La Colorful Wedges baby Blanket, une couverture pour un baby de printemps…

Les cadeaux de naissance peuvent parfois se révéler difficile à choisir lorsqu’on souhaite cerner les besoins des futurs parents. Lorsque c’est un deuxième enfant, encore plus… J’hésite souvent à choisir un vêtement pour un bébé naissant, ne connaissant pas soit le sexe de l’enfant, soit sa corpulence de départ (oui j’associe le plus possible avec la saison). Un accessoire c’est le bon moyen de toucher juste et un accessoire que le poupon pourra garder dans le temps c’est encore plus viser juste.

Pour une demoiselle naissant début avril, nous étions deux amies à vouloir lui tricoter quelque chose. Associer deux tricoteuses n’est pas forcément facile (tension de fil, temps dispo, modèle), nous avons opté pour un trousseau. Mon amie a pris le bonnet façon bébé du tuto de Rita le Chat, et un prénom en tricotin, je gardais dans ma cour la couverture (avec un choix partagé pour le modèle et les couleurs).

Modèle : Colorful Wedges baby Blanket de Purl Soho tricotée en aiguilles 4.5 mm.

Laine : A la différence de ma couverture au point mousse type Hudson Bay, j’ai utilisé une seule gamme de fil, pour éviter de me creuser la tête. Avec ma compère Marjolaine, nous avons donc fait notre choix parmi la très large gamme de Patons pour la North America Canadiana. Le choix d’un fil acrylique n’est clairement pas anodin pour des parents enclin à laver fréquemment cette couverture sans soucis de rétrécissement, ni de feutrage.

Quantité utilisée : Principale : 600m/660 yds + chaque couleur insérée : 160m/170yds (4 couleurs choisies au final)

Réalisation : C’est un peu un projet de marathonien mais avec une touche de fantaisie. On tricote en point mousse donc toujours à l’endroit. Je me remercie de ne savoir alors que tricoter en mode continental pour le gain de temps, mais on ajoute une fantaisie avec des rangs raccourcis réguliers pour former des triangles alternés entre couleur principale et secondaire.

Et là c’est le drame … J’avais démarré mon ouvrage sur 150 mailles comme l’indique le modèle, mais avec une aiguille bien plus grosse que préconisée alors. Je me suis alors retrouvée avec une bonne largeur mais une hauteur minable après mon premier triangle. J’allais me retrouver à ce rythme avec une couverture totale de la taille d’un paillasson et des restes de laine conséquents. Ayant utilisé tout juste la moitié j’ai fait le pari fou de faire un second triangle coloré de chaque couleur (en troisième triangle) mais ce fut un gros raté/fail, je n’ai pas eu assez pour finir complètement la répétition….

Et là, j’ai donc tout détricoté… pour remonter le tout sur 130 mailles et suivre cette option pas si bête de prime abord mais irréalisable sur les valeurs de départ. La largeur est encore fort suffisante et donne une longueur agréable pour poser un bébé mais également couvrir le lit d’un enfant qui grandit. J’ai tout de même supprimé la dernière couleur prévu (un vert/bleu canard profond) pour éviter d’avoir une longueur trop grande, par rapport à la largeur.

Le papa de cette petite fille née début avril a toujours conservé la couverture de sa naissance, qui trône fièrement sur le lit de sa fille aînée. J’espère sincèrement que cette petite fille saura la conserver.

Les deux compères tricoteuses ont eu plaisir à l’imaginer et encore plus à l’offrir comme cadeau de bienvenue dans le quartier une semaine après la naissance de cette demoiselle !

Turion, les mitaines minute !

Quand on habite à 6000 km du giron familial et ses spécialités riches en gras, cholestérol et Gamma GT, on répond souvent à la question de comment se sont passées les fêtes de fin d’années par : train-quil-les !

Le bonheur !! On bulle, on regarde des films, on mange du pop-corn, on part faire des descentes en luge dans le parc à côté de la maison, on boit du thé la journée longue et aussi on profite de ses amis expatriés dans le même cas que nous (tout ça pour occulter que nos familles nous manquent un peu quand même)

Et pour céder à la tradition de l’ouverture d’un petit cadeau dans l’assiette, nous nous étions promis un petit cadeau désigné au hasard… J’offrais ainsi quelque chose à ma copine de tricot Eva. Je n’avais rien dit au Duc, ni à la petite Etoile (qui est une pipelette ascendant balance) et  tricotais tranquillement dans mon coin mon petit présent.

dsc_0024

Modèle : Turion de Linda Dubec, que l’on trouve dans le numéro 18 du Pom Pom Quaterly Magazine d’automne 2016.

dsc_0023

Fil : Merino Aran de la compagnie Katia. J’ai utilisé 100 mètres, soit 110 yards. Tricotée, en aiguille 4 et 4,5 mm ici, cela donne un rendu dense, utile pour les mitaines pour ne pas avoir les doigts gelés malgré tout.

Réalisation / modifications : C’est vraiment un cadeau-minute, rapide à faire, et pouvant être compris par des débutant(e)s. Deux midis au bureau et une bonne soirée, c’était tricoté ! Comble du luxe, j’ai même eu le temps de les bloquer !

img_7858

Ce que j’ai aimé : Le modèle est simple et délicat avec ses 5 petites noppes. J’aime particulièrement aussi le poignet court du modèle, même si notre pays nécessite de couvrir chaque partie de notre corps sous plusieurs couches ces temps-ci. Le recto est aussi beau que le verso avec sa délicate ligne intérieure. J’ai dit deux fois délicat, je suis accro !

dsc_0025

Ce que j’ai moins aimé : rien ! J’ai même prévu d’en faire pour plein de gens autour de moi, tant c’est mignon et rapide.

Le printemps québécois sera idéal pour ces petites merveilles, il ne me reste plus qu à choisir le fil !

Rustic Joseph Cardigan

Même si la saison des crèmes glacées est déclarée ouverte, j’ai mis un dernier coup de collier pour faire un petit cardigan à ma plus-vraiment-petite. Nous essayons d’avoir les vêtements au fur et à mesure que la saison avance pour ne pas avoir des vêtements jamais portés et donc superflus. Quand je vois qu’il faudrait un troisième pull/gilet pour tourner un peu plus, je saute sur mes aiguilles et c’est parti (tant qu’elle est dans la catégorie des minis-mouches-pouces c’est encore faisable).

DSC00123

Modèle : Joseph Cardigan de Nikki Van De Car, issu du livre What To Knit the Toddlers Years. J’avais fait par trois fois le modèle Maile Sweater pour une jolie Lila, une espiègle Ilana puis pour nous (le petit modèle est la reine des photos floues). J’étais très contente du modèle, du rendu, des explications, j’y suis allée les yeux fermés.

DSC00132 DSC00133 DSC00134 DSC00135

Fil : C’est un fil offert par ma copine Taloline. Une trouvaille dans une corbeille au Magasin Général Lambert Gratton ouvert l’an dernier sur la rue Duluth. Le gérant adorable déstocke au fur et à mesure quelques pelotes à prix imbattables. Ca vaut le coup de passer voir (et pour les autres choses dans la boutique, c’est sublime) : Laines du Pingouin coloris France+chiné, mi laine, mi acrylique, idéal pour vêtement d’enfant. Le coté chiné vient d’un fil de paille qui est logé régulièrement dans le brin. Ça donne un côté rustique que j’aime beaucoup.

DSC00124

Taille/Aiguilles/métrage/boutons : J’ai réalisé une taille 2 ans. Mon joli petit modèle au ventre ultra rebondi à la maison le porte déjà parfaitement. Il taille peut-être donc un petit peu petit. Attention ! Il se tricote en 4 mm et je n’ai eu besoin que de 280 m de fil ! J’ai ajouté 6 boutons imitation corne clair, trouvé chez Rix Rax à Montréal, pour garder l’effet mat de la laine et conserver un rendu mixte (on sait jamais, et je déteste devoir changer les boutons).

DSC00126

Réalisation/modifications : Entendant dans un petit coin de ma tête, Ysabehl, j’ai voulu faire un échantillon. Le trouvant bien grand et trop souple/ajour, j’ai débuté mon ouvrage en aiguille 3,5 mm au lieu de 4 (le fil étant préconisé d’être tricoté en 3,5mm). Je suis partie comme un boulet de canon, c’est un modèle qui se tricote de haut en bas. En arrivant pour raccorder les manches (que vous tricotez à plat à part) et un rapide essayage je me suis rendue à l’évidence qu’il était trop petit. Le ventre de Père Noël d’E. ne rentrait pas dans le cardigan (oh oho ho hoh oooo). J’ai soufflé fort et j’ai tout détricoté (allez j’avoue j’aime aussi cette partie) et remonté en 4 mm. Finalement il n’est pas du tout ajouré et c’est la taille idéale… Pas de modifications au patron, cependant….

ATTENTION À L’ERRATA !! Une erreur s’est glissée dans le livre, et elle est corrigée par une petite note sur Ravelry. Ne comprenant pas pourquoi je n’arrivais pas au nombre de mailles attendu (et cela plusieurs fois de suite grrr) j’ai fini par constaté la petite note bien utile.

Pour les non-anglophones il s’agit de faire : (ceux qui ont le patron comprendront, disponible en anglais sur Ravelry) :

Errata: P. 82. Le nombre de mailles et boutonnières comporte une erreur au début du corps. Vous devriez plutôt lire :
Prochain rang (rang boutonnière) (endroit) : 3 Endroit, 1jeté, 2 Endroit ensemble (k2tog), [tricoter à l’endroit jusqu’à 3 mailles avant le marqueur, glisser 2 mailles et les tricoter ensemble (SSK), 1 Endroit, glisser le marqueur]x 2 fois, tricoter endroit jusqu’à la fin. Vous avez 114 (122, 126, 134, 138) mailles.
Tricotez 15 rangs tout droit selon le patron habituel..
Prochain rang (rang boutonnière) (Endroit) :3 Endroit, 1jeté, 2 Endroit ensemble (k2tog), [tricoter à l’endroit jusqu’à 3 mailles avant le marqueur, glisser 2 mailles et les tricoter ensemble (SSK), 1 Endroit, glisser le marqueur]x 2 fois, tricoter endroit jusqu’à la fin. Vous avez 112 (120, 124, 132, 136) mailles.
Répètez encore 1 fois de sorte à avoir 4 boutonnières, en terminant par un rang de boutonnière à 110 (118, 122, 130, 134) mailles.

Version 2

Ce que j’ai aimé : les raglans des manches, la partie au point mousse qui rappelle le Garter Stitch Cardigan. Sa rangée de boutons en mousse aussi. Le modèle se tient donc très bien, sans risque de trop se déformer. J’a bien aimé manipuler cette laine aussi. Une belle couleur rustique marine qui ira je pense avec tout (mon principal souci, accorder les vêtements).

DSC00125

Ce que je n’ai pas aimé : Devoir tricoter les manches à plat pour les insérer au raglan petit à petit et donc les coudre sur la longueur en fin d’ouvrage. Et bien sûr l’errata vu trop tard 🙂 J’aurai aimé ne pas me poser la moindre question pour avoir le même nombre de mailles. Par chance, la designer réserve une page à ces modifications sur son site pour chacun des modèles problématiques, c’est ici !

DSC00127

Le siège nomade DIY ou la cousette dernière minute !

Encore une cousette pour baby, mais je ne désespère pas de pouvoir me coudre quelque chose sous peu. C’est toujours pareil, je me prévois des petites robes ou tops et une urgence-cousette arrive entre temps et le plus souvent pour la demoiselle de 9 mois ici.

L’urgence cousette cette fois-ci est arrivée la veille au soir de partir dans un petit chalet en Estrie entre amis. La demoiselle vadrouille un peu depuis sa naissance et a découvert très tôt l’ambiance des chalets québécois. Après un premier chalet d’hiver par -30 et une rando avec 800 m de dénivelé j’exagère pas vraiment je crois qui a fait plus de mal à sa mère qu’à la petite endormie ; nous avons testé un chalet d’été. Elle est désormais plus grande, ne tient plus vraiment en place et prend de vrais repas à table.

Pour parer à l’absence de chaise adéquate pour son micro postérieur et surtout son envie irrésistible de se carapater ailleurs très vite, j’ai eu l’envie assez vite de lui coudre un siège en tissu adaptable sur pas mal de formats de chaises : un siège nomade (après le tapis à langer...). Mais tu l’as compris j’ai attendu la fin de mon congé et la veille de partir pour me lancer…

DSC_0037

Et bien franchement, toi aussi tu peux te lancer à la dernière minute. C’est un modèle archi simple et très rapide, si tant est que tu as sous la main le métrage de tissu nécessaire.

DSC_0033

Tissu : Il me restait une chute de tissu Ik*a après avoir fait un pouf (inutile à montrer c’est un grand sac/bean) que j’avais cousu. C’est un tissu d’ameublement donc assez épais et résistant pour ce type d’ouvrage.

DSC_0030

Modèle : je me suis servie surtout du pas-à-pas du blog Loukoum Pistache. C’est tout simple, on peut adapter aux grandeurs désirées. Le pas à pas matérialise très bien ce que doit être le morceau final.

DSC_0031

Réalisation/Modifications : J’ai fait le sac pour le dossier de la chaise plus large que préconisé. En effet les chaises typiques nord-américaines avec le dossier arrondi ont un périmètre bien plus important qu’un dossier droit. Prévoir également un lien plus long pour être sûr de faire le tour du siège et du bébé.

DSC_0045

Par souci de rapidité (dernière minute dernière minute) je n’ai pas cherché à mettre une boucle de fermeture. J’ai fait un simple noeud dans le dossier.

DSC_0043

Si je devais le refaire, je réduirai la partie resserrée de l’entrejambe. Pour un jeune enfant c’est bien trop grand. Et puis quand l’enfant grandit, il n’a plus besoin d’un tel outil. A juste titre, on m’a fait remarqué que c’était les mêmes équipements pour garder stable les personnes âgées dans leur fauteuil… bon bon bon.

DSC_0046

DSC_0018

Gretel en bleu maison !

J’aurai pu commencer mon article par En selle Gretel, mais ça aurait été un jeu de mot qui n’aurait fait rire que certains comiques (ouhouh Caro !!?). Je vais donc m’abstenir et directement vous présenter le coup de coeur des tricots pour enfants du moment (le coup de coeur pas les enfants…).

DSC_0278

Nadia Crétin-Léchenne, aka NCL Knits ou Ittybitty, a proposé début avril ce nouveau patron pour enfant : le Gretel.

Comme souvent, lors du lancement de ses modèles, ce patron a fait mouche et avec effervescence, il est devenu viral. Une amie l’a vu, une autre l’a mis de côté pour plus tard, l’une en a parlé et plusieurs comme moi, se sont lancées !

Il faut dire que vous pouvez être rassurés tout de suite, c’est un réel plaisir à lire, pas besoin de se gratter la tête lors de la lecture des instructions. Tout est fluide, expliqué simplement, sans fioritures, tout ce que j’aime.

Le modèle est proposé dans les tailles classiques du 2 au 10/12 ans. C’est donc ma nièce Nina, du haut de ses bientôt 5 ans, mais qui fait un bon 4 ans en taille (famille micro bonjour) qui héritera donc de la bête !

Patron : Gretel de Nadia Crétin-Léchenne

Taille : 4 ans avec une longueur basée sur la taille 6 ans, pour couvrir la “crack de fesse” comme on dit si joliment au Québec, qui a tendance à sourire chez la petite demoiselle dès qu’elle s’accroupit (c’est sa mère qui demande, je m’exécute).

Réalisation/ modification : j’ai donc adapté la longueur sur une taille 6 ans du bas jusqu’au emmanchure pour cacher le sourire de son popotin. Mais rien d’autre, ce modèle et parfait je vous dis !

image_medium2-3

Après mesure du pull après blocage, l’envergure de 83 cm correspond parfaitement à l’envergure de sa destinataire (juste en taille hein)

Laine : Je n’ai utilisé qu’un seul écheveau ! soit 420 yds ou 385 m. Alors c’est là que je bombe le torse et que je souris jusqu’aux oreilles. La laine est la fibre Piccolo de Julie Asselin. Fingering (genre c’est fin, à tricoter en 2,5-3,5 max). Figurez-vous que cette si jolie couleur, c’est de la Perrin Pimpim !

IMG_4770 IMG_4772 IMG_4773 IMG_4775

En effet, sous la supervision et les instructions de Julie Asselin herself, j’ai teint deux écheveaux de Piccolo vierge (donc sans aucun traitement) à l’occasion d’un atelier organisé pour les 3 ans de la boutique de Lucinda Mont-Tricot à Sutton.

Ce que j’ai aimé :

– les instructions hyper claires du patron, c’est d’une fluidité très agréable, surtout quand on s’attèle à tricoter par tranches de 20 min.

– les motifs sur le plastron et la contraste avec le reste en jersey. Ça fait chic en restant très simple à réaliser.

Version 2

– quand tu coupes ton fil…. ben t’as fini ! Aucune couture = BON-HEUR

– l’évasement des emmanchures, un peu type chauve-souris, qui vont donner un côté souple au corps et resserrer les manches.

DSC_0274

Ce que j’ai moins aimé :

– mon choix de fil un peu trop fin pour ma tendance à tricoter souple (après 10 ans il était temps). Le pull est archi souple, c’est agréable, mais j’aurai aimé plus de tenue pour que les côtes tiennent plus droites. Le prochain sera dans un fil plus gros.

DSC_0273

Le modèle part dimanche vers le Vieux continent pour que la demoiselle gâtée puisse le mettre cet été en soirée (oui on a bien compris qu’il faisait chaud…). J’ajouterai une petite photo du Gretel porté lorsque je la recevrai.

Yarn store à Savannah (SC, USA)

Savannah, charmante petite ville de Caroline du Sud, n’a rien à envier à sa grande soeur Charleston de Géorgie. Rien à envier, car bien plus agréable et on y trouve, cerise sur le gâteau, des petites pépites !

Les cinéphiles se rappelleront de Kevin Spacey déambulant sur ses trottoirs dans Minuit dans le jardin du bien et du mal de Clint Eastwood, ou encore de ce cher Forrest Gump attendant désespérément le bus, pour retrouver Jenny, sur Chippewa Square.

DSC00228

Les Yarnophiles (soyez ouverts d’esprit, j’habite le Québec, où tu peux t’assir (oui oui oui) et canceller un rendez-vous sans problème) peuvent aussi avoir leur point de repère, leur lieu à photographier, bref leur point de pèlerinage touristique : la boutique du centre-ville The Frayed Knot.

DSC00235

C’est au coin de State Street et Whitaker Street que vous tomberez sur cette devanture de boutique qui ne paye pas de mine, au premier abord. Mais piqué de curiosité, tu pousses la porte et là ta petite bouche s’entrouvre pour laisser échapper un petit cri ébahi. Pas trop fort, tu risquerai de déranger les habitués qui ont pris place au fond de ce magasin tout en long pour placoter/discuter au calme et au frais.

DSC00227

Le mur des couleurs est assez étourdissant. Tu peux également trouver toute une gamme de fils dits locaux. L’accent est clairement mis sur la couleur et des textures nobles.

DSC00230

Le gérant de la boutique avec qui j’ai discuté est quelqu’un de très enthousiaste, de bon conseil, qui se renseigne sur ton projet du moment, sur le type de fil que tu cherches en fonction, etc…

DSC00231

Il me confiait que la plupart des fils qu’ils vendent à l’année sont du coton et du lin. La chaleur moite et le soleil qui tape ne poussent pas le chaland vers le mérinos. Ils font cependant affaire avec le Centre de design et mode de la ville de Savannah. Les étudiants viennent donc s’approvisionner régulièrement chez eux et ont même participer à la décoration de la vitrine.

DSC00232

DSC00233

La boutique propose des rencontres les mardi soir, auxquelles j’ai été sommé de revenir mais je logeais sur une petit île au calme à 25 min de là, une autre fois !

DSC00236

DSC00226

Ne pouvant y résister, je suis repartie avec mon souvenir sous le bras : deux écheveaux de laine appelée Savannah de chez The Fibre Company (DK). Aucun rapport avec la ville, dans le sens où elle n’est pas faite dans cette ville, mais le clin d’oeil était trop tentant et le fil très doux.

image_medium2-2

Knit Tag ! ou arriver après la marée…

Il y a des choses sur la blogosphère qui deviennent virales. Des façons de voir une robe, l’art du top 10 de ses endroits préférés dans une ville, des breastfies selfies tendances, les chaînes se multiplient. Il y avait eu les Flavie Peticoeur Awards et les Versatile Blogger Awards, il y a eu désormais les Knit Tag par Jaenelle.

 

Je n’ai pas vraiment l’habitude de répondre à des questionnaires en tout genre, mais par politesse je veux bien apporter mes réponses à deux acolytes du tricot Hélène de Still Vauriens et Claire dans tous ses états qui m’ont désigné gentiment du doigt de l’aiguille ! J’ai aimé lire les petites manies psychoses des autres, découvrez les miennes.

1) Combien de temps passes-tu à tricoter tous les jours? 
Ça varie bien sûr ! Entre la saison, le boulot, la santé de la demoiselle, si c’est mon tour de faire à souper, etc… Mais pour faire une moyenne, je dirais 1h30 par jour. (en sachant que les froides journées d’hiver je peux ne faire que ça de la journée, et ne pas y toucher en plein été par 45 degrés).

 

2) Quelle est ta laine préférée? pourquoi?
Mais elles sont pas évidentes ces questions dites donc ! Je pourrais faire semblant de mal comprendre la question et te répondre que ma laine préférée c’est celle qui se tricote facilement, qui se dédouble pas, qui a un effet de couleur variable et qui est assez ronde pour remplir les différentes tensions, qui se lave facilement sans feutrer ni même faire de peluches sous les bras quand tu te frottes. Ça serait aussi une laine qui se bloque facilement et qui sent naturellement bon ! 
Comment ça ça ne peut pas exister ? Et ben alors tu vois que je peux pas avoir de laine préférée !

3) Avec quelles aiguilles tricotes-tu le plus souvent? 
En ce moment, c’est un calibre 3,5 mm pour des vêtements de gamins, des rendus plus fins, plus estival comme calibre ! (d’ailleurs je cherche une paire de circulaires qui se cache chez moi depuis une semaine…) On dirait parfois que plus on avance dans des années de tricotage, plus on affine ses aiguilles. Tu commences par un bon vieux 8 mm pour finir par des chaussettes en 2,5mm pourtant c’est pas ta vue qui s’améliore crois moi !

4) Actuellement combien de pelotes compte ton stock de laine? 

Euh.. joker !! Comment ça les jokers ne marchent pas ? Bon alors une image vaut surement mieux que mille mots (mais non cher Duc, je n’ai pas 1000 pelotes…)
DSC_0259Si comme moi, tu n’arrives pas à compter, tu peux aller consulter mon stock sur Ravelry !

5) Quelle(s) est (sont) ta (tes) marque(s) de laine préférée(s) ? Et pourquoi ?
Si tu lis un peu ce blog, ça ne t’aura pas échappé mon affection toute particulière pour la laine teinte par Julie Asselin. Pour plusieurs raisons : elle est agréable à tricoter (que ce soit la piccolo, la milis, la leizu…), elle est locale (et dans mon trip du local, du bio, du éthique ça compte), elle a des coloris uniques à tomber… J’ai découvert récemment la Couleurs Mouton (locale aussi) qui semble être du même fournisseur de fil, seules les teintes changent bien sûr. Voir Le Maile Sweater de Lila, celui d’Esther, mon bonnet Oak, le kimono de Gabin
Sinon j’aime beaucoup Illimani, c’est précieux, doux et ça tient vraiment bien dans le temps. Voir mon col Dune chouchou.

6) Plutôt aiguilles circulaires ou quatre aiguilles ? 

Si on parle pour faire des chaussettes ou des manches, c’est-à-dire des tubes assez étroits qui nécessitent un magic loop, je préfère les 4 aiguilles. J’ai pu tester les deux techniques et je trouve que la démarcation du magic loop (quand tu tires ton cable) se voit et resserre souvent une maille. Tu as beau décaler sans cesse ton croisement de câble, pour un fil fin, c’est moi ce n’est pas invisible. Alors qu’avec mes 4 aiguilles et mon obsession de décaler sans cesse le changement d’aiguille, c’est absolument régulier. Moins de tension, plus de régularité.

7) As-tu déjà créé tes propres patrons, si oui lesquels ? 
Non à part donner les valeurs de mon pouf au crochet (c’est pas ce que j’appelle un patron), ou de cols tube tout classique dont je donne les explications, je n’ai rien créé. Je suis bien trop une maniaque du patron suivi à la lettre pour me lancer dans une réalisation, invention, notes etc… A la couture, par contre oui !
Par contre, tester et commenter les étapes, est un bon exercice !

8) Quelle méthode liée aux arts de la laine aimerais-tu apprendre ? (crochet, filage, tissage…?)
Sans doute le feutrage, parce que le tricot et le crochet c’est acquis, mais alors le filage, ça me semble trop fastidieux et long, pour obtenir encore une pelote donc plus, c’est assez impensable pour am boulimie tricotesque.

Le tissage, c’est un peu une autre came… Je n’accroche pas. Ça me fait tellement penser aux vieux canevas de ma grand-mère pour le coup… Et même si je vois que les nouvelles addicts de la technique tapent dans des couleurs et thèmes tendance scandinave-mordernes, je n’en démords pas que ça doit finir nid à poussière. Je refuse au Duc des maquettes d’avion, c’est pas pour ajouter moi-même des bibelots déco inutiles.

Le feutrage par contre, je vois le côté utile, j’imagine des pochettes, des chaussons comme ceux que j’ai aux pieds en ce moment, qui sont si confortables que j’aimerai pouvoir sortir avec ! Bref I love Glerups, alors pourquoi pas voir du côté du feutrage.

Mais j’ai déjà bieeeeennnn assez de passe-temps comme ça ! Bientôt il va me falloir du temps en plus. (oui parce que j’ai fait de la teinture d’écheveau home made,  je vous montre le résultat tout bientôt).


9) Quel est le pire selon toi : un fil qui se dédouble ou se rendre compte que tu as fais une erreur dans ton tricot 20 rangs plus bas ?   

Sans aucun doute le fil qui se dédouble ! Tu sais bien, ce fout* fil tout croche, dont tu arrives à piquer au travers et qui t’empêche de lever les yeux de ton ouvrage.Ok si tu as choisi du mohair ou un fil qui va combler tout espace qui serait plus important, dû à un fil malencontreusement affiné, mais pour le reste c’est rageant.

Et puis il faut dire aussi que défaire des tricots c’est aussi mon grand kiff. Pour preuve, je détricote avec plaisir les projets boulets des copines qui n’ont pas le coeur de le faire. Moi, ça me détend limite (parfois non, et de la fumée légère s’échappe de mes oreilles). 

Les acolytes du Switch And Bitch hebdomadaire m’ont montré comment rattraper une maille au crochet et la remonter. C’est vrai que c’est très pratique, mais ça casse un peu mon jeu du qui-remontera-tout-le-plus-vite (je le sais que je suis dingue quand j’écris cela)

 

10) Avec quel(s) fil(s) tricotes-tu en ce moment ? 

Crois le ou non, je n’ai plus aucun encours de tricot au moment où j’écris ces lignes. J’ai bien un petit amigurumi qui traîne en coton Phildar des années 70… Par contre j’ai en ligne de mire le fil Bergère de France Pure Nature qui m’attend de pied ferme, mais je ne sais pas encore pour quel modèle. J’ai commencé un Pull Ouessant avec, mais je ne suis pas pleinement convaincue. Un peu peur que cela fasse “pull du mercredi”, j’hésite à tricoter plutôt un pull Butter Skin

Faut avouer que ce jaune pâle m’avait séduit au moment de l’achat et là je doute un peu du rendu fadasse qu’il pourrait avoir.


11) Quelle marque de laine aimerais-tu tester ? 

J’aimerai tester un jour la Malabrigo. Maintes fois touchée, maintes fois sentie, maintes fois observée, je n’ai jamais encore sauté le pas de l’acheter. C’est quand même un sacré budget…

12) Que penses-tu du tricot ? 

Tu as combien de temps devant toi ? (soyons honnête…)

Comme j'arrive un peu après la bataille de ce trombinoscope du tricot, je ne citerai ne ne désignerai personne. Beaucoup ont déjà répondu, et les autres proches je connais déjà tous leurs travers (en terme de tricots j'entends...)
Allez je vous laisse me qualifier de droguée de la maille ou de fanatique du jersey, j'ai un CV à mettre à jour, une garderie à trouver, deux turbulettes à coudre, un pull à détricoter (merci Eva !) et un repas à engloutir. Rien que ça et il fait 18 degrés alors tout ça attendra !