Amigurumi, Cadeau de naissance, Crochet, DIY, Enfants

René c’est courant, un caïman c’est inédit…

J’ai eu comme un petit coup de mou ces derniers temps niveau tricot. Quand le quotidien est un peu plus stressant, j’ai un peu plus de mal à me plonger dans plusieurs projets. J’ai donc terminé patiemment toutes les petites choses commencées (un jour je vous montrerai mon tricot boulet) et j’ai décidé de passer par la case Crochet et Amigurumi pour retrouver la plaisir sans avoir des incertitudes de taille, d’échantillon et tout ce qui va avec (gestion du fil etc).

L’addition d’un nouveau membre dans la famille d’une amie a été un formidable coup de pouce pour continuer le bestiaire déjà amorcé avec le Rhinocéros et le Picobois.

DSCF7776

Modèle : René le caïman de Pica Pau. Yan Schenkel a développé dans son ouvrage Animals Friends of Pica Pau, 20 animaux à crocheter, j’ai donc encore bien des modèles à faire…

Fil : Il y a quelques années, la Lainerie Lépine, une mercerie de Montréal, changeait bientôt de propriétaires. Nous avions assisté avec quelques amies aux dernières ventes des antiques commerçantes d’alors… (entre deux propositions de reprise de la boutique). J’avais alors jeté mon dévolu sur le coton et fil mercerisé pour constitué tout un arc en ciel de coton à crocheter. Je ne suis pas encore au bout mais je commence à épuiser certaines couleurs. Ça fait un bien fou de voir disparaître certaines pelotes de ma réserve. A défaut d’avoir trouvé la place pour déménager, je fais déjà du tri et de l’espace !

Tous les différents fils sont référencés dans ma page Ravelry, j’ai fait les fonds de tiroir : 45m/50yds pour la peau de l’animal, 12m/14yds pour les rayures colorées du t-shirt, (j’ai doublé mon fil donc utilisé le double), 11m/12yds de fil clair pour le t-shirt et le bonnet, 2m/2,2yds de fil pour le noeud papillon, 1m/1,1yds pour les rayures colorées du bonnet,   1m/1,1yds pour le pompon du bonnet, 0,5m/0,5yds pour les joues.

Taille : pas de taille pour ce type d’ouvrage, mais à titre indicatif j’ai utilisé un crochet 3mm, qui donne un animal de 20 cm de hauteur.

Réalisation / modifications : aucune modification, j’ai juste varié les couleurs selon mes disponibilités en stock !

DSCF7774

Ce que j’ai aimé : habiller ce petit personnage avec des vêtements colorés, lui créer une identité c’est la première partie du plaisir. Mais la surprise lors de l’envoi à son destinataire est encore bien plus sympa. Je n’étais pas là, j’ai juste à imaginer la petite surprise dans la regard et c’est exquis.

Ce que j’ai moins aimé : broder les yeux comme d’habitude ! La symétrie est toujours un défi.

Faire un cadeau à la naissance d’un bébé, j’ai toujours trouvé ça délicat, d’autant plus quand il est attendu et espéré sous une forme précise parce que c’est de notoriété presque publique que je traficote des trucs de mes dix doigts. C’est souvent un peu beaucoup de pression et j’en arrive même à craindre qu’offrir un cadeau acheté soit vu comme du désintérêt.

Ici aucune pression, c’était une surprise pour la famille, aucune demande étrange ni une façon quelconque d’aiguiller mon choix. J’aime aussi laisser les parents définir leurs goûts à mesure qu’ils découvrent leur enfant. Ce petit cadeau pourra accompagner ses balades et mêmes ses premiers gestes de colère en le piochant à travers la pièce, c’est parfait !

DSCF7771

DIY, Hommes, Tricot

Oslo Hat, l’intemporelle tuque…

J’avais des scrupules à publier cet article si en retard par rapport au moment où j’ai tricoté ce modèle… et puis les températures odieusement basses des derniers jours ont fini de me convaincre qu’on était pas encore complètement hors sujet. En fin de semaine, on espère un hallali et pouvoir définitivement enterrer cet hiver persistant. Là, ce sera définitivement plus le moment.

C’est un tricot pour l’homme de la maison, une fois n’est pas coutume (un bonnet tous les 2 ans c’est pas si mal !). Il me le réclamait depuis quelques semaines, à caser entre deux projets qu’il me disait. Ce qu’il ignore c’est que les encours s’entrecroisaient pas mal. J’ai dû stopper les opérations et j’ai pris le taureau par les cornes. J’ai par la même occasion augmenté ma garde robe de tuque d’une pièce supplémentaire, et toc !

DSCF7612

Modèle : Oslo Hat de Petite Knit. Il a fait un tabac, et moi j’ai fait mon mouton. Faut dire que ça coûte bien moins cher que de payer un bonnet Carharrt, comme ceux de mes copains au temps du lycée… faut croire que certaines modes ne passent pas !

Fil : à l’origine le modèle se fait en fingering avec des aiguilles adéquates 3.5 mm. J’aime beaucoup le Duc, mais on est au Québec et les bonnets en fingering (en jersey de surcroît) c’est un peu une ineptie ici (sauf si c’est en jacquard là ça compte pas comme mon Northport bien-aimé). J’ai donc suivi l’initiative de Mélina et j’ai choisi le fil Shepherd qui est un fil de grosseur Worsted Fine, coloris Garnet. Ça marchait pour Mélina, le rendu final étant juste plus dense. Parfait pour notre contrée polaire.

fullsizeoutput_1a9

Pour la petite histoire, il rêvait d’un bonnet rouge type Jacques-Yves Cousteau, mais j’ai pas réussi à trouver le rouge qui faisait chavirer mon coeur (je suis dans le thème si tu fais bien attention) et je me suis résolue à lui imposer ce rouge bordeaux piqué à l’occasion de noir.

Taille : j’ai réalisé la taille Femme ! Mon fil était plus gros que préconisé (ce qui a tendance donc à augmenter l’échantillon et le travail final. De plus, le modèle propose 4 tailles (enfant, junior, femme et homme) et j’avais peur d’être vraiment trop large dans la dernière. Pari réussi.

J’ai utilisé 188m/205yds de fil en conservant des aiguilles 3.5 mm (malgré le fil plus épais).

fullsizeoutput_1a6

Réalisation / modifications : outre la modification du fil comme décrit plus haut, j’ai adapté la hauteur du jersey avant les diminutions qui forment des angles et un croix vue du ciel. Je n’ai pas de drone, il faudra me croire sur parole. C’est du tricot, tu prends pas de gros risques à le faire.

J’avais peur de ne pas avoir assez de fil pour finir l’ensemble du bonnet. À la première lecture, je n’avais pas bien compris la méthode de formation de l’ourlet. La zone à replier me paraissait vraiment trop longue : l’ourlet aurait vraiment pris la moitié de la tête du Duc (qui n’a pas un front de Rihanna), je suis passée ensuite à la partie bonnet qui monte en estimant au mieux (et à vue de nez) pour pouvoir aller jusqu’au bout sans jouer à Yarn Chicken perdant. Je suis allée au bout en gagnant et gardant 40m de fil en main. Oui j’ai pensé à défaire la pointe pour ajouter quelques rangs, mais la flemme est passée par là et j’ai renoncé. J’ai bien fait la longueur est idéale. J’ai par contre, cousu mon ourlet 2 cm sous la mesure habituelle pour réduire la hauteur de l’ourlet et garantir assez sur la tête.

Les mesures finales donnent alors : 14cm pour la 1ère partie d’ourlet (bien que replié, il fasse 6 cm de hauteur) – 13 cm de hauteur avant la couronne – puis 7 cm de couronne avec diminutions.

Ce que j’ai aimé : j’ai particulièrement aimé l’épaisseur créée par l’ourlet du bonnet, c’est doux, c’est moelleux sur la tête, on est dans le must du confort. C’est aussi un tricot zéro cerveau.

fullsizeoutput_1a7

Ce que j’ai moins aimé : peut-être que l’argument zéro cerveau pourrait aussi être un aspect moins sympa de sa réalisation. Peut-être… j’ai quand même réussi à me triturer l’esprit plus que de raison pour savoir à quelle hauteur arrêter la zone de jersey. En effet, le modèle donne un aspect un peu slouchy sur le haut, mais avec un drapé plus raide et dense, je ne voulais pas finir avec une tête d’obus.

Au final, le Duc l’aura bien porté, mais j’ai aussi bien bénéficié de son moelleux et sa chaleur. Cela augure bien pour 2019, il aura surement de nouvelles versions ! Et pourquoi pas pour les enfants qui sortent petit à petit de l’âge des bonnets avec oreilles. Mon kit automne-hiver-printemps est complet et garde une belle cohérence.

fullsizeoutput_19a

DIY, Tricot

Fern and Feather, le pull d’anticipation

On avait enfin tourné définitivement la porte du froid, des gelées matinales et des derniers flocons virevoltant sur le chemin de retour le soir que je me décidais enfin pour mon premier chandail de l’hiver… prochain !

Aucun appel au refroidissement, voyez-y surtout une envie de tricoter enfin les projets que j’avais programmé, pour lesquels j’avais le fil et le modèle déterminé ; et aussi d’être fin prête pour le prochain hiver toujours plus glacial que le précédent (ça c’est pour éviter d’avoir trop de touristes que j’écris ça…).

Après des modèles de plus en plus fins, j’étais très impatiente de revenir aux grosses fibres que je porte vraiment très souvent durant l’hiver pour leur confort, leur capital chaleur et leur robustesse.

fullsizeoutput_2ce

Modèle : Fern & Feather de Jennifer Steingass alias Knit.wool.love . Un modèle en jacquard Colorwork sur l’encolure à tricoter avec un fil worsted. Il est payant, disponible en anglais et en norvégien. Cependant il s’agit avant tout de suite un diagramme, nul besoin d’être bilingue.

Fil : attention canon droit devant ! Il s’agit de sur-mesure ! Paule la teinturière de Urso Yarn Co. m’avait demandé le printemps dernier de tricoter un chandail avec ses laines qui lui servirait pour ses démonstrations lors des salons et festivals de laine au Québec. C’était de plus son modèle (car elle écrit des patrons aussi !) en test, le Duc l’appelle le chandail fou-fou-fou mais c’est bien sûr le Mai Pullover dont il s’agit ! En contrepartie de ce défi, elle m’offrait en contrepartie une quantité chandail de laine pour ma taille S, ici la Face Bleue, grosseur Worsted, du BFL bien chaud.

fullsizeoutput_2d5

J’avais craqué pour le modèle de présentation sur Ravelry et c’était en partie pour la couleur : un beau vert forêt. J’ai poussé le vice à aiguiller ma demande vers un vert velours comme le fauteuil de mon salon (la partie intérieur pas délavée par le soleil !). Elle l’a fait ! Elle a eu peur que ce beau vert dégorge au rinçage, mais avec une précaution d’eau tiède, de vinaigre et de gros sel, rien à signaler ! L’eau était claire et ma couleur secondaire saine et sauve.

fullsizeoutput_2d1

Couleur principale : Face Bleue d’Urso Yarn Co. coloris Velvet (715m) mais pas sûre qu’elle vous le fasse, tant elle a eu peur de ma témérité d’associer les deux fils.

Couleur secondaire : Face Bleue d’Urso Yarn Co. coloris Lavande (75m) Il s’agit d’un beige avec de très légères traces de bleue, violet, très discret.

Taille : J’ai réalisé la taille de buste 90.5 pour avoir une aisance de 7 cm. Le patron est décliné du 78 au 151 cm (mais qui peut faire 78 cm avec 10 cm d’aisance, à part Esther !). Je l’ai tricoté en aiguilles 3.5, 3.75, et 4 mm pour convenir aux différentes étapes et à l’échantillon.

fullsizeoutput_2d2

Réalisation / modifications : J’ai suivi scrupuleusement le modèle en optant pour la proposition 1 pour le col, à savoir le roulotté. Attention, il est recommandé de le passer assez rapidement pour bien contrôler que la tête passera. J’ai testé au moment de la séparation des manches et j’ai eu un peu chaud. Ça passe !

J’ai aussi été vigilante pour adapter la longueur des manches et du corps à mes mensurations et ne pas me retrouver avec un manque de quelques millimètres cruciaux en cas de lever de bras et de températures négatives. Ça ne pardonne pas…

fullsizeoutput_2d7

Ce que j’ai aimé : j’ai beaucoup aimé la technique des augmentations dans l’encolure tout d’abord puis sur le corps pour cintrer un peu la taille. Il s’agit de faire des augmentations invisibles… qui le sont vraiment pour le coup !

upload_medium2

Le yoke est très agréable, les fils suivent bien. Le fil worsted est un bonheur ça monte vite, la laine Face Bleue est vraiment très retordue, mais un peu poilue tout de même, pour le jacquard ça marche bien ! J’ai pu faire une manche par soir tout en papotant au chalet entre copines. Je suis rentrée la voix brisée (alors qu’on a pas chanté) c’est vous dire si on a tricoté (ci dessus mon résultat)!

fullsizeoutput_2d4

Ce que j’ai moins aimé : mon seul point négatif c’est de le tricoter en pleine chaleur avec des mains moites à souhaits. Ah oui et puis de ne pas pouvoir le porter tout de suite tant il me plaît. Je l’ai bloqué lavé photographié et mis sous vide jusqu’au mois de novembre ! pas mécontente tout de même sur ce dernier point.

Un pull en Wortsed par Hiver devrait être ma norme, ils sont durables et je m’imagine les garder une bonne quinzaine d’année (mais que vais je tricoter à la retraite !), c’est aussi dans cette optique que j’étends toute ma garde robe de chandail dans toutes les couleurs possibles. J’espère pouvoir faire une photo arc en ciel un de ces jours !

fullsizeoutput_2d6

Couture, DIY, Enfants

Joue-la comme Jackie… en Magnésium !

Quand on nous confirmait l’arrivée prochaine de cette petite fille dans nos vies, dans ma tête de couturière il y a eu ce look ! Un petit look Jackie K., des belles matières, et un dressing pas trop gnangnan… Lui confectionner de belles pièces durables et classiques, la rendre unique, c’est toujours un peu ce qu’on veut…. Et puis embarque alors le facteur temps disponible, qui fait qu’on achète ces tissus lorsqu’elle a 2 ans et on lui réalise son manteau à 4 ans et demi bien sonnés.

fullsizeoutput_236

Modèle : Magnésium pour enfant d’Ivanne Soufflet. Le modèle est disponible en ligne, de la taille 1 à 12 ans. Il est mixte et offre tout un tas de possibilité de coupes différentes : fermeture croisée (comme ici) ou droite, courte, moyenne ou longue, dos simple ou pincé, capuche ou non, col ou non, doublure ou non. Bref, il y a moyen que je me fis sur le même patron pour chacun de mes enfants, chaque année, sans pour autant faire des copies !

fullsizeoutput_232

Tissu : J’ai acheté ces deux coupons à une vente d’atelier dans Montréal, les designers locaux vident leurs stocks au moment de refaire les prototypes de leur prochaine collection. Ainsi, je suis tombée sur un coupon de lainage tissé type Coco Chanel avec des pointes de mauve. Je n’aurai pas assumé ce tissu pour moi, mais pour une fillette c’était parfait ! Un micro coupon de soie bleu-gris acier a pu compléter le tout et me donnait d’un même coup le kit parfait pour le manteau. (j’ai patienté longtemps avant de le coudre, j’ai bien cru ne plus pouvoir y faire rentrer les pièces mais j’étais large !). Impossible à laver avant de le coudre bien sûr, je constate après 2-3 semaines de port que le tissu bouloche un peu… sa première peau fragile s’en va ! On croise les doigts pour qu’il tienne dans le temps.

fullsizeoutput_23f

Taille : C’est du sur-mesure ma bonne dame ! Ayant une petite fille plutôt dans la courbe basse (flirtant avec la ligne comme sa mère), j’ai fait une longueur 4 ans, une épaisseur de 2 ans et un buste/manches de 3 ans. Ensuite, j’ai tardé un peu pour coudre et j’ai eu grave peur qu’il soit trop petit… résultat elle ne pousse pas vite et il est parfait.

Réalisation / modificationsSi vous ne connaissez pas les patrons d’Ivanne Soufflet, un détail non négligeable est à prendre en compte : ils sont extrêmement précis… Ce qui est un avantage pour beaucoup mais qui peut être fortement rédhibitoire pour d’autres plus aguerri(e)s, qui se fatiguent à la lecture d’un roman de couture. Je fais partie d’un entre deux. Les 47 pages du livret de montage m’ont un peu freiné au début, puis j’ai pris le parti de prendre mon temps et m’assurer que chaque partie était lue et comprise pour me lancer. Les matières utilisées étaient nouvelles pour moi, autant ne pas partir trop à l’aveugle et trop confiante.

C’est donc très descriptif, très pris-par-la-main mais quand on voit le résultat final, on se dit que c’est valable !

Les modifications de taille/stature ont été nécessaires uniquement dans le décalage du patron pour l’associer aux réelles mensurations de sa destinataire. Les explications sont très très détaillées, il faut prendre le temps de vouloir tout lire, appliquer les conseils ; mais on est largement récompensés et on apprend même de la technique au passage. Oui Madame ! Pour le reste, je ne suis pas sortie du chemin d’Ivanne, n’ai pas trop lâché sa main, c’était mon premier coup d’essai de manteau avec doublure.

fullsizeoutput_240

J’ai réalisé la version combinant ces aspects : VERSION A (dos simple) avec MARTINGALE ; BOUTONNAGE DOUBLE 8 boutons ; Longueur MOYENNE, avec COL CLAUDINE FILLE et DOUBLURE, petite frite et Mayo.

Note importante (pour moi à l’avenir) : je n’ai pas entoilé mes pièces comme indiqué dans le patron car mon tissu bien que souple était suffisamment épais. Je ne l’ai pas regretté (et en plus très honnêtement je doute que ce soit resté bien collé)

Ce que j’ai aimé : tout d’abord c’est le design général du manteau qui ne fait pas trop enfantin qui m’a plu. Je cherchais quelque chose de classique mais avec des coupes soigneuses et pouvoir y associer un gros lainage type Coco Chanel. Dans les suggestions que j’ai demandé c’est donc tout naturel qu’il est sorti à plusieurs reprises.

Utiliser ces deux tissus que j’avais déniché au terme d’une longue réflexion, était aussi une condition. Je ne suis pas très portée sur les couleurs rose-mauve pour ma fille, mais il faut reconnaître que ce tissu est très beau et chic, la doublure en couleur froide était tout indiquée.

fullsizeoutput_239

Enfin j’aime particulièrement les surpiqûres prévues tout autour du col, qui donne un rendu très propre et fini. les poches sont très discrètes et modernes (par contre les miennes sont un poil trop petites, j’ai dû manquer quelque chose au moment de les couper ou celui de faire ma marge de couture. Pas grave !)

fullsizeoutput_23a

Et pour finir contre toute attente, j’ai adoré faire les boutonnières à la main crazy girl ! J’ai stressé pendant tout la réalisation à l’idée de la dernière étape des boutons car je déteste en faire avec la machine. Tant de réglages, une fois sur deux ça saute, c’est généralement le Duc qui s’y colle. Sa patience est convaincante. Ici, j’ai eu beau faire les réglages ça ne fonctionnait pas sur tous les essais que je faisais. Le fil, le tissu, la tension, ma machine était vraiment capricieuse (elle partait même en couture à l’envers !!). Au final, au moment d’essayer sur le manteau, la trop grosse épaisseur a rendu l’entreprise impossible. J’ai donc consulté un tuto rapide de boutonnières brodées à la main et le tissu s’y prêtait super bien ! J’ai par contre réalisé uniquement 4 boutonnières du bord, les autres étant juste des boutons cousus directement dans le tissu le temps de sortie de la garderie participe à cette décision.

fullsizeoutput_23e

Ce que j’ai moins aimé : Même si le rendu est canon, j’en ai grave chié sué pour coudre la maudite doublure en soie. En fait, je voulais faire comme toutes les autres filles super douées et border mes pièces en soie à la surjeteuse. Et là, ce fut la catastrophe, les pleurs et les grands appels à l’aide. Le tissu est bien trop léger, fluide et alors impossible de trouver de quoi l’amidonner sur Montréal. Je cherche encore le nom du produit miracle qu’on trouverait ici pour remplacer le Fabulon. Si vous savez, tapez 1, si vous avez une recette de grand mère tapez 2…. Moi j’ai tapé très fort sur ma table de couture, sur les machines, bref, après les larmes, je me suis rabattue à faire un surjet à la machine (point zigzag) après bien des réglages savants, que je n’ai toujours pas saisi. Mon manque de technique m’entraîne souvent en pleine dépression.

Version 2

La conclusion de cette épopée couture, c’est que sa destinataire le porte pour ce printemps frisquet que nous avons et devrait aussi en profiter à l’automne prochain en octobre. Il se révèle très chaud, est pratique pour faire du vélo et elle est capable de le mettre seule. Il ira ensuite rejoindre sa cousine nantaise qui pourra en profiter à son tour.

Comble du comble, la petite dit à qui veut bien l’entendre que le manteau lui plaît beaucoup mais qu’en t-shirt manches courtes ça pique dedans ! Non mais c’est de la soie Princesse je sais pas ce qu’il te faut ! (ou alors j’ai oublié une aiguille…)

Bref encore une remarque de ce genre et le gentil testament passe à 40% pour ta pomme et 60% pour ton frère, là voilà prévenue…

DSCF7704

DIY, Test, Tricot

Oh Simone Simone…

c’est comme si t’étais là, comme j’entends ta voix, c’est comme si t’étais là….

On devrait toujours commencer son article ou à tout le moins sa journée, avec une bonne vieille chanson de la Compagnie Créole (je t’ai mis le lien c’est cadeau). Ça te mange le cerveau, ça te porte même un peu sur le système tellement c’est tenace, mais au moins ça a la mérite de te réchauffer un peu et de te faire sourire à tes voisins de métro/trottoir/route.

J’ai une fan inconditionnelle à la maison, elle a 4 ans et demi et me demande des nouvelles des membres du groupe dès que je lis la presse, après les hécatombes du répertoire français des mois précédents, elle craint pour Chantal G et la Compagnie Créole; alors même si j’en bave pas mal côté musique, j’en ai rajouté une couche avec ce dernier modèle en test pour une designer qui n’en est pas à son coup d’essai : j’avais pu tricoter précédemment la série des Gretel adorés (le meilleur patron de chandail fillette pour moi à date), la combinaison bébé Saperlipopette ou encore le Pretty Me pour moi.

fullsizeoutput_231

Modèle : Simone de Nadia Crétin Léchenne, un modèle de chandail/pull en fil fingering (très fin donc), fluide, limite un peu de drapé avec sa coupe droite, ayant la particularité d’un frise de motif en bas du corps et une encolure de dentelle ajourée légèrement.

Taille : j’ai réalisé la taille S pour mon S habituel du commerce. Bon à savoir il a une coupe droite, non ajustée. Sans être large ou boxy, il n’est pas prêt du corps donc ne prévoyait pas trop d’aisance en plus de vos mensurations. Surtout si comme moi, votre fil a tendance à s’étirer au lavage/blocage. Gare aux mauvaises surprises.

fullsizeoutput_22a

Fil : j’avais eu le bonheur d’aller au Festival de Rhinebeck en 2017, accompagnée de mes copines et mon bébé tout neuf de 1 mois. C’est en éternelle raisonnable que je m’apprêtais à quitter les lieux sans beaucoup de craquage dans ma musette. Que cela ne tienne, je suivais ma copine Eva dans les recoins d’une tente et optais pour un maxi écheveau de 1000m environ en fil continu aux couleurs de brick : Fingering Weight SW Merino de Cozy Color Works en coloris Brick. J’ai utilisé 980m / 1080 yds (il me reste donc un mini peloton sans but réel). C’est un fil fingering assez fin qui a nécessité d’être tricoté en 3 mm et laisse un rendu plein mais très souple.

fullsizeoutput_223

Réalisation / modifications : J’aurai pu faire une modification suite à une crainte (complètement infondée) de manquer de laine pour faire des manches au rabais. J’ai donc commencé le chandail par son encolure, sa dentelle puis séparé les manches et attaqué le corps. L’avantage du maxi gros écheveau qui relève dans le fait de n’avoir jamais aucun changement de pelotes et donc de fil s’est trouvé annihilé par la crainte de n’avoir vite plus de fil (aucun écheveau de secours vois-tu). J’ai donc bâclé le corps du chandail en tirant un peu dessus et misant par avance sur le blocage et son pouvoir magique agrandisseur.

fullsizeoutput_225

C’est une fois les manches finies que j’ai constaté qu’il me restait 25 grammes de laine et qu’il méritait bien une rallonge. J’avais deux jours avant la fin du test et sa publication, j’étais large voyons ! J’ai démontée ma partie basse en glissant un fil de sécurité histoire de ne pas m’enflammer sur le détricotage, exaltée par le tirage de fil. J’ai terminé mon ouvrage avec 6 grammes de spare. Yarn chicken \!

fullsizeoutput_21a

Le blocage a rempli ses promesses d’agrandissement (sur un pull déjà rallongé, tu suis ?) j’ai donc craint l’effet immense mais c’est finalement une taille fluide et parfaite pour mon gabarit mince et court.

Ce que j’ai particulièrement aimé : les variations du fil continu sont superbes et régulières. Je n’avais au moins pas ce stress de la démarcation et de devoir alterner les écheveaux. J’ai découvert au fur et à mesure les éclats noirs dans la brique avec plaisir.

fullsizeoutput_227

Même si je ne suis pas une fan finie de dentelle (est-ce qu’un art non compatible avec Game Of Thrones ne devrait pas être proscrit ?) mais celle-ci habille bien l’encolure et a le mérite de tenir bien l’ouvrage très fin. Comme si le principe des arc-boutants avait aussi son importance en tricot (sujet de bac philo-tricot ?)

L’encolure enfin que je ne voyais pas du tout comme cela lors de la réalisation et qui m’a interpelé en voyant le final de Rachel, une autre testeuse du modèle. Ce n’est qu’au blocage que la forme quasi-bateau est réellement apparue.

Ce qui m’a moins plu : le rendu de mes noppes dans l’encolure de dentelle ne ressort pas assez. Je pense que c’est principalement dû à mon fil très fin et donc trop souple qui a tendance à écraser et s’affaler les noppes réalisées.

fullsizeoutput_230

Ce modèle ne déroge pas à la règle, il est parfaitement calibré et c’est un vrai coup de coeur après blocage car il a laissé découvrir tout un drapé et une coupe fluide pour mes formes un peu minces. Je pense d’ores et déjà à un prochain modèle comme le Madame G (nostalgie du Gretel) ou encore le Zest Of !

DIY, Tricot

Twist Headband

C’est l’accessoire de toute Hit Girl de la planète… non je déconne c’est juste l’accessoire parfait pour toute montréalaise qui se respecte et qui veut absolument voir le printemps se pointer avec le redoux qui va bien et la neige qui se barre loin loin loin ; mais qui a quand même peur d’avoir un peu la goutte au nez bah oui.

fullsizeoutput_19d

Je suis une fille optimiste, j’ai décidé d’en faire partager les copines. Le premier est pour une amie qui goûte moyen le bonnet, mon coeur a fait boum (alors que je m’étais toujours répété que la chaleur s’échappe principalement par la tête, il faut la maintenir au chaud par une tuque) et j’ai tricoté aussi sec un deuxième exemplaire.

fullsizeoutput_19f

Modèle : Twist de Nina Ruth. C’est un bandeau jersey tout ce qui a de plus simple et sobre, vrillé sur le sommet. C’est un modèle norvégien payant mais comme c’est en norvégien tu sais pas vraiment combien tu payes (coucou le Duc).

fullsizeoutput_197

Fil : Pour le premier, j’ai opté pour la couleur noisette “Sacagawea” en fil Tina de la Maison Tricotée avec 165 m. Pour le mien, j’ai choisi la Mérinito de La Bobineuse en coloris Rouille, le reste de mon pull Mr Rochester avec 140 m.

fullsizeoutput_116

Si le métrage du fil varie tant c’est d’un côté par rapport au tour de tête du destinataire bien sûr, mais aussi par rapport à la grosseur du fil (la Mérinito étant bien plus épaisse que la Tina) et les aiguilles employées en conséquence. J’ai aussi adapté le nombre de mailles de circonférence suivant la largeur du bandeau voulue.

Taille : C’est donc une taille unique annoncée mais c’est clairement le point complètement bizarre du patron. Si on suit le nombre de mailles du patron, j’ai l’impression qu’on se retrouve avec une hauteur de tour de cou ! J’ai donc bien réduit mais je le garde pour les modifications juste en dessous, ça serait bête de plus rien avoir à dire.

img_5906.jpg

Réalisation / modifications : Sans dévoiler de secret (ça reste un bandeau les gars, faut pas avoir fait science Po), le bandeau est doublé et donc est tricoté en jersey, c’est un tube. Pour ma version, je suis partie sur une circonférence de 55 mailles en Mérinito, tricotée en 4 mm. La particularité est donc ensuite la manière donc il est cousu et donc comment le twist se crée (et pour ça il faudra lire le patron).

fullsizeoutput_199

Ce que j’ai aimé : le jersey… non je rigole ça c’est pénible… Mais la partie vraiment sympa c’est les deux coutures des extrémités puis la couture ensemble qui précède le retroussement magique qui forme la vrille. C’est propre et proportionné (si les coutures sont propres et solides.

fullsizeoutput_198

Ce que j’ai moins aimé : quand bien même on ferait un échantillon pour ce bandeau (ne me jetez pas la pierre, vous-même vous hésiteriez), c’est un tube assez étroit, il a donc fallu faire plusieurs essais de plusieurs rangs (au moins 15) pour tester une fois aplati la largeur que cela donnerait sur ma tête. La différence entre la mesure du patron et celle que je venais d’établir était assez désarçonnante. Il a fallu y aller à tâtons. Pour un si petit accessoire, c’est un peu frustrant !

fullsizeoutput_190

Il a fallu qu’on passe dans la période oscillante du mercure entre 0 et 10 degrés pour que le bandeau remplisse pleinement son rôle. Il est désormais vissé sur mon crâne et me réchauffe les oreilles tout en douceur ; c’est un tube, plié il est donc double épaisseur, le top ! C’est aussi un must to be pour les cyclistes par temps frais !

Bon plan, DIY, Tricot

Mittens for mimi… enfin Bibi !

La neige a disparu des rebords de fenêtre (hauteur qu’elle avait atteinte depuis le sol), on peut donc dire “Top à la vachette” pour le printemps. Après des vacances courtes dans les Caraïbes, on est rentré très optimistes mais pas complètement naïfs (10 ans de Québec, ça te forge une tricoteuse) : j’avais dans mes bagages un projet chrono qui m’a occupé pendant les 5h de retard du premier vol, puis les soirées chaudes au coin des bougainvilliers, parfait pour le printemps montréalais.

fullsizeoutput_191

Modèle : Norwegian Mittens for mimi d’Anna Mazzarella. Il s’agit d’un modèle gratuit en anglais. Hormis le démarrage des côtes et la finition en pointe (les diminutions) tout se lit très facilement grâce à une charte graphique. Les non bilingues devraient donc s’en sortir dans trop de difficultés.

Fil : J’ai choisi deux types de fil mais vous pouvez facilement choisir un fil différent pour chaque étape de “feuille”, ça donne un effet dégradé très intéressant. Mais revenons à nos moutons !

fullsizeoutput_195

Couleur principale : Leizu Worsted de Julie Asselin (cocorico Québec), coloris Blue Steel (que je ne retrouve pas sur le site, peut-être qu’il ne se fait plus), un mélange laine et soie très doux et rond (115m)

Couleur secondaire : Laine Casa de la Maison Tricotée, coloris Elizabeth Zimmerman, C’est un fil chaud, avec ce qu’il faut de poil pour qu’il s’agglomère bien sur lui même avec le temps. Idéal pour le jacquard (55m).

Taille : Il s’agit d’une taille unique pour les tricoter, néanmoins le patron indique 3 tailles (grand enfant, adulte et grand adulte). Pour cibler l’une des tailles, il suffit de choisir la plus basse des aiguilles proposées. Par contre, on ne donne pas trop d’infos sur le type de fil à adapter.

Pour ma part, j’ai tablé directement sur la plus petite taille (j’ai des mains d’enfants) en optant pour les aiguilles 3,25 mm. Par contre, je voulais un rendu moelleux et dense, idéale pour les premiers trajets en vélo du printemps glacé montréalais. C’est donc ainsi plus large et grand que prévu, d’où les modifications à venir réalisées…

fullsizeoutput_194

Réalisation / modifications :

C’est un modèle assez facile au niveau technique, si simple que j’ai cherché un peu trop longtemps quelle technique de montage de maille choisir…. pour finir par prendre la plus simple. Les rangs montent vite et la charte se retient assez bien. Le jacquard n’est pas compliqué, les mailles de même couleur n’excèdent pas 5 mailles continues.

Si vite que je me suis vite retrouvée avec une palme à la place de la main. Il fallait me rendre à l’évidence que chez Gap Kids y a pas que les lunettes que je peux facilement acheter. Non pas les shorts.

J’ai donc adapté la longueur de cette main directement sur la charte et dessin du jacquard. Ainsi pour la main, j’ai réalisé les rangs 1 à 25 puis sauté au rang 38 jusqu’à la fin (rang 55). Pour le pouce, de la même manière, j’ai commencé au rang 1 à 8, pour sauter ensuite au rang 13 à 20.

Ce que j’ai aimé :

J’ai aimé l’enchainement des dessins feuilles sur le dessus de la main. Les lignes de la pointe de la main sont propres et délicates. La nuance du jacquard sur le pouce donne un peu de pep’s au verso.

IMG_6196

Je faisais pour la première fois la technique “après-coup”. On monte un fil temporaire au niveau de l’ouverture future du pouce, qu’on enlèvera au moment de monter le pouce. Je diabolisais un peu la technique mais rien de bien sorcier même si j’ai trouvé le raccord de la charte à l’intérieur du pouce (la face cachée) hasardeux. J’aurai presque l’envie de me lancer dans des chaussettes du coup ! Presque !

fullsizeoutput_19b

Ce que j’ai moins aimé :

Les proportions finales du modèle. Alors oui je n’ai pas fait d’échantillon mais cela correspond bien aux mesures annoncées. Par contre la coupe donne une envergure un peu large à la main. On retrouve encore l’idée de palme. J’aurai préféré encore une mitaine un peu plus fittée et étroite.

Je trouve aussi le poignet en côtes un peu large aussi, surtout pour sa longueur non excessive.

La rédaction du modèle est un peu personnelle mais c’est un modèle gratuit, ça vaut la peine de faire un petit effort de compréhension.

DSCF7642

Le test mitaines de printemps a été réalisé dans ces derniers jours de Mars. Elles sont parfaites et gardent mes mains sur le guidon bien au chaud. Si elles se détendent un peu trop, je tenterais peut-être un petit passage en laveuse /sécheuse pour les feutrer légèrement et les resserrer (mais on sait tous que c’est dangereux).