder avec tout vêtement, casse-tête de tout parent, de jumeaux encore plus ! 175m/190 yards pour être exact, le projet parfait pour vider ses restes en 4 mm. Lavage en machine qui plus est !

Réalisation 1 : aucune modification ! J’avais réalisé une première version pour mon propre bébé. Je savais la coupe impeccable malgré un nombre de boutons assez conséquent. J’ai découvert depuis la version de Dangoumette qui a réduit de moitié le nombre de boutonnières avec succès. Pour un prochain je suivrai son exemple.


Modèle 2 : Le petit pantalon pour le deuxième frangin est l’adorable Rocky de Tin Can Knits.

Laine 2 : la Baby Merino de chez Drops. Jamais essayée, largement entendue parlée, elle est effectivement fort agréable à tricoter. Fine à souhait, le modèle se tricote en 2.25 mm pour la ceinture et 3,5 mm pour le corps. J’ai aussi tricoter les chevilles en 2,75 mm. 220m/240 yards pour la taille 0-6 mois. Lavage en machine pour du 100% laine de merino !

Réalisation/modifications 2 : Ma seule modification fut de faire les côtes des chevilles en aiguille 2.75 mm pour être sûre que les petits pieds et chevilles fragiles de cet âge passeront sans contorsion. On est toujours réticent à forcer sur ces petites choses. J’ai aussi choisi l’option i-cord pour la ceinture, sans regrets !


Le colis est parti rapidement pour être sûrs d’être portés. Nés petits, les neveux ont bien compris l’objectif des premières semaines et ont pu rapidement les porter. J’ai eu droit à ma photo, j’étais ravie ! Les couleurs sobres et élégantes ont plu comme attendu !

Un col, une pelote ! [tuto]

Qu’on se le dise : Winter is coming ! Et comme notre ami Jon Snow était ces jours-ci à Montréal (j’ai du réseau moi messieurs-dames je sais des choses),  je me suis dit qu’il serait bon de préparer l’hiver en ce beau moites d’août…

Nan parce que le Festival Sheep and Wool de Rhinebeck dans l’Etat de New-york voisin approche à grand pas et il faut faire de la place dans le meuble à laine ! (argument plus valable pour Le Duc que celui cité précédemment).

Au cours de notre escapade en France au printemps dernier, j’avais honteusement profité du départ à la retraite d’une mercière, sans repreneur, et des rabais de fous qu’elle faisait. 1 euros les pelotes de 100gr, 50 centimes les 50 gr ! Je suis rentrée chez mes beaux-parents les bras chargés d’un carton pour 8 euros (je te laisse faire le calcul…)

Parmi les trésors, se trouvait cette pelote de 100gr de fil bulky, pelote orpheline à qui j’ai trouvé une super utilité : un tour-de-cou pour enfant !

IMG_7097

Modèle : Un col au point mousse.

Fil : le fil TIKAL de la marque Katia. C’est du 53% laine, 47% acrylique. C’est un fil méché, donc peu tordu et assez brut. Il se tricote en aiguille 9 ou 10 habituellement. J’ai utilisé (allons savoir pourquoi) des aiguilles circulaires de 8 mm en plus petit cable que je possède, 40 cm.

image_medium2-2

Réalisation : J’avais d’abord monté 40 mailles mais force est de constater au bout d’une dizaine de centimètres de hauteur, que le col convenait plus à une adulte. J’ai hésité un peu j’avoue, puis j’ai défait pour remonter seulement 35 mailles et l’adapter ainsi à un petit calibre. 35 mailles sur 30 rangs de hauteur !

Note : en aiguilles circulaires, pour obtenir un point mousse alors que vous êtes toujours sur l’endroit du travail, il faut alterner un rang endroit et un rang envers. Un petit marqueur pour le début du rang est recommandé.
IMG_7094

 Jon Snow, la petite E. t’attend ! (sa mère aussi…)

Le carnet à Dessin de Gustave !

Il n’y a pas si longtemps (quinze environ tout de même) j’usais encore du prétexte d’aller chez ma copine Emilie pour sortir avec les copains en douce. Depuis, les parents bernés ont su qu’Émilie n’existait pas et j’ai volé de mes propres ailes  en roue libre et sans avec assurance.

Je suis désormais dans le rôle des parents à berner et je me prépare tout doucement aux filouteries de ma petite E. Lorsque qu’elle a reçu sa première invitation pour la fête d’anniversaire d’un copain du parc, je l’ai joué finaude et n’ai pas manqué d’insister pour l’accompagner. Oui ok du haut de ses presque-deux-ans, l’affaire était encore peu subtile, son mensonge difficile à formuler, et j’avais contrôlé la liste : point d’Émilie factice à l’horizon…

DSC_0198

Le petit ami en question avait, lui , atteint le stade de 2 ans tout pile, et je voulais lui préparer un petit quelque chose de spécial. Les parents fins mélomanes se concentrant sur les instruments de musique en tout genre ils sont fous, je voulais piocher dans un autre côté artistique. Artistique oui, mais utile pour capter son attention 15 min, c’était là l’enjeu !

Et c’est en surfant sur mes Epingles de Pinterest, que j’ai trouvé le cadeau idéal, rapide à confectionner, tutorié par ma copine Alice !

DSC_0188

Modèle : Mon petit Carnet à Dessin, du blog Mes petites coutures ! C’est un modèle gratuit, expliqué en pas à pas, offert gracieusement par Alice (à des fins non commerciales, certains ne comprennent pas vraiment ces termes alors force est de constater qu’il n’est pas inutile de le rappeler…)

DSC_0194

Tissus : J’ai utilisé 3 tissus et 1 molleton pour la doublure.

Tissu Lion : c’est un tissu disponible à la boutique Biscotte et Cie, créé par la designer Sarah Watts aka Wattsalot, appelé Monarch de sa Collection August, de Printemps 2014 en 100% coton.

Tissu chevron : un 100% coton aussi disponible chez Effiloché, il s’agit d’une chute issue de la fabrication d’un coussin de grossesse pour une ancienne collègue (coucou MP !).

Tissu à pois : aussi chez Effiloché, ce coton brut, épais, est issu des chutes de la housse du couffin confectionné pour ma copine Eva et son petit baby.

DSC_0190

Molleton : en polyester épais est une chute d’un coupon à 1$ chez J&L Couture.

Le bouton maxi format anis est une trouvaille du jour même chez Club Tissus et le brin de laine de mon stock bien sûr !

DSC_0196

Réalisation / modification : ma seule modification aura été de remplacer temporairement les crayons de couleurs pointus par des crayons de cire moins dangereux pour un petit de 2 ans, laissant aux parents le soin de les remplacer s’il est déjà habitué à les manipuler.

DSC_0197

La partie la plus longue à réaliser est les fentes pour les crayons. Pour ma part, j’ai dessiné les lignes sur l’intérieur, côté molleton et ai passé un fil foncé contrastant sur ces lignes. Il me restait donc ensuite à coudre sur l’endroit en suivant le fil de bâti, puis le retirer ensuite.

DSC_0191

Ce que j’ai aimé : j’ai adoré confectionné ce petit carnet, rapide, et coloré comme j’aime, j’ai pu associé les différents tissus à motif de mon stock.

DSC_0193

Ce que je n’ai pas aimé : passer 30 min dans le rayon papeterie peu fourni de mon Renaud Bray à proximité (équivalent pauvre de la Fnac française), incapable de trouver un carnet à spirale à page blanche… sans parler du format… Une autre fois je pense trouver le carnet et adapter un peu mon format de carnet en tissu à celui-ci.

DSC_0189

Le petit Gustave était content et a crayonné quelques minutes avant de vaquer à ses autres multiples occupations de sa soirée, étourdi par les jeux, les gens, le buffet… bref une belle fête 🙂

Et il n’est même pas venu dormir à la maison… je l’ai à l’oeil je vous dis….

DIY le plateau Verrous type Montessori

Si tu  ne sais pas ce qu’est Montessori, pas de panique, tu n’es pas un(e) ignare complet, ni un dangereux individu. Montessori est une méthode d’apprentissage, un art de vivre et d’organiser la vie des jeunes pousses, futurs adultes. POur faire court et simple, ça consiste à favoriser la motricité, l’autonomie des enfants, leur libre-arbitre, leur capacité à décider, à se tromper, à apprendre par le jeu, et mettre à leur hauteur des outils basiques et simples pour découvrir leurs capacités.

DSC_0574

Je ne suis pas le gourou de cette méthode certes ( je ne lis pas les livres) mais après avoir compris le principe global, je fabrique mes petits outils de temps en temps avec pour cobaye la mini Etoile de mon foyer.

DSC_0588

Après le memory Homemade pour la mémoire des plus grands et les bouteilles remplies de pois ou riz pour jouer de la musique, j’ai voulu imaginer un petit plateau pour la motricité fine (avec les doigts quoi).

Matériel :

  • 1 planche de bois ou mélaminé. Celle-ci a été trouvée dans la rue, coupée pour former un carré, poncée aux 4 coins pour arrondir.
  • une perceuse-visseuse (dévisseuse quand tu pars pas droit).
  • tout un tas de verrous, poignées, fermoirs trouvés à la quincaillerie la plus proche. J’ai ajouté des ronds à visser pour associer avec un lacet et varier les plaisirs + un arrêt de porte à ressort.
  • quelques petites vis de rab’, si comme moi, tu ruines les premières en utilisant un foret trop fort et y allant comme une brute.

IMG_6698

J’aurai aimé vous montrer la tête du vendeur de ma quincaillerie de quartier avec mes 5-6 verrous différents dans les mains. Je voyais sur son visage l’expression : “la pauvre fille a été missionnée par son mec pour les courses et elle ne sait pas quoi prendre…”.

IMG_6735

J’avoue j’ai failli me justifier, mais l’argument “c’est pas pour moi c’est pour un jeu pour ma fille” ne l’aurait peut-être pas forcément rassuré ni convaincu.

IMG_6700

DIY : tu visses le tout sur la planche, tu prends garde à ce que ça ne dépasse pas trop sur l’arrière et tu mets l’enfant devant ton oeuvre. L’enfant n’est pas ingrat (pas pour jouer en tout cas) il va tout de suite toucher, tourner, faire rebondir, cliqueter… et développe ainsi sa motricité fine avec un jeu qui aura coûté un minimum.

DSC_0583

Et si votre enfant n’est pas fan (perso ici elle s’entraîne au CAP Arsène Lupin), on pourra se consoler en se disant que vous aurez vous-même développer vos propres capacités en vissant, perçant (demandant à un monsieur venu réparer votre porte de vous montrer comment changer le foret), dévissant, ponçant et c’est sacrément encourageant.
DSC_0581DSC_0590

Kal Casa : le Bloomsbury d’Anne Bonny…

Bon alors d’entrée, je mets les choses au clair : il n’est pas question de donner ce pull à la moindre personne qui pourrait prétendre s’appeler Anne, Bonny ou même les deux. Je le garde !

DSC_0029

Tout projet commence par une histoire. Celle-ci est à l’initiative de la Maison Tricotée, l’une des boutiques de laine du Plateau à Montréal. L’équipe de la MT (oui parce qu’on est un peu intime à force de se côtoyer la Maison Tricotée et moi, je peux l’appeler MT) a travaillé sur l’élaboration de leur laine maison, qui s’est tout simplement appelée la Casa.

Ses caractéristiques : laine 100% laine péruvienne, 200m pour 100gr* et un prix tout mini pour cette qualité là (de laine, de pure laine), et un panel de couleur assez étourdissant. Elle est dite de qualité Aran, c’est-à-dire à tricoter en aiguille 5-6 mm pour faire un raccourci simple.

Qui est Anne Bonny ? : et ça c’est la minute culture. Ne saute pas ce paragraphe ça ne te fera pas de mal voyons. Anne Bonny est la fille illégitime d’un propriétaire de plantation en Caroline du Sud, épouse mais aussi maîtresse de pirate, le sang chaud, un caractère bien trempé, un brin espionne,… une fille pas recommandable en somme mais qui avait l’art de faire de sa vie une véritable épopée.

L’histoire ne dit pas si elle aimait particulièrement le orange, mais c’est en tout cas la couleur qui lui est attribué par la Maison Tricotée (chaque couleur porte le nom d’une femme célèbre).

Un KAL (Knit-along) est organisé du 22 novembre au 31 janvier par la boutique pour faire découvrir cette nouvelle laine locale québécoise et ainsi montrer son potentiel pour une quantité de modèles. Les amateurs du Jacquard sont d’ailleurs bien servis avec le nombre de couleurs disponibles. Vous pouvez voir les réalisations sur Instagram grâce au hashtag #kalcasa .

DSC_0022

Modèle : Bloomsbury de Svetlana Volkova (patron payant 6.50 $ USD, disponible en Anglais, Russe et Italien). Il existe le modèle pour enfants aussi séparément.

Fil/Aiguille : la laine Casa de la Maison Tricotée, en aran, 100% laine peignée. Lors de ma première visite pour voir et toucher la laine en grosse bobine (elle est vendue au poids), j’étais encore un peu sceptique, j’avais peur qu’elle gratte un peu, comme certaines pures laines. Une fois mise en bobine, plus lâche, l’impression s’est estompée. Encore plus lorsque je l’ai tricoté. Un rendu doux et régulier lors du tricotage, mais encore plus après le blocage (lavage) et à force de le porter. Un peu de bouloche sur les premiers portés, mais c’est le lot d’une laine 100%. Et rappelons que pour son prix, c’est un moindre mal.

ÉDIT : En termes de quantité, c’est là que j’ai été très surprise. Pour la plus petite taille que je faisais, le modèle préconisait 840 yards/770 m et je n’avais utilisé que 645 yards/590 m ! Une sacrée différence qui ne pouvait pas venir uniquement des côtes réduites. Donc un conseil, si tu te lances dans ce pull avec un reste de laine chez toi, ne prends peut être pas au pied de la mettre le métrage  préconisé. Ou alors comme moi pense déjà au projet que tu pourras faire avec ce reste conséquent (incorrigible Perrin).

EDIT 2 : la laine, lancée sur un ratio de 160m/100gr, a été réévaluée à 200m/100gr (voire plus?), ce qui semble plus en adéquation avec les restants de laine que nombre de testeurs avaient. Après avoir rallongé les manches 3 mois plus tard de deux motifs, j’ai finalement utilisé 695 m, 758 yards soit 315g de laine Casa.

Taille : j’ai réalisé un XS en réduisant ma taille d’aiguille de 0.5 mm pour faire correspondre mon échantillon de cette laine avec ce modèle. Je voulais aussi être sûre que le pull serait prêt du corps, pour garder le bénéfice de la dentelle et sa transparence sur la peau. Avec une mini-poitrine, je voulais aussi éviter que ça baille devant.

DSC_0025

Réalisation/modification : Outre le changement d’aiguille pour réaliser ce pull, je n’ai fait qu’une modification majeure qui se répète sur le col, les manches et le corps du pull : le nombre de côtes. J’ai réduit de moitié le nombre préconisé (8 rangs au lieu de 16, avec le recul peut-être que j’aurai pu en faire 12 maxi). J’ai adapté bien entendu la longueur des manches et du corps en conséquence.

Une autre particularité faite sur le modèle : quand on termine manche et son motif, j’ai rencontré un problème de nombre de mailles. Le motif démarre sur 36 mailles et finit sur 34, or pour faire les côtes 2/2 du bout il vous faut un compte impair de double-maille (c’est confus là non ?) pour enchaîner les 2 envers et 2 endroits en rond. Avec 34 m, tu l’as dans l’os, j’ai donc réparti 2 diminutions supplémentaires pour tomber à 32 et éviter un petit effet collerette  disgracieux…

DSC_0027

A titre indicatif, j’ai répété le motif dentelle 21 fois au total sur les manches et 18 fois pour le dos.

DSC_0030

La particularité de ce pull est vraiment dans la construction top-down (du col vers la taille) avec des augmentations au centre du devant du pull qui monte le “yoke”. 

DSC_0028

A la question : mais qu’est-ce que tu fiches dans la neige en décembre à Montréal avec un pull à trous ? je peux te répondre que même à trous le pull est extra chaud avec cette laine Casa. Ou alors c’est la gamine qui est affalée dans la luge que je traîne qui me fait monter en température. Ou alors c’est son sourire qui me fait fondre ?!… ouais peut-être bien. Mais le pull est extra je l’ai porté di-rect ! Et ça c’est une grande preuve de satisfaction. Je le porte même un peu trop, il va avoir besoin d’un petit traitement anti premières bouloches.

DSC_0032

On termine bien l’année 2015 non ? Ça motive pour la suite ! 2016 s’annonce canon.

*lancée sur un ratio de 160m/100gr, elle a été réévaluée à 200m/100gr (voire plus?), ce qui semble plus en adéquation avec les restants de laine que nombre de testeurs avaient.

Le cadeau-minute : la Bouillotte Sèche (tuto DIY)

Vous savez les petits cadeaux de dernière minute que tu cherches désespérement dans tous les libraires générales, les boutiques de 1001 objets inutiles mais forts jolis, où tu supplies du regard les vendeurs de t’aider à trouver l’idée que tu n’as pas ?

Ça y est je pense que tu bois vois…

Cette année, nous étions pas mal organisés. En faisant Noël à 6000 km des festivités familiales, il faut dire que c’est sans doute plus facile. Un, deux, trois clics sur le net et nous gâtons la tripotée de neveux et nièces outre-atlantique.

Pour le repas de Noël que nous faisons ici entre amis expatriés, il est d’ordinaire décidé de faire une Pige de NoëlKézako ? Tu vas sur le site, tu rentres les adresses internet de chacun et pouf pouf ça envoie un message à tous pour leur indiquer qui est la personne à gâter ! Le mystère reste entier et on peut alors faire plaisir à la personne avec un budget plus important.

J’ai suivi la règle et préparé mon cadeau pour… le Duc. Oui ça c’est le côté plate quand tu te creuses déjà la tête pour son cadeau maison PAF tu dois trouver une nouvelle idée pour le repas entre amis ! Pour la peine, je l’ai chargé de s’occuper du cadeau que notre Demoiselle devait faire (la bave/morve c’est pas accepté cette année).

Oui mais voilà mes copines d’amour, je voulais aussi leur faire un petit paquet, pas un truc extraordinaire mais juste un petit cadeau fait maison qui leur montre que je pense à elles.

Le cadeau que je préparais pour les éducatrices de la Garderie de la Demoiselle s’est donc multiplié pour un travail à grande échelle 🙂

La bouillotte sèche en graines de lin

Pour cela tu as besoin :

  • un quarter de tissu 45×45 cm par exemple comme ici avec des carrés de coton de chez Petit Pan et de chez Biscotte et Cie (l’Oryx je l’adore) (qui fait aussi du tissu et ça je l’ai agréablement découvert) : Couper une bande de 16cm X 34 cm par bouillotte pour la housse.

IMG_5986

  • Une bande de coton basique 100% (15 cm x 28 cm) pour faire la poche à graine : du coton Ikea comme pour la housse de mon coussin de grossesse par exemple.
  • des graines de lin : 0,35 cts (de dollar canadien) pour 100 grammes, c’est le plus économique. Ça donne un rendu plus souple, plus doux en texture que les écales de sarrasin. Mais tu peux mettre ce que tu veux (germes de blé, etc…).

IMG_5987

  • du fil, une machine à coudre ou une aiguille et de la patience, un entonnoir, et 20 min par bouillotte !

Voici un petit tuto en image, mais c’est quand même simple comme bonjour et tu es capable de le faire en réfléchissant un chouïa. (mais les mesures pour couper ton tissu et plier pour coudre, ça reste pratique !)

IMG_5982IMG_5983

Tu plies les bandes de coton blanc en 2. Et tu couds 2 côtés plus les 3/4 du troisième. (la quatrième face est la pliure de ton tissu. Je suis passée deux fois pour la couture pour être sûre que cela ne craque pas à force d’être trituré. Tu retournes ensuite le carré et fais ressortir l’ouverture.

IMG_5988 IMG_5990

Tu te dotes de ton plus bel entonnoir, le plus mince ira très bien, les graines de lin sont très fines. Par le trou et tu remplis aux 3/4 du sachet. Il te reste ensuite à soit coudre à la main le petit morceau qui restait ouvert ou faire un aller-retour avec la machine à coudre (c’est mon cas, je suis flemmarde et c’est bien serré ainsi.

IMG_5991

Tu prends tes bandes de tissu pour les housses et couds un petit revers à chaque bord court. Puis, et c’est là que le tuto prend réellement son importance : tu rabats d’un côté sur 8 cm, plus l’autre côté rabattu sur 10 cm. Une épingle de chaque bord pour que cela reste en place et un aller retour de machine à coudre sur chaque (tu peux insister quand tu passes sur les petits ourlets, ça garantira leur solidité. IMG_5992 IMG_5993

Tu as ainsi ton sac de graines de lin et ta housse colorée !

 IMG_5995 IMG_5996

Ensuite le concept est simple, les graines de lin emmagasinent la chaleur et réactivent quand tu malaxe le sac.

Chauffe le sac (mais pas la housse pour être sûre de pas te bruler) dans le micro-ondes 30-45 sec ou au four (sur une plaque à chaleur douce) ou encore posée sur le radiateur. Pour le four et le radiateur c’est un peu plus long.

A manipuler avec précaution pour la glisser dans sa housse et la glisser dans le dos sur le canapé avec son tricot, dans sa poche lors d’une sortie froide (mais si un jour il fera froid, vous verrez) ou encore pour soulager les coliques des bébés (mais là tu prends tes précautions pour ne pas que la bouillotte soit trop chaude, les bébés ont besoin de constance mais pas forcément que ce soit très chaud).IMG_5998

DIY la Cabane des tout-petits

Je vous avais livré mes astuces pour un déguisement d’Halloween à moindre frais quelques heures avant la fête. C’était sympa de ma part mais pas dans un timing très à-propos.

Je me rattrape cette fois-ci avec la Cabane-qui-déchire !

IMG_5956

Tout a commencé par une simple question du Duc à propos de l’anniversaire de notre Demoiselle et du cadeau qu’on souhaitait lui offrir. Je n’étais absolument pas préparée à cette question et le “rien” qui est sorti naturellement l’a un peu stupéfait #mèreindigne.

Dans l’idée, pas que je ne voulais rien lui offrir, mais plutôt qu’elle n’avait pas de “besoin” particulier en plus ce jour-là (on venait d’acheter un siège auto, mais parait-il que c’est pas amusant). Ma deuxième réaction fut de dire : elle s’amuse des heures avec un morceau de carton…

…. et là paf ça a fait tilt, comme une petite ampoule au-dessus de ma tête.

J’ai vu le carton d’emballage du siège auto, plus un autre propre et j’ai tout de suite vu le potentiel ! Après un rapide tour sur Pinterest pour des idées de décoration, je me suis lancée la veille du jour J.

Pour une maison 1 pièce, il vous faut :

  • 2 grands cartons pour adapter à la taille voulue
  • du gros scotch/tape de déménagement pour consolider les fondations et le toit
  • du making tape de toutes les couleurs
  • un cutter/lame pour découper les ouvertures/portes/fenêtres
  • des tuiles en papier coloré (2 tuiles par feuille A4, il m’a fallu 40 tuiles/20 feuilles)
  • 2 h pas plus !

J’ai tout d’abord assemblé mes deux grands cartons pour avoir la grandeur voulue qui aille bien dans la chambre, puis découper les rabats du bas pour qu’il me serve pour le toit. Associés aux rabats du haut, ils vous permettront d’avoir un toit pointu comme dans la petite Maison dans la Prairie.

Les rabats coupés en bas servent aussi à faire les pignons sur lesquels le toit sera appuyé. Ne pas hésiter avec le scotch/tape, il sera caché par les tuiles posées en quinconce.

J’ai ensuite percé une fenêtre avec des volets cousus pour ne pas battre au vent, une porte, le Duc a sorti de son imagination une poignée improbable et drôle, et enfin une fenêtre à carrés vitrés imaginaires.

DSC_0219 DSC_0220 DSC_0221 DSC_0222 DSC_0225 DSC_0471

Les fleurs en making tape (scotch de papier) y pousse en toute quiétude et ça sert aussi super bien pour cacher tous les jouets quand on sait pas où les mettre.

DSC_0365DSC_0371

J’avoue, je me suis vraiment amusée à la réaliser. J’étais d’ailleurs bien plus enthousiaste que ma Trublione. La faute au Duc qui l’a enfermé à l’intérieur avant que les fenêtres ne soient créées. Petit moment d’angoisse qui laissé notre gamine assez méfiante face à ce palace !

Une timidité qui n’aura pas duré plus de quelques jours. Elle s’y cache désormais, y installe ses jouets, et tente de voir si la construction remplit les normes anti-sismiques. Je n’ai certes pas de diplôme d’ingénieur (le Master d’Audiovisuel sert quand même à beaucoup de choses dans la vie !), mais je crois sans trop m’avancer qu’en cas de forte bourrasque, la mignonne ne craint pas grand chose… La maisonnette par contre…

Voilà si le Père Noël est un peu fauché cette année, vous avez la solution au top pour amuser vos gamins quelque soit leur âge (sauf passé 10 ans, je crois qu’ils vont vous dire que vous êtes nazes…) et quand ils n’en voudront plus, vous n’aurez aucun mal au coeur à vous en débarrasser.

… sauf si à vous, elle vous plaisait encore…j’avoue j’ai de la place dans ma chambre…

IMG_5959

Warmest Mittens, les moufles du Duc !

Dans mon précédent article, je disais que c’est souvent le cordonnier le plus mal chaussé, ou plutôt la tricoteuse souvent la plus dépourvue… Bon on peut rectifier que la tricoteuse moderne est égoïste comme il faut, et donc, a tout ce qu’il lui faut ! Mais son mec, beaucoup moins.

DSC_0417

A croire que le Duc lit mes articles du blog, il m’a réclamé une paire de moufles (mitaines au Québec). Et bien que j’ai une liste de tricot-envie longue comme le bras, je me suis dit que je pourrais sûrement lui caser cela quelque part.

DSC_0410

Mais en plus d’être dans une phase généreuse (les copines vous emballez pas), je suis aussi dans une phase vidage-de-stock. Oui #onutiliselesrestes est devenu un hashtag viral sur Instagram et il me va totalement en ce moment (non c’est pas vrai j’ai aussi acheté de la laine…)(mais je peux mentir un peu je suis chez moi).

Après le Béguin de notre petite, mon cardigan Tambourine avec de la laine détricotée, j’ai réutilisé des restes de laine de projets du Bonnet de mon neveu de 4 ans (à l’époque), de l’écharpe de son frère, et de mon bonnet de l’an dernier.

DSC_0412DSC_0413

Modèle : Warmest Mittens de Kris Percival. Le modèle est gratuit en anglais.

Taille : Unique ! Attention, ça taille assez grand. J’ai suivi les mesures données dans le patron et ça convient parfaitement au Duc, donc un homme (si je vous jure), tout fin mais quand même grand (ça donne pas tellement envie dit comme ça…)

L’avantage, c’est que vous pourrez facilement coudre une doublure en tissu/polaire pour l’intérieur si vous voulez isoler encore plus vos mains.

DSC_0408

DSC_0416

DSC_0407

Laine/aiguilles : Aiguilles 3,5 mm double-pointes pour la partie de la cheville, puis 3,75 mm double-pointes aussi pour la main et pouce. Personnellement, je n’utilise pas d’aiguille sur cable avec la technique du magic-loop. Ça me laisse une petite démarcation où je tire sur le cable et je vais bien plus vite avec 4 aiguilles (3 sur l’ouvrage et 1 qui tricote comme ça il m’en reste 1 dans le paquet si j’en perds une).

Couleur Gris foncé : Berroco Vintage (environ 7 grammes, soit 15m/16yds)

Couleur Rouge : Berroco Vintage (environ 13 grammes, soit 34m/37yds)

Couleur gris clair : Leizu DK de Julie Asselin en colore Birch (42 grammes, soit 86m/95yds)

Bon, il me reste de la Berroco Vintage rouge, et de la Leizu DK certes, mais petit à petit et avec quelques projets crochets à venir, on en vient à bout !!

12080686_1480914682214331_114431300_n_medium

Réalisation/modification : La réalisation de ces mitaines est vraiment très simple. Si vous avez le coup de main pour tricoter sur des aiguilles double-pointes notamment, vous en faites une par soir devant 2 épisodes de Breaking Bad (oui je suis en retard dans les actus séries)

Pour les enchaînements de couleur, j’ai alterné sur les deux derniers rangs de côtes, un rang 1m rouge, 1m gris foncé, puis l’inverse sur le deuxième. Puis fait 4 rayures de 2 rangs chacune et les 4 derniers rangs du pouce en rouge.

Ma seule modification est dans la fermeture de la partie MAIN. Je n’ai pas compris les explications. A mon sens, ce n’est pas très clair et régulier. J’avais peur que cela fasse une vraie pointe au bout, alors que j’aime l’effet bombé et rond.

DSC_0414

J’ai tricoté 4m , puis fait 1 dim pendant 2 rangs ; tricoté 3m, puis fait 1 dim pendant 1 rang, puis 2m ensemble pendant 1 rang. J’arrivais alors à un total de 20m (10 de chaque bord) et ai fermé la moufle comme une chaussette avec la technique invisible du grafting.

DSC_0424

Et pour cette technique, je prends systématiquement la technique écrite par Tin Can Knits pour ses chaussettes Rye, que j’avais faite ICI. C’est clair, concis, c’est ma bible du grafting.          DSC_0418

Autumn Mood : Latte Baby à ma façon ! (tuto doublure)

J’ai pratiqué l’art du teasing sur Instagram et Facebook hier, je t’en dis plus aujourd’hui !

DSC_0293

Après avoir eu un été qui jouait les prolongations avec des 28-30 degrés au mois de septembre, nous sommes très nettement passés du côté obscur de la force en automne. Au Québec, l’Automne c’est particulier. C’est beau et chaud, mais avec un vent du Nord qui te glace les côtes et t’enrhume obligatoirement pendant deux semaines. Après c’est bien simple, il fait trop frais pour les bactéries, elles dorment.
DSC_0291 DSC_0292DSC_0294Je n’ai pas échappé à la règle, j’ai sué sang et eau pour mon semi-marathon (défi de post-partum check !), puis j’ai filé en chalet une fin de semaine pour voir s’installer la couleur rouge sur les arbres et voir le nez de ma petite fille et le mien (oui elle a appris à faire des becs, pile à la bonne période) dégouliner très gracieusement.

Pour ma part je suis pas mal lotie, question tuque et manteau. Pour sa part à elle, en mode je-prends-1cm-par-nuit aucun tricot/vêtement ne dure plus d’un mois (les températures non plus ceci-dit).

DSC_0295

DSC_0297Avant de revêtir la fabuleuse combinaison d’hiver, il fallait donc dégainer la veste d’automne qu’elle mettra 3 semaines si tout va bien !

DSC_0300

J’ai voulu lui faire alors cette petite veste de mi-saison. J’ai choisi une veste tricoté, que je voulais doublée. Pour la couleur, on ne change pas une équipe qui gagne. Moutarde encore et toujours (et puis paf cette année c’est à la mode dis donc !).

DSC_0299

Modèle : Latte Baby de Lisa Chemery

Taille : J’ai réalisé la taille 12-18 mois dans une taille d’aiguille plus petite (5,5 et 6 mm) que le modèle, qui convenait au fil utilisé. En version doublée elle revient plus à une 9-12 mois (9 mois pour les grands gabarits, 12 mois pour les plus petits).

11909196_1452939115014871_263531030_n_medium2

Fil : Mea Culpa ! J’utilise ici du 100% acrylique : Canadian Solids de chez Patons ! Alors oui c’est pas un fil si chaud que ça, et oui il va pelucher rapidement surement, mais pour la durée d’utilisation (1 mois je vous parie) il serait dommage de mettre cher dans cette veste. 330m/360yds de fil en tout et pour tout.

Réalisation/modifications : En plus de l’ajustement des aiguilles au fil, qui ont réduit sa taille générale, j’ai doublé cette veste. J’avais au départ, voulu utiliser un tissu liberty pour apporter un peu de motif mais il fallait bien se rendre à l’évidence devant la tonne de mouchoirs passés cette dernière semaine. Il faut avoir chaud et le Liberty ce sera pour le printemps, voire l’été prochain.

J’ai donc doublé l’ensemble avec de la polaire beige tout simple. Un coupon à 2$ dans un bac chez JLG Couture à Montréal.

Pour cette doublure, j’avais l’idée mais aucune formation pour le faire. J’ai donc longuement tourné autour du tricot puis me suit lancé un soir morose. C’est bien connu pour ne pas trop penser, il vaut mieux se lancer des défis… et c’est largement abordable comme défi.

Voici un petit déroulé des étapes si l’idée vous tente. En 1h c’est fait !

Tout d’abord tu étales la veste à plat de manière à dégager la pièce la plus importante à plat. Tu peux le faire directement sur l’envers de ton tissu de doublure pour tracer avec marge de coutures directement. (Attention pour la capuche, tu fais un rectangle ou carré).

IMG_5518 IMG_5519 IMG_5521 IMG_5520

Former la capuche en faisant une couture sur le haut en faisant concorder les deux pointes. Puis, après avoir fait un léger rentré d’1cm sur toute ta pièce, tu épingles sur toute la bordure extérieure après le point de vannerie. Il te reste alors à coudre à la main ou à la machine (pour ma part à la machine).

IMG_5522 IMG_5523

Je n’ai pas photographié les pièces des manches mais elles sont à décalquer directement sur la veste posée à plat (le devant et le dos de la manche en une seule pièce) en suivant le raglan. Coudre sur la longueur la face polaire endroit contre endroit (la face rase sera contre le tricot après la couture).

IMG_5558

DSC_0301

Il reste alors à percer les manches (et là ça fait un peu peur) pour y coudre les manches que vous aurez insérez dans le tricot. Il est bon alors de travailler sur l’envers en retroussant le tricot au maximum pour avoir de la place. En dernier lieu, faire une couture invisible à la main avec un léger rentré au niveau des poignets.

IMG_5528 IMG_5531 IMG_5532 IMG_5557

Enfin, j’ai remplacé les boutons du Latte par des pressions Kam grises en forme de coeur. Ça c’est la touche girly. Alors autant côté rapidité et flemme, c’était le choix le plus judicieux, autant des pressions sur un tricot fait en 5,5mm ce n’est pas le plus malin : les pressions passent pour certaines à travers le tricot. Pas bien grave, elles tiennent parfaitement bien sur la double polaire cela dit. Et pour un manteau éphémère c’est déjà beaucoup !

Impossible de vous le montrer porter, pour cause grosse dormeuse ce matin avant mon départ et de pluie incessante depuis le milieu de la nuit (et puis un peu parce que j’avais pas envie de me casser la tête à la flouter…)

DSC_0290

Petit budget (15$ environ pour l’ensemble) mais maxi effet, j’ai été d’emblée repérée comme la mother-who-knits à la garderie… Bingo !

Ravelry, expliqué à mon chum/copain

Pas besoin d’être lecteur/lectrice assidu(e) de ce blog, pour avoir déjà lu/vu/entendu parler de Ravelry. Ce petit mot magique est prononcé au moins une fois par mois, que dis-je par semaine, et en réalité par jour chez moi :

R-a-v-e-l-r-y !

Certaines s’exclament, les autres sourient mais il y a un petit groupe au fond un peu en retrait qui regarde ses pieds et se demande quel est ce site, aux allures de Bible ès Tricot/Crochet, auquel je fais si souvent référence.

N’ayez plus honte, vous n’êtes point seul. La plupart des tricoteuses même averties, aguerries et pas que de Montlhéry ne connaissent pas le site internet Ravelry.

Attention, je parle surtout des tricoteuses (et crocheteuses, vous vexez pas vous là au fond) francophones, car en effet le site Ravelry est exclusivement en anglais. Et on connaît le peu de talent qu’ont les francophones pour les langues (à apprendre of course). Ceci explique sans doute cela.

Je ne prétend pas vous faire une formation ravelresque, tant le site regorge de sections, sous-sections, outils et possibilités et en plus ils ne me payent pas… Mais je peux te faire un inventaire à la Prévert de son utilité.

C’est un peu comme si on résumait cela par Ravelry expliqué à ma mère (si tu as l’accent québécois c’est encore plus joli à dire) ou encore Ravelry expliqué à mon chum/copain/mec/mari. Et qu’il comprenne enfin que la page ouverte non stop sur le site a Oui une utilité et que Non je n’ai pas fini de regarder….

Ariane de La Maison Tricotée, me l’a fait remarqué et c’est effectivement bien dommage. Avant mon arrivée en Amérique du Nord, je ne connaissais effectivement pas ; depuis c’est une page quotidiennement ouverte et des économies substantielles en achat de catalogue, je vous explique pourquoi !

image2-2

Ravelry qu’est ce que c’est ?

– un site sectaire communautaire où tu te créés un profil de tricoteuse (sans avoir 78 ans passés) et te constitue un réseau “d’ami(e)s”. C’est comme Facebook mais tu recherches pas tes ex… (enfin pas moi…).

– une immmmmmense base de données de patrons de tricot et crochet. Patrons gratuits en ligne, liens vers les sites qui les offrent, patrons payants en ligne, patrons issus de livres, etc… Tu rentres des mots clés par ex : Harry potter et tu trouves des patrons (514 les gens sont fous), j’te jure ! (Tu peux rentrer des mots plus coquins aussi, il y a une section “mature”…)

– une immmmmmense base de données de laine et fil. Tu peux ainsi voir pour chaque fil, son poids, la longueur de l’écheveau, quelles aiguilles sont nécessaires, les avis des utilisateurs, les projets pour lequel il a été utilisé, etc…

– un moyen de garder une trace des modèles réalisés. En effet, tu peux indiquer quel projet tu réalises, le fil que tu as choisi, tes aiguilles, mettre des photos du résultat et des notes sur ton avis lors de sa réalisation. Cela sert non seulement à d’autres mais aussi à toi-même si tu finis par offrir le modèle ou si tu ne veux pas répéter des erreurs commises et notées la première fois.

– tu peux aussi, mais là on fait appel à un côté obscur et un peu psychopathe : stasher/référencer tout ton stock de laine.

Ainsi, à chaque projet réalisé, le métrage ou le poids de fil utilisé est déduit de ta liste et tu sais ainsi toujours la réalité de ton stock.

– tu peux trouver des groupes de discussion sur à peu près tout ce qui touche au tricot/crochet et même parfois autre, des invitations aux tests/kal de certains modèles, des groupes de tricot de ta région, etc…

Pis je t’assure que même la tricoteuse non bilingue est capable de s’y retrouver, libre à chacun d’utilise l’outil comme il le veut.

image1-2

Attention : si tu entres le doigt dans l’engrenage Ravelry tu risques d’y laisser ta main, ton bras et tout ton cerveau au final, jusqu’à contaminer le Duc qui partage ta vie.

Au point de surprendre une conversation ou deux, où il t’imite gentiment parlant à tes tricopines : “oui tu connais pas Smorup ? c’est un super patron sur Ravelry, y’a Iznogoud59 qui l’a fait, mais son fil était tout pourri en 90% acrylique, 10% poil de castor…”

C’est un fait, Le Duc bitche/se fout de moi… mais est capable de trouver son prochain patron de pull sur Ravelry tout seul, sans aide… (s’il pouvait ensuite aller acheter la laine ce serait encore mieux).

Toi aussi tu peux le faire !

 

NB : le féminin est utilisé dans cet article par commodité et aussi un peu parce que c’est la réalité… Messieurs tricoteurs, vous êtes encore une espèce menacée rare.

Vous pouvez retrouver cette rapide présentation de Ravelry sur le site de la Maison Tricotée ! Si avec ça le message n’est pas passé, vous êtes irrécupérables !