DIY, Tricot

Adorable Princess Fiona

DSC_0856

Modèle : Princess Fiona de Amy Miller. Il était dans mes favoris depuis des lustres. Mon Duc m’a offert un bon-cadeau pour la laine à la Maison Tricotée suite à mon semi-marathon victorieux de l’an dernier, je me suis gâtée ! Tous les modèles de cette créatrice sont canons, courez voir !

DSC_0860

Fil : c’est un immense coup de coeur : de la SW Merino Nylon de la marque Riverside Studio Yarn (vous pouvez en trouver sur sa boutique Etsy si vous n’avez pas la chance de vivre à Montréal !).

DSC_0849

C’est une qualité fil à chaussette (merci encore à Ariane de La Maison Tricotée de m’avoir averti après l’achat de la version Single que ce n’était pas optimal pour un pull et d’avoir organisé l’échange pour ce fil à chaussette) Le coloris s’appelle Graphite et je suis contente d’avoir opté pour ceui-ci. J’ai des pulls de tous les coloris et un sobre comme ceci me manquait. C’est une laine teinte à la main avec des variations. J’ai fait l’erreur de laisser un écheveau sorti de mon panier armoire à laine. Il a pris le soleil et avait une teinte bien claire par rapport aux trois autres. Par chance pas pour mon porte-monnaie j’ai bien trop de métrage et n’ai pas eu à incorporer cet écheveau pour ce pull. J’ai utilisé 1000 yards/920 m pour ce chandail. Le reste servira astucieusement pour des chaussettes.

DSC_0877

Taille : J’ai réalisé la plus petite taille soit 34 pouces de buste. Le modèle est fin et fluide et se porte avec une aisance positive (c’est-à-dire un peu plus grand que sa taille) ce qui est plutôt rare dans les modèles que je tricote habituellement. Quand tu es assez ronde, tu ne mets pas de pull trop large et bien un peu mince c’est pareil, ça peut faire souvent vite le pull de ton mec et ça manque de subtilité et de classe. Là c’est vraiment parfait dans mes goûts. Pas étriqué mais pas lâche non plus.

DSC_0861

Réalisation / modifications : Je n’ai fait aucune modification quant au patron écrit. C’est simple à suivre et pas de mauvaise surprise en cours de réalisation. C’est un patron niveau intermédiaire (car il faut relever des mailles et ça c,est assez difficile parfois de bien doser). Je trouve les tailles bien prévues.  L’aisance est réellement bien anticipée. J’ai réalisé 5 répétitions des 2 rangées de feuilles (10 feuilles de haut en tout).

DSC_0859

Ce que j’ai aimé : outre le motif dentelle, qui est discret et donne un aspect très classe à ce pull, j’ai beaucoup aimé la construction ! Sans dévoiler trop de choses sur ce patron payant, on démarre par tricoter des rangs raccourcis puis tout la bande de dos/omoplates, puis on relève ensuite des mailles aux épaules pour descendre de part et d’autre et faire la poitrine, avant de rassembler aux emmanchures. C’est peut-être une norme des pulls tricotés de haut en bas, mais c’est assez inédit pour moi et j’ai trouvé que cette manière donne une jolie forme bien ajustée aux épaules et au buste.

DSC_0876

DSC_0880

Ce que je n’ai pas trop aimé : il a peut-être un peu trop d’augmentation dans le bas à mon goût. En effet, je trouve qu’il évase pas mal et ça a donc tendance à gondoler. Mais c’est sans doute le prix de sa fluidité.

DSC_0896

Le temps chaud est désormais installé sur Montréal et je ne vais pas beaucoup porter ce Princess Fiona en journée, mais il se porte parfaitement sans rien en dessous comme ici (ce qui peut rajouter un bel effet de transparence au niveau de la dentelle sur la peau) lors des soirées ou encore si vous avez comme moi un bureau bloqué à 20 degrés (mais ça permet de mettre ses pulls toute l’année #positiveattitude).

Associé à un jean’s, un short, une robe (ou une barboteuse comme ici avec la trublione dans la ruelle) il se marie très bien… Et on est bien libres de ses mouvements et faire les idiots dans la ruelle pendant que le BBQ chauffe…

DSC_0865

DIY, Tricot

Elske Socks : des petits cœurs et 1, et 2 et 3 chaussettes…

En me lançant dans ce modèle de chaussettes, je cherchais le défi ! Une chose est sûre, je ne suis pas déçue. J’étais un peu lasse d’enchaîner les tricots au km, mais après celles-ci je suis bien contente de retourner à la simplicité, pfiou ! Après les chaussettes très simples Rye, puis celles plus fines et ajustées Fika, j’ai ajouté la problématique jacquard !

DSC_0037

Modèle : les chaussettes Elske de Merrian Holland, issu du catalogue Pompom Quaterly, Spring 2015. (après les Fika et le Tambourine, j’aurai largement rentabilisé l’achat de cet exemplaire)

Fil : j’ai choisi mes couleurs favorites du moment dans la même qualité de fil : de la marque Shelridge Yarns la laine 80/20 Fingering trouvée à la Maison Tricotée, qui signifie qu’elle est composée de 80% de laine de mérinos et 20% de nylon. Couleur principale : Linen (155m quasiment toute la pelote de 50g), le motif coeur en Caribbean Waters 1506 (100m) et les côtes/talons/pointes en jaune Goldenrod 1104 (65m)

Réalisation/modifications : Hormis un errata à propos de la charte des petits cœurs qui est indiqué sur le site de Pompom, j’ai trouvé une incohérence sur le talon. Je t’en parle plus bas (cf. ce que je n’ai pas aimé !).

Rang 12 du talon : j’ai appliqué les indications suivantes : row 12 : sl 1, p34 pour être sûre d’avoir le talon centré (la moindre des choses non ?). Ainsi il faudra ajuster les diminutions pour obtenir une charte des cœurs qui convient au moment de la redémarrer à la fin du talon.

Les détails sur ma fiche projet sur Ravelry c’est ici : Elske by Perrin

DSC_0004

Ce que j’ai aimé : J’ai aimé découvrir le démarrage en toe-up, c’est-à-dire par la pointe du pied vers la jambe. Définitivement, c’est le système que je préfère. Le bout du pied est sans couture, harmonieux, et on peut plus facilement utiliser l’ensemble de sa pelote (dans le cas d’une paire de chaussettes unie, en s’arrangeant pour terminer la première à la moitié du poids initiale de sa pelote.

J’ai découvert à cette occasion le montage dit de Judy’s Cast On. Très astucieux et propre, il reste cependant moins facile à se souvenir et exécuter sans un tuto que le Turkish Cast On que j’ai testé depuis.

DSC_0008

J’ai aimé la charte graphique du pied, différente sur le dessus et dessous. Cela permet de ne pas s’ennuyer. Et ces petits cœurs sont vraiment trop beaux il faut avouer. C’est d’abord pour cela que j’ai craqué pour elles sur le magazine.

DSC_0022

Ce que je n’ai pas aimé : J’ai frôlé la crise de nerf au moment du talon. Vous me direz, c’est souvent le cas, le talon n’est pas la partie la plus fun dans des chaussettes, car il faut être concentré. Or non, là la crise est venue d’une incohérence mathématique. Et pour la grande matheuse que je suis (pour mémoire mon prof de terminale me demandait d’arrêter de pleurer sur ma copie et de me concentrer pour terminer au moins un des exercices… bon bon bon) c’est un comble !

DSC_0018

DSC_0019

D’abord j’ai cru que ça venait de moi, une fois, je défais, deux fois, je défais aussi (j’ai pas le melon tu vois), trois fois je redéfais (j’ai une confiance toute limitée dans mes capacités parfois). Finalement je finis par bidouiller la première chaussette pour que le montage du talon se fasse dans l’axe. Pour la deuxième, j’ai eu la bonne idée de trouver la designer sur Ravelry et la contacter. Eurêka elle me confirme qu’il y a bien une ERREUR lors de l’édition du magazine, et que Pompom n’a jamais édité la correction.

La dite-correction qu’elle ne m’a pas donné non plus, ayant tricoté le modèle il y a pas mal de temps elle n’avait plus la solution en tête…. Mouais un peu léger. Je me suis débrouillée toute seule et bien mieux qu’à la première…

J’ai aussi été un peu déçue de la conclusion de la charte des petits cœurs sur la partie “jambe”. Les cœurs se répètent sur le tour complet mais cela ne tombe pas harmonieusement le long de la ligne. Je trouve ça dommage.

DSC_0034

Et là, je suis heureuse, j’exulte intérieurement, je me saisis de mes deux chaussettes et je les essaye ! Enfin j’essaie de les essayer…. Drame en 1 acte : Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie…la première chaussette tricotée en magic loop sur aiguilles circulaires est bien plus .étroite et un poil trop longue de pied que la deuxième, faite avec mes nouvelles aiguilles doubles-pointes offertes par le Duc dernièrement.

C’est sûr que faire deux chaussettes avec des outils différents, il fallait s’attendre à une cagate désillusion… J’ai surtout compris que le magic loop pour moi a une tendance à resserrer, surtout en jacquard là ça devient trop ajusté.

DSC_0003  J’ai donc pas cherché midi à quatorze heures (oh la belle expression française que je ressors là, ça sent les vacances), j’ai défais la première chaussette ! Oui je sais c’est horrible surtout avec tout ce jacquard, mais je ne pouvais pas faire autrement. Et c’est ainsi que j’ai remonté une troisième chaussette, assez rapidement d’ailleurs, motivation et expérience obligent.

Je les porte depuis avec plaisir, elle sont assez larges pour être confortable, et en jacquard je ne sais pas trop comment faire plus ajusté sans risquer d’être trop petites…

Néanmoins, je ne conseille vraiment pas ce modèle, tant que les erratas sur le site de Pompom ne seront pas mis à jour. C’est toujours frustrant et perturbant que d’être confrontés à des erreurs pareilles, surtout dans des chaussettes et encore plus quand tu n’as pas une grande habitude de ce type d’ouvrage.

Tu l’auras compris, les chaussettes en jacquard c’est pas pour tout de suite que Mme Perrin elle recommence 🙂 quoique un joli modèle avec des têtes de renard m’est passé sous le nez sur Pinterest…

Je démarre d’ailleurs le projet de Mélina du blog Letipanda de faire 12 paires de chaussettes sur 1 année (projet Les 12 petons du Herr General) (cette paire ne compte pas, je l’ai commencée le 10 novembre !!). Je ne sais pas si je tiendrais cette cadence mais ça me motive assez. A moi par contre de me donner les moyens avec des patrons bien moins prise-de-tête…

KAL, Patron, Tricot

Un Flax pour finir les restes !

Le KAL Casa de la Maison Tricotée se termine le 31 janvier ! Avez-vous participé ? Commencé ? Doublé la mise ?

J’avais craqué, pour ma part sur la couleur orange appelée Anne Bonny pour réaliser mon pull Bloomsbury.

Lors du rabattage, j’ai constaté qu’il me restait vraiment pas mal de laine. Après quelques échanges avec l’équipe de la MT, il s’est révélé que le ratio poids/métrage a été revu, ce qui explique le calcul du métrage trop important par rapport à ce qu’il me fallait pour mon pull.

Qu’à cela ne tienne, j’ai un modèle mini à la maison pour utiliser ce restant de fil 100% laine péruvienne !

DSC_0099

Finir les restes c’est de saison !

Et comme tout expatriée non rentrée au pays pour les fêtes parce que ça coupe un bras je n’ai pas enchaîné les repas gargantuesques (mais j’ai été malade tout pareil, j’ai du bol hein ?), alors je finis les restes que j’ai, c’est à dire : les restes de laine !

Je me dis toujours que j’arrête d’acheter des écheveaux supplémentaires (on prend tous cette résolution en janvier), je prends dans mon stock, mais c’est toujours difficile de revenir fouiner dans les tiroirs (résolution partie en fumée en février) et faire des assemblages pour avoir le métrage nécessaire. Le meilleur moyen, c’est de ne pas aller voir ailleurs et finir le plus possible la laine en cours !

Je voulais un pull chaud pour porter dès à présent que le thermomètre se met à sérieusement chuter. -16 degrés ce matin, les poils du nez commencent à geler.

DSC_0102

Modèle : chandail Flax de Tin Can Knits. Cela faisait un moment que je voulais tester ce modèle basique, qui se décline de la taille nouveau-né à XXL Adulte et qui est gratuit ! Il est mixte (et j’aime ça !) et monte très vite !

J’ai réalisé la taille 1-2 ans, en ajustant la longueur du corps à la taille de mon modèle remuant de 1 an.

IMG_6102

IMG_6099

Fil/Aiguilles : Laine CASA de la Maison Tricotée en colori Anne Bonny. J’ai utilisé 310m/340yds soit 140 grammes environ. J’ai utilisé des aiguilles 5 mm comme préconisé, puis 3,75 mm pour les parties en côtes (car je n’avais que cela sous la main).
IMG_6076

Et j’ai testé pour l’occasion les aiguilles mini mini mini que ma copine Taloline s’est offerte pour Noël. En 5 mm mais avec un câble si court (20 cm) que tu peux faire des manches pour enfants sans magic loop ou usage de double-pointes. C’est un coup à prendre pour les tenir mais ça se fait bien. J’ai par contre besoin de faire des pauses car je dois rester très attentives pour ne pas les lâcher.

DSC_0100

Réalisation/modification : il est très rapide à réaliser, c’est un modèle débutant très simple, même en anglais. Le devant est identique au dos et ne nécessite aucune couture ! C’est une bonne manière de tester la technique du raglan. La partie point mousse sur le dessus des manches et épaules ajoutent un léger motif à ce basique très sobre.

A noter : j’ai réalisé des côtes de 7 rangs à l’encolure comme aux poignets et taille.

DSC_0103

Si vous avez aimé ce basique, sachez qu’il existe également depuis peu tricoté en version Light (avec aiguilles et fil plus fins). Flax Light : l est gratuit également !

Bon plan, KAL, Patron, Test, Tricot

Kal Casa : le Bloomsbury d’Anne Bonny…

Bon alors d’entrée, je mets les choses au clair : il n’est pas question de donner ce pull à la moindre personne qui pourrait prétendre s’appeler Anne, Bonny ou même les deux. Je le garde !

DSC_0029

Tout projet commence par une histoire. Celle-ci est à l’initiative de la Maison Tricotée, l’une des boutiques de laine du Plateau à Montréal. L’équipe de la MT (oui parce qu’on est un peu intime à force de se côtoyer la Maison Tricotée et moi, je peux l’appeler MT) a travaillé sur l’élaboration de leur laine maison, qui s’est tout simplement appelée la Casa.

Ses caractéristiques : laine 100% laine péruvienne, 200m pour 100gr* et un prix tout mini pour cette qualité là (de laine, de pure laine), et un panel de couleur assez étourdissant. Elle est dite de qualité Aran, c’est-à-dire à tricoter en aiguille 5-6 mm pour faire un raccourci simple.

Qui est Anne Bonny ? : et ça c’est la minute culture. Ne saute pas ce paragraphe ça ne te fera pas de mal voyons. Anne Bonny est la fille illégitime d’un propriétaire de plantation en Caroline du Sud, épouse mais aussi maîtresse de pirate, le sang chaud, un caractère bien trempé, un brin espionne,… une fille pas recommandable en somme mais qui avait l’art de faire de sa vie une véritable épopée.

L’histoire ne dit pas si elle aimait particulièrement le orange, mais c’est en tout cas la couleur qui lui est attribué par la Maison Tricotée (chaque couleur porte le nom d’une femme célèbre).

Un KAL (Knit-along) est organisé du 22 novembre au 31 janvier par la boutique pour faire découvrir cette nouvelle laine locale québécoise et ainsi montrer son potentiel pour une quantité de modèles. Les amateurs du Jacquard sont d’ailleurs bien servis avec le nombre de couleurs disponibles. Vous pouvez voir les réalisations sur Instagram grâce au hashtag #kalcasa .

DSC_0022

Modèle : Bloomsbury de Svetlana Volkova (patron payant 6.50 $ USD, disponible en Anglais, Russe et Italien). Il existe le modèle pour enfants aussi séparément.

Fil/Aiguille : la laine Casa de la Maison Tricotée, en aran, 100% laine peignée. Lors de ma première visite pour voir et toucher la laine en grosse bobine (elle est vendue au poids), j’étais encore un peu sceptique, j’avais peur qu’elle gratte un peu, comme certaines pures laines. Une fois mise en bobine, plus lâche, l’impression s’est estompée. Encore plus lorsque je l’ai tricoté. Un rendu doux et régulier lors du tricotage, mais encore plus après le blocage (lavage) et à force de le porter. Un peu de bouloche sur les premiers portés, mais c’est le lot d’une laine 100%. Et rappelons que pour son prix, c’est un moindre mal.

ÉDIT : En termes de quantité, c’est là que j’ai été très surprise. Pour la plus petite taille que je faisais, le modèle préconisait 840 yards/770 m et je n’avais utilisé que 645 yards/590 m ! Une sacrée différence qui ne pouvait pas venir uniquement des côtes réduites. Donc un conseil, si tu te lances dans ce pull avec un reste de laine chez toi, ne prends peut être pas au pied de la mettre le métrage  préconisé. Ou alors comme moi pense déjà au projet que tu pourras faire avec ce reste conséquent (incorrigible Perrin).

EDIT 2 : la laine, lancée sur un ratio de 160m/100gr, a été réévaluée à 200m/100gr (voire plus?), ce qui semble plus en adéquation avec les restants de laine que nombre de testeurs avaient. Après avoir rallongé les manches 3 mois plus tard de deux motifs, j’ai finalement utilisé 695 m, 758 yards soit 315g de laine Casa.

Taille : j’ai réalisé un XS en réduisant ma taille d’aiguille de 0.5 mm pour faire correspondre mon échantillon de cette laine avec ce modèle. Je voulais aussi être sûre que le pull serait prêt du corps, pour garder le bénéfice de la dentelle et sa transparence sur la peau. Avec une mini-poitrine, je voulais aussi éviter que ça baille devant.

DSC_0025

Réalisation/modification : Outre le changement d’aiguille pour réaliser ce pull, je n’ai fait qu’une modification majeure qui se répète sur le col, les manches et le corps du pull : le nombre de côtes. J’ai réduit de moitié le nombre préconisé (8 rangs au lieu de 16, avec le recul peut-être que j’aurai pu en faire 12 maxi). J’ai adapté bien entendu la longueur des manches et du corps en conséquence.

Une autre particularité faite sur le modèle : quand on termine manche et son motif, j’ai rencontré un problème de nombre de mailles. Le motif démarre sur 36 mailles et finit sur 34, or pour faire les côtes 2/2 du bout il vous faut un compte impair de double-maille (c’est confus là non ?) pour enchaîner les 2 envers et 2 endroits en rond. Avec 34 m, tu l’as dans l’os, j’ai donc réparti 2 diminutions supplémentaires pour tomber à 32 et éviter un petit effet collerette  disgracieux…

DSC_0027

A titre indicatif, j’ai répété le motif dentelle 21 fois au total sur les manches et 18 fois pour le dos.

DSC_0030

La particularité de ce pull est vraiment dans la construction top-down (du col vers la taille) avec des augmentations au centre du devant du pull qui monte le “yoke”. 

DSC_0028

A la question : mais qu’est-ce que tu fiches dans la neige en décembre à Montréal avec un pull à trous ? je peux te répondre que même à trous le pull est extra chaud avec cette laine Casa. Ou alors c’est la gamine qui est affalée dans la luge que je traîne qui me fait monter en température. Ou alors c’est son sourire qui me fait fondre ?!… ouais peut-être bien. Mais le pull est extra je l’ai porté di-rect ! Et ça c’est une grande preuve de satisfaction. Je le porte même un peu trop, il va avoir besoin d’un petit traitement anti premières bouloches.

DSC_0032

On termine bien l’année 2015 non ? Ça motive pour la suite ! 2016 s’annonce canon.

*lancée sur un ratio de 160m/100gr, elle a été réévaluée à 200m/100gr (voire plus?), ce qui semble plus en adéquation avec les restants de laine que nombre de testeurs avaient.