Bon plan, Couture, DIY, Enfants, Patron

Super Héros de mon coeur…

A chaque anniversaire, c’est toujours le même charivari dans mon cerveau. Trouver le cadeau qui fera mouche et qui plaira au destinataire sans pour autant créer de désagrément au parent/au frère/à la soeur… Ça exclut donc pas mal de choses comme les trucs qui font du bruit, les trucs qui peuvent devenir des objets contondants et enfin les trucs qui prennent une place démesurée dans nos appartements montréalais.

Un autre des critères est aussi de ne pas partir dans la surenchère pécuniaire pour chaque cadeau car les amis sont nombreux, et mon portefeuille pas un puits sans fond. Mis bout à bout, cela donne un sacré budget. Et puis je prends aussi un malin plaisir à me dire qu’on peut toujours faire super plaisir à un enfant avec du très simple.

Ici j’ai choisi le même cadeau équitable pour deux anniversaires très rapprochés chez les amis de ma fille. Un cadeau de 4 ans qui à fait son effet !

Modèle : Je suis partie de la lecture de l’article du blog My Handmade Home : Tutorial : Diy Superhero Capes pour comprendre le principe et c’est parti ! Ciseaux !

Tissus : Le but était de piocher dans mon stock de tissu… mais ce qui doit arriver arrive toujours et même aux couturières confirmées : on finit par se retrouver au magasin de tissu pour acheter quelques mètres supplémentaires

Ici c’était le Jersey noir avec un peu trop d’élasticité (parce que les super-héros font toujours une gymnastique pas possible) pour la partie extérieur de la cape. J’ai réfléchi quelques minutes et concerté le Duc, on a bien conclu que si les dits mini-super-héros sont bien capables de réclamer la cape pour sortir dans la rue aux yeux de tous, autant essayer de la jouer discret et donc mettre la couleur vive sur l’intérieur, soit collée au dos.

Pour l’intérieur, pour la première version, j’ai choisi un tissu assez rigide et synthétique jaune vif, utilisé jadis pour faire un costume d’Halloween pour Esther : Un oeuf au plat ! Ce tissu a la particularité d’être très résistant mais s’effiloche très vite. La surjeteuse fut une précieuse alliée. Et en plus il brille presque !

Pour la deuxième version, j’ai pris une pièce de popeline rouge assez fine. Avec l’usage du jersey noir, on a au moins la possibilité de prendre des tissus plus fin sans avoir le souci de transparence. Autant utiliser ce coupon que je ne savais où employer et le rouge était la couleur préféré du petit garçon visé, bingo !

Réalisation / modifications :

La auto source parle de prendre appui sur un bavoir ou une serviette de table enfant mais on peut très bien partir d’une base de tee-shirt pour enfant pour avoir une encolure proche des mesures de l’enfant. On échancre un peu plus pour ne pas aller trop proche de l’étranglement et on trace en coupant ;’épaule et en descendant en trapèze. Enfantin !

Pour la longueur ça dépend évidemment de l’enfant, j’avais mon modèle mini sous la main (lui faire essayer sans qu’elle la mèche avant le D Day était le plus gros défi !). Pour référence, un enfant de 4 ans mesure environ 95 à 105 cm en moyenne, t’enlève 20 cm de tête, 10 cm de cou, et 15 cm de chevilles, je dirai qu’une hauteur de 65 cm de cape est honorable pour défier la gravité !

Pour être plus rapide sur les finitions, j’ai collé ensemble les deux tissus (en les épinglant ensemble), plié sur une ligne médiane pour dessiner une symétrie parfaite. Vous pouvez tracer avec un crayon blanc de couture avant la découpe pour vous rassurer. On coupe ensuite toutes les épaisseurs du même coup et on épingle au fur et à mesure.

La surjeteuse rentre enfin en action pour faire tout le tour de l’ouvrage SAUF 15 cm qui vous serviront à retourner l’ouvrage. On refermera sur l’endroit en faisant une surpiqure sur l’ensemble des bordures, en veillant bien à fermer les 15 cm en cousant proche du bord.

La personnalisation arrive et c’est le côté le plus marrant où on peut jouer sur les styles de police et les détails. J’ai joué la facilité en créant une lettre bâton en feutrine et un point droit et long sur le pourtour. Grimace et Malice sont dans la place !

Ce que j’ai aimé : la simplicité et la rapidité d’exécution de ce cadeau qui fait un sacré effet chez les enfants… et leurs parents ! C’est un cadeau qui ne prend pas trop de place et qui permet souvent de valoriser le destinataire et lui donner un bon coup de confiance en lui. Ca permet d’utiliser un sacré paquet de chute de tissu aussi.

Ce que j’ai moins aimé : Mon jersey choisi dans la boutique de tissu la plus proche (Plazatex sur l’avenue Mont-Royal) était un peu fin et très élastique. Il a donc tendance à s’étirer sous le pied presseur de la machine à coudre. En choisissant un tissu moins élastique, il restera plus en place au moment d’être cousu avec le tissu du verso de la cape.

Un autre point négatif, le choix de mon velcro. Je me suis servie de velcro bon marché au magasin à 1 dollar et le velcro est autocollant. Malheureusement en cousant à travers, la colle se dépose sur l’aiguille de la machine. Très mauvaise option pour choisir la rapidité. On passe plus de temps à tout nettoyer pour finalement un piètre résultat : il m’a fallu le faire à la main (avec un bon dé à coudre pour protéger mon doigt pousseur de l’aiguille).

Tous les amis et ami(e)s d’Esther vont sans doute avoir droit à cet accessoire indispensable de tout super héro(ïne)s qui se respecte ! Je les vois déjà nous défier en à l’autre bout de la ruelle… Une imagination alimentée par des adultes bienveillants, c’est la meilleure des choses à leur offrir, non ?

DIY, Test, Tricot

Un automne en Lady Marieke

Comme un goût de déjà-vu (avec l’accent anglais s’il vous plaît) sur le blog ? Mais non voyons ! Je vous avais présenté le Marieke pour enfant testé et tricoté. J’aimais le rendu mais j’étais un peu frustrée de ne pas le voir porté (ma petite nageait encore un peu dans le 4 ans à l’époque). J’ai sauté donc sur l’occasion de le tester pour moi… en Top down qui plus est !

DSCF3844

Modèle : Lady Marieke d’Along avec Anna. Le modèle sort en deux versions différentes. Top down : de haut vers le bas, puis en allongeant les manches ; ou la version Bottom-up : du bas vers le haut en y raccordant les manches préalablement faites. La version bottom-up étant souvent privilégié par Anaïg, j’étais donc agréablement surprise de trouver la première version. J’ai naturellement sauté dessus en mode “tassez-vous, elle est pour moi !” #desoleecaro. J’ai hâte de voir les versions Bottom-up pour voir si le rendu a quelque chose de différent.

DSCF3863

Taille : J’ai réalisé la plus petite taille : 83″ de tour de buste. J’avais peur que ce soit trop ajusté mais pas d’inquiétude au final, j’ai largement l’aisance nécessaire pour que l’encolure soit proche des épaules mais la coupe du corps reste très boyfriend.

Pour que mon échantillon soit bon (tout du moins en largeur, parce que c’est ça le plus gros challenge, la hauteur est toujours ajustable, on le verra plus bas), j’ai dû baisser ma taille d’aiguille pour du 2,75 mm pour les côtes, et du 3 mm pour le chandail entier, encolure comprise. Contrairement au conseil donné d’augmenter sa taille d’aiguille pour les zones en jacquard, je conserve la même car je ne tricote pas plus serré cette zone particulièrement. Tout dépend en faite de votre habitude au jacquard et votre souplesse à le réaliser. Mais depuis le Mai Pullover, je suis à peu près parée à tout raz-de-marée de jacquard (désormais en complet continental).

DSCF3850Fil : C’est un peu un produit 100% québécois, tout du moins dans l’esprit ! Il s’agit du fil Tina de La Maison Tricotée (on exploite le filon de travailler sur le chemin de la boutique jusqu’au bout). J’ai profité une fois de plus (après mon bonnet Northport ou encore le cardigan Wee Chickadee) de la multitude de couleurs proposées dans cette qualité mérinos superwash pour composer mon jacquard exclusivement avec le même fil. L’acheter au gramme/mètre est un sérieux avantage.

  • Couleur principale : écru : coloris Camille Claudel (1020m / 1115yds)
  • Couleur contrastante 1 : bleu : coloris Mère Thérèsa (37m / 40yds)
  • Couleur contrastante 2 : marron : coloris Sacagawea (30m / 33yds)
  • Couleur contrastante 3 : jaune : coloris Benoîte Groult (14 m / 16 yds)

DSCF3840

J’ai réalisé plusieurs échantillons (oui c’est rageant mais c’est le jeu…) pour trouver les couleurs qui me conviendraient (et ça n’a pas été des plus utiles, c’est du teasing lis la suite).

Mon fil est cependant un poil trop épais pour faire correspondre mon échantillon à ce qui était préconisé. Ce qui est d’ailleurs très étrange car en largeur (le nombre de mailles) je tombais juste. Cependant si je réalisais la hauteur demandée (le nombre de rangs) j’arrivais à 11,5 cm au lieu des 10 traditionnels. Ça coince…

Réalisation / Modifications : Pour cause d’échantillon trop haut, j’ai dû réduire mon nombre de rangs de yoke. Point de calculs savants ou de basique produits en croix, J’ai réduit un peu à la louche en y enlevant 4 rangs entre les motifs de jacquard (soyons précis les rangs 7-15-25-45 du yoke). Sans doute pas assez, je trouve que le chandail plisse un peu au niveau des emmanchures. C’est comme si il y avait trop de tissu à cette endroit. C’est une partie de l’explication … ça et peut-être le peu de poitrine à mettre dans ce yoke ! Passons.

IMG_3429

Une fois toute l’encolure complétée, j’ai eu comme un doute… Oui tu sais ce doute qui fait que j’ai vraiment mal dormi et j’ai du prendre au réveil les décisions qui s’imposaient. À la place des lignes bleues du présent pull-over, j’avais opté pour le rouge… pour arriver avec un résultat très proche d’un arbre de Noël. De belles guirlandes pour manger du foie gras et chanter des cantiques, mais qui me dérangeaient pour les porter au bureau cet automne/hiver. Qu’à cela ne tienne, j’ai détricoté l’ensemble jusqu’au rang d’avant l’insertion de la première couleur. Une belle soirée de douleurs mais ça en valait la peine. Certains au fond de la salle ont des vapeurs…

DSCF3848

DSCF3837

DSCF3855

Ce que j’ai aimé : créer une légère profondeur dans le dos avec un système de rans raccourcis en dessous du yoke (et non au dessus, vers l’encolure comme souvent), ce qui permet à la zone de jacquard d’être bien haute et renforce bien l’effet drapé/ample, voulu sur le corps. Ça ne tire pas au moment de raccorder les manches au corps et les mouvements d’ampleur des bras ne forcent pas sur cet endroit particulier. On peut même imaginer pour les plus designers dans l’âme d’entre vous, chers lecteurs, que si vous avez un dos bien bombé, voire une simili-bosse, cet enchaînement de rangs raccourcis, peut être approfondi pour sied davantage à votre corpulence…

À refaire… : je réduirais peut-être légèrement le nombre de mailles sur le tour du bras. Je ne fais plus partie de la team bras potelés depuis cet été (et c’est pas la volonté chocolat-noisettes que j’y ai mis, c’est comme ça personne n’est jamais satisfait), et j’ai l’impression qu’au moment de prolonger les manches, j’avais un peu trop de matière qui peuvent avoir tendance à créer un effet bouffant. #blancheneigestyle

DSCF3834

Ce que je n’ai pas aimé : avoir du mal à trouver un fil qui corresponde à ce type d’échantillon. 28 m pour un fingering, mais 26 mailles je ne tombais jamais facilement dans les clous…

DSCF3860

J’ai combattu la chaleur moite montréalaise pour enfiler mon précieux et vous montrer le rendu porté. Je mérite un petit award je pense…

Ça et une bonne douche !

DIY, Test, Tricot

Mai Pullover

Il y avait longtemps que je ne vous avais montré un modèle adulte et qui plus est avec un tel défi relié. Deux chandails adulte depuis la naissance de Little D. (mon Boheme Sweater et le Classik Smocking cardigan), j’avais les aiguilles long métrage en alerte ! Et la designer qui m’a cueilli dans ce moment de fébrilité, avait du défi à revendre !

MAI_04

Modèle : Mai Pullover de Paule Trudel Bellemare, alias Paule TB ou Urso Yarn Co.. Un nouveau design tout aussi étudié, géométrique, coloré que tous les modèles proposés par Paule. C’est un chandail légèrement évasé dans le dos, aux manches près du corps, encolure haute et jacquard pour les confirmés ! Il est disponible en français et en anglais de la taille 1 an à Adulte XL (29″ de buste) !

27880201_150910092239002_4079138407622639616_n_medium2

Fil : Ce modèle va servir de modèle d’exposition (ou “sample” pour les bilingues parmi l’assemblée…) pour la créatrice du modèle Paule. En plus d’imaginer des modèles fous et inventifs, Paule est illustratrice. C’est notamment elle qui est derrière les illustrations du livre de Lise Tailor : Je me mets au tricot. Et Paule est enfin (et surtout) la teinturière de la marque québécoise Urso Yarn Co. Les fils utilisés ici m’ont été envoyé par Paule directement suivant les couleurs qu’elle voulait dans ce modèle si printanier dans sa qualité de fil : Simplet (du Light Fingering single). Pour les couleurs, les voici :

  • Couleur principale marron : Americano – 770m/840yds
  • Couleur contrastante 1 pour le blanc du contraste de l’encolure  : Ecru – 285m/310yds
  • Couleur contrastante 2 pour le rose des parapluies et des tulipes (entre autres) : Maman – 85m/93yds
  • Couleur contrastante 3 pour le jaune des éclairs et des bottes : Rainboots – 73m/80yds
  • Couleur contrastante 4 pour le vert des feuillages : Lili Ernestine – 110m/120yds

IMG_5807

Taille : J’ai réalisé la taille S. En période récent de post partum, je devais encore avoir les bras un peu potelé et il n’était pas si flottant que ça au niveau du corps ! Je pense que le blocage (opéré par Paule de manière chirurgicale) a bien aidé à lui donner son ampleur prévu. Tout comme le Princess Fiona d’Amy Miller (qui reste peut-être mon pull chouchou et le plus porté) c’est un type de chandail à porter lâche et qui va plomber et accuser un peu de drapé. Ne penchez pas pour la taille en dessous si vous êtes entre deux tailles, voyez plus grand les épaules sont bien ajustées et le corps n’en sera que plus beau !

IMG_5805

Réalisation / modifications : Il s’agit plus d’un test ici, c’est une commande ! La créatrice m’a contacté pour savoir si tricoter un modèle “imposé” avec des fils “imposés” en vue d’en faire un échantillon représentatif de la laine lors de ses salons créatifs… J’étais encore en congé de maternité, l’hiver nous gardait bien au chaud, j’ai été emballé. Tricoter de si belles fibres est une super opportunité. Et puis ça permet d’assouvir son hobby sans dépenser et surcharger son armoire d’un énième chandail… Calmons la bête !

Pas de modifications à l’horizon (je ne reviendrais pas sur le fait que quand on teste, on ne doit pas se permettre de faire tout un tas de modifications à sa sauce pour coller à toutes ses préférences. On teste pour les futurs acheteurs du modèle, c’est biaiser les valeurs de métrage, de tailles, si on ne suit pas les directives du texte), car cette mission s’est couplée avec le test du patron. Pour la petite histoire, le modèle a d’abord été créé par Paule pour sa fille Estelle. La réalisation était étonnante et le rendu a tapé dans l’oeil de plusieurs tricoteuses curieuses à l’idée d’en voir une version adulte… Suite à plusieurs demandes, la créatrice a donc rédigé et gradé pour une taille adulte. De fil en aiguille, l’idée de le sortir et donc le tester a fait son chemin. C’est toujours stressant de mettre son idée en mots et le confier à tout un tas de testeuses (l’auto correct met Pesteuses, c’est pas anodin je pense). Bravo pour la patience Paule (et les autres designers) et son self-control.

Ce que j’ai adoré : J’ai cédé depuis quelques mois déjà à la folie de l’échantillon. les quelques chandails un peu trop ajustés de mes débuts ont eu raison de ma flemmardise. Ici, l’étape de l’échantillon était même une douceur quand on voit le modèle final ! Un petit brin de folie dans un projet dingo. Vous le retrouverez peut-être sur le stand de Twist !

27893224_220774238483543_7639568491011375104_n_medium2

Comme toute tricoteuse de jacquard qui se respecte, enchaîner les modèles des grilles est assez jouissif. Ici, on ne s’ennuie jamais (dès lors que tu as bien saisi l’enchaînement des grilles car on en compte vraiment beaucoup). Les motifs choisis sont fun et parfaitement dans le thème !

J’aime beaucoup les manches effilées qui ont un petit côté apaisant après ce déferlement de motifs sur le corps du chandail. Le motif de fleur et “l’herbe” des côtes du poignet offrent un affinement à n’importe quelle team #braspotelés.

IMG_5803

Enfin je voulais parler du dernier motif avant l’icord final… Avez-vous vu ces tulipes qui éclosent au fur et à mesure du chandail ? On est là proche du génie tant à l’imagination qu’il faut déployer pour créer une telle grille ! Sans rires, franchement, je trouve ça épatant. Le prix du modèle ne doit pas forcément correspondre au niveau de difficulté, c’est sûr, mais tu te dis tout de suite que le prix n’est pas volé comparé au temps passé pour l’élaboration du patron.

P1110974

Les difficultés rencontrées : La principale difficulté pour moi sur ce chandail réside plus dans la partie basse plus courte devant et arrondie dans le dos. Le terme Ourlet ne fait pas référence à un ourlet de type couture qui rentre, mais bien un arrondi.

C’était aussi la première fois que je me frottais au terme Ligne A. Je ne dois pas être la seule alors minute information : il s’agit de décrire la forme évasée que va prendre le chandail. C’est subtil et les augmentations se font au centre du dos (pour les détails tu achètes le patron hein 🙂 )

Ce que j’ai moins aimé : Quand je regarde le motif général au final, je suis presque déçue qu’il n’y ait pas plus de motifs dans la partie yoke (encolure). Oui je sais je suis dingue !

La finition si fine en i-cord pour le col et le bas est une grande première pour moi. J’ai dû la refaire à deux reprises pour le corps histoire d’être sûre d’y passer la tête. Pour la bas du pull, je trouve la finition un peu abrupte visuellement, même si j’ignore complètement ce qui pourrait la remplacer mieux. Des côtes, assurément non !

MAI_01

A refaire (où est le fouet ?), je choisirais une couleur plus éclatante pour la couleur contrastante 2 (ici le rose Maman) par rapport à la couleur 1 (l’écru). Pour ainsi faire ressortir davantage les petites croix. A l’inverse, j’irai dans des couleurs un peu moins opposées pour la Couleur principale et la 1, afin de ne pas voir apparaître trop la couleur principale en arrière des vagues de l’encolure. Juste mon avis…

MAI_09

Ce n’est clairement pas trop un projet itinérant, ni à faire quand les enfants prennent le bain sous surveillance. Ce qui explique pourquoi j’ai mis 3 mois à le boucler et devoir faire une nuit de tricot jusqu’à 3h du matin pour le livrer à sa propriétaire. C’est aussi pour cela que ce n’est pas moi qui suit sur les photos portées (3h du mat’ je vous assure que la photo est terrible).

Une bonne dose de stress qui m’a fait perdre le modjo tricot une petite semaine, avant de remonter en selle rapidement ouf ! Dès que j’ai vu le résultat en photo, ma pression s’est envolée. J’espère qu’il plaira aussi aux futurs visiteurs des salons de vente de laine qui l’admireront de près. C’est mon défi post partum les gars ! (la dernière fois j’avais choisi un semi-marathon, je trouve des similitudes ^^)

29400727_163591741121415_7117369324733464576_n_medium2

Aujourd’hui si je m’imagine un nouveau défi de dingo du jacquard, je vois ce modèle tout en pigeons et vélo unique de Caitlin Shepherd : Birds and Bikes.

Avouez qu’il est canon !

Couture, DIY, Enfants

Lucille for kids

Si vous suivez mes pérégrinations depuis quelques temps (oui j’enrichis toujours un peu plus mon vocabulaire voyez-vous…), vous avez sans doute décelé mon dernier crush [comprendre coup de coeur] pour le patron de la robe Lucille d’Urban Fairy Pattern. Ce fut mon super modèle alliant féminité et praticité [oui ce mot existe même s’il est difficile à dire] pour l’allaitement qui faisait parti de mon quotidien il y a encore quelques semaines. La couture du jersey a l’avantage, en plus d’être confortable, d’être facile et rapide à réaliser.

C’est pourquoi je n’ai pas attendu longtemps pour passer du côté Kids de ce modèle. En effet, Elsa a décliné le modèle pour les fillettes avec toujours différentes options de patronage.

Ce qui est pratique avec Elsa c’est que l’on se suit côté fabrication d’humains. Une fille aînée et un bébé garçon des mêmes âges, c’est pratique pour avoir des créations qui tombent souvent pile poil dans mes besoins vestimentaires du moment ! C’est le Duc qui est content dis !

fullsizeoutput_38

Modèle : Mini Lucille d’Urban Fairy Pattern, aka Elsa Couture pour les geeks de Youtube !

fullsizeoutput_2c

Taille : j’ai réalisé la taille 3 ans pour mon petit bout de fillette de bientôt 4, grosse comme une aiguille à laine.

fullsizeoutput_32

Tissu : il me restait une chute conséquente de tissu après ma robe Plantain de grossesse faite l’an dernier. C’est même assez drôle car c’est devenue donc une copie conforme de cette robe en version enfant. Moi qui trouve assez risible les matchs entre les vêtements de maman-enfant, je redouble donc de vigilance pour porter ma propre robe (qu’il faudra surement raccourcir, ma protubérance ventrale en moins).

fullsizeoutput_36

Réalisation / modifications : Le patron est aux bonnes mesures, il m’a donc suffi de suivre les étapes simples du carnet fourni. Pour la longueur de la jupe, j’ai eu un sacré doute, car les enfants et leurs cabrioles ne font pas bon ménage avec intimité parfois. D’ordinaire, je réalise parce que je suis une feignante parfois tous les ourlets en jersey à la surjeteuse. C’est propre mais ça mange un peu de tissu car le tissu est plié deux fois pour être emprisonné dans le surjet. Ici, j’ai eu peur de tomber alors dans la longueur fatidique de la culotte apparente (voir plus) dès que la fillette aura l’envie d’une danse/cascade impromptue. J’ai donc choisi l’option couture simple sur 7 mm à la machine à coudre ordinaire. Et comme je reste tout de même une feignante, je n’ai pas voulu monter l’aiguille double (je n’avais déjà pas la bonne couleur de fil…).

fullsizeoutput_37

Ce que j’ai aimé : les étapes ultra rapides et simples pour un modèle basique et simple. Aller à l’essentiel est une qualité et ce patron l’a ! Les mesures sont bonnes et réalistes.

J’aime aussi pouvoir réaliser ce même patron en version tee shirt droit. Je suis une adepte des bons basiques, surtout pour les jours de garderie (qui sont plus nombreux que les jours en famille, soyons réalistes). En voyant la coupe et l’encolure, je pense écluser mes chutes de jersey à venir ainsi !

fullsizeoutput_31

Ce que j’ai moins aimé : Pour une prochaine, je creuserai un peu plus l’encolure que je trouve assez proche du cou. On connait désormais des chaleurs étouffantes, décolleter un peu plus la poitrine sera bénéfique.

fullsizeoutput_2a

Ce patron est à éternels rebondissements, tant les versions et options offrent de possibilités. Dernièrement, la créatrice a partagé une option manches courtes pour la Lucille Femme, c’est à retrouver d’ailleurs sur son site !

fullsizeoutput_3a

fullsizeoutput_20

Amigurumi, Cadeau de naissance, Crochet, DIY, Enfants

Heureux qui comme Hector… le rhino

J’ai déserté un moment, mais je suis bien là ! La reprise du boulot (nouveau de surcroît), le rythme “mum of two” à intégrer pour Perrin et le Duc, la grève du service de garde au milieu de ça, l’éclosion de la vie sociale montréalaise post neige, ont fait que les articles se prévoyaient dans ma tête mais rarement sous mes doigts. Et pourtant ce nouvel ouvrage mérite sous petit coup de projecteur !

Pour ma première née, je m’étais initiée au crochet et c’était rapidement devenu une addiction occupant mes trajets en métro et régalant l’imagination de mes partenaires de wagon. Cette lubie estivale avait vu naître Joséphine, Wolfgang, Gudule, Framboise puis plus tard Arsène, Victor ou encore Zebulon.

Pour ce deuxième bébé, je savais qu’il aurait lui aussi droit à un fidèle ami crocheté, tout comme sa soeur. Aussi quand j’ai croisé le compte Instagram de Pica Pau, ça a été le coup de foudre ! Impossible de me décider sur un modèle, je les aime tous – impossible d’attendre la sortie française du livre, j’ai cédé à la prévente en anglais et ai reçu rapidement cette mine d’or à la maison.

DSCF3275

Modèle : Hector de Yan Schenkel alias Pica Pau. Son premier ouvrage Le monde de Pica Pau avait fait un tabac, mais le deuxième Animal Friends of Pica Pau avec ce rhino est un triomphe !

Fil : j’ai utilisé une fois encore le coton Cora de la Maison Tricotée. Les fils au mètre c’est toujours pratique ! Une avalanche de couleurs que j’avais déjà parcouru pour le trio Hiver de Lalylaland (rien à voir avec le film, ni Jane Fonda !)

DSCF3276

Les couleurs : Blanc (Elizabeth Zimmerman) 52m/57yds – Jaune (Henriette Ekwe) 27m/30yds – Rose (Anne Franck) 5m/6yds – Vert (Rosalind Franklin) 30m/33yds – Bleu (Lady Di) 8m/9yds – pour le corps : Gris (Julie Payette) 95m/105yds – Sable (Hypathie d’Alexandrie) 35m/38yds et le noir des yeux (Coco Chanel) 0.5m/1yd.

Prise dans le tourbillon de ces couleurs, je n’ai pas pris garde à mon stock et suis rapidement arrivée à cours de fil gris (la peau du rhino)… Je cours au magasin et constate le sold out de ce fil aussi et le fait que le réapprovisionnement impossible à dater vu les relations compliquées avec les importations avec les USA. Bref on ne sait pas où est le fil, si il est dans les colis bloqués à la douane, s’il arrivera un jour… Qu’à cela ne tienne, le rhino aura un bronzage agricole et les bras et les oreilles finissent en taupe ! Pour un rhino quelle chance !

DSCF3283

Réalisation / modifications : On démarre par la tête du rhinocéros et on y accolera à la couture la corne du milieu et les oreilles à la fin. Le rhino est à crocheter en entier, il porte un caleçon ! On lui fabrique alors un pantalon qui tient bien en place.

DSCF3274

DSCF3281

Je n’ai pas fait les joues rosies par choix et un peu par flegme… J’avais envie de finir sur une bonne note et ne pas gâcher sur une dernière note hasardeuse (le placement symétrique toussa toussa).

Ce que j’ai aimé : découvrir la technique du Jacquard au crochet. Pas compliquée pour un sous, c’est surtout une gymnastique d’anticipation. On change de fil de couleur sur la dernière boucle de la maille précédente de l’endroit où la nouvelle couleur doit apparaître.

DSCF3268

J’ai aimé aussi brodé le poitrail du rhino avec ces petits palmiers. C’est une idée que je reprendrais sur des prochains amigurumis.

Ce que j’ai moins aimé : j’ai été un peu perplexe au moment de la séparation des jambes. Je ne sais pas au final si c’est une étourderie de ma part ou une erreur dans le patron mais mon compte était décalé et les jambes n’auraient pas été centrées par rapport à la tête. J’ai pris des notes, puis les ai perdues. Aussi je ne peux attester qu’une coquille est là, juste que c’est à surveiller !

DSCF3272

Après avoir été longtemps abandonné, j’ai donc mis un sérieux coup d’accélérateur et ai pu confier ce bel Hector à mon petit Darius à la fin de mon congé maternité début avril. À défaut de la fin de sa fabrication, ce fut à la fin de notre routine mum&son.

Cadeau de naissance, DIY, Enfants, Tricot

Lil Brother Romper

Il est offert je peux donc désormais vous parler de ces mignons tricots offerts à mon amie Clelola pour la naissance prochaine de son deuxième bébé. Un bébé qui gardera son identité secrète jusqu’à la naissance donc nous avons préparé avec deux comparses un jolie valisette trousseau pour couvrir et gâter ce bébé sur toutes les saisons à venir.

DSCF0122

Modèle : Little Brother’s romper de PetiteKnit. Il s’agit d’un modèle payant disponible en anglais, danois, suédois, norvégien.

Taille : J’ai réalisé la première taille en 0-3 mois pour le début de l’été de ce petit bébé prévu pour juin. L’hiver a beau être long, l’été arrive toujours de façon fracassante fingers crossed et peut être bien chaud. On espère qu’il ne sera pas trop baraqué à l’arrivée pour pouvoir le porter quelques fois !

DSCF0116

Fil : c’est du coton ! Du fil Revive de Katia Yarns, trouvé lors d’une virée entre copine un après midi de chalet où il n’y avait pas assez de neige pour les balades en raquettes, mais pas assez beau pour tricoter ou bouquiner sur un transat … (Se baigner, j’ai même du mal à l’imaginer !)

J’aimais ce fil gris chiné blanc, bien rond mais j’ai raté un peu le coche pour un faire quelque chose pour ma petite fille et le métrage disponible fut vite insuffisant. Pour le bébé de mon amie, c’est encore mieux ! Je pensais passer mes trois pelotes, mais le métrage est encore et toujours un peu aléatoire avec cette designer. Il ne m’aura fallu seulement que 125 m. J’ai sans doute de quoi en faire un autre pour mon petit garçon ! Ce fil ne se fait plus (il est discontinué) et c’est bien dommage.

DSCF0127

Réalisation / modifications :

La formation débute par le bas en faisant le devant et le dos séparément. Ceux-ci se rejoigne ensuite pour tricoter un tube sans la moindre diminution ou augmentation. On fait alors confiance au coton extensible pour les bedons bien rebondis (note pour mon Little D.) et on fait quasiment le même process pour le haut. Pour le dos, on rabat au centre et prolonge en deux bretelles au point mousse. Aucune difficulté vraiment ! Mis à part le décryptage du patron rédigé toujours de manière personnelle.

DSCF0120

Ce que j’ai aimé :

Travailler ce fil reste le plus agréable mis à part le résultat final. C’est vraiment un look adorable et je pense vraiment à l’adapter en taille 9 mois pour mon petit garçon pour les chaudes journées d’été montréalaises. Parfait pour commencer à crapahuter.

DSCF0117

Ce que j’ai moins aimé : vraiment ? pas grand chose ! Ou alors découvrir le résultat final si mini mini que j’ai un peu l’angoisse que le bébé de mon ami ne puisse pas le porter !

DSCF0118

C’est un de ces patrons parfaits pour réaliser un petit cadeau de naissance, rapide, efficace, adorable, et facile à caser dans des petits restes de laine. Je vais d’ailleurs créer un nouvel onglet pour référencer les patrons parfaits pour ça dans la page d’accueil du blog !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

DIY, Enfants, Tricot

Bits + Pieces, le béguin express

J’avais dit que le Northport serait le dernier bonnet de la saison 2017-2018, mais visiblement il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis… eux, et les mères de familles en goguette qui partent voir l’océan sur un weekend prolongé avec un bonnet un peu grand pour des oreilles de bébé un brin fragiles. Deux ans sans respirer l’iode était bien trop long pour une fille de La Rochelle…

DSCF0047

Nous avons donc évité l’overdose chocolatée en prenant la route pour le pays voisin et direction le bord de mer. Les White Mountains ont donné un arrière goût rance pour la petite demoiselle ballottée à l’arrière, et un parfum nauséabond pour les autres acolytes du voyage. Béni soit le seau de plage astucieusement placé non loin de la fillette à la bile abondante et généreuse… Le partage mes amis, y’a que ça de vrai !

Histoire donc de me changer les idées durant cette route en lacets, j’avais prévu un nouveau projet pour mon petit dernier (oui je note bien dernier Caro) qui hérite des bonnets de sa soeur et se trouve à ce moment-ci entre deux tailles. Il a 6 mois et porte le bonnet Quynn de sa soeur à 18 mois… Le précédent béguin Pierre Louis était vraiment devenu trop juste…

31416896_10156078442876233_5099108971948539904_n

Modèle : Bits + Pieces de Veera Välimäki. Il s’agit d’un modèle payant (2.90 euros bien investis je vous assure) disponible en anglais. Cette designer est plus connue pour ses chandails ou ses châles, mais ces petites pièces sont des pépites.

DSCF0094

Fil : J’ai utilisé du fil à chaussettes, c’est-à-dire du fil fin dit fingering comportant du nylon (qui fait sa résistance). Quand on sait le nombre de fois et la durée durant laquelle on porte nos couvre-chefs laineux ici, il vaut mieux prévoir du solide ! J’ai opté pour le Fingering 80/20 de Shelridge Yarns : le coloris vert 1506 Carribean Waters en couleur principale pour 66m/72yds et le coloris jaune 1104 Goldenrod pour la contrastante pour 38m/41yds. A l’époque, j’en avais fait des chaussettes Elske en jacquard que j’adore et qui sont très résistantes.

Taille : 9 mois, avec quelques hésitations… Le destinataire ayant tout juste 6 mois et l’hiver ne devant plus durer des semaines (soyons optimistes que diable !) MAIS présentant un périmètre crânien à faire pâlir d’effroi n’importe quel primipare, j’ai un peu hésité ! 9 mois est même un peu juste pour le bonhomme mais en faisant un blocage sur un ballon de baudruche, j’ai pu gagner en circonférence. Le point mousse a un gros potentiel d’agrandissement.

DSCF0097

Réalisation / modifications : C’est un modèle vraiment rapide à réaliser. 3h à l’aller et 1h au retour, le tour était joué ! Oui du coup, il n’a pas vraiment servi sur place mais il a comme un goût d’iode quand même ! Il se tricote en point mousse en partant du cou et en remontant vers la cime de la tête et finir sur le front. La forme arrondie avec deux pinces sur les côtés, est créée avec des rangs raccourcis à suivre un peu religieusement.

Je n’ai pas fait de modifications, j’étais en voiture je vous le rappelle, pas le temps de réfléchir à des modifications de fit… de plus il est parfait ainsi !

DSCF0086

DSCF0049

Ce que j’ai aimé : pouvoir piocher dans nos trop nombreux restes de laine est toujours très appréciable. Pour ce modèle, je savais que je pouvais compter sur un solide stock de restes de pelotes de fingering (fil à chaussette surtout) pour le compléter.

J’aime aussi la forme créée avec les rangs raccourcis, il épouse parfaitement la tête bien ronde du petit garçon pour lequel je l’ai fait et le lien en icord permet de le fermer pour garantir aux oreilles de rester au chaud. En le regardant rapidement, on pourrait croire à des coutures faites dans un second temps, mais il s’agit bien d’un changement d’angle fait grâce aux rangs raccourcis. Simple et très efficace.

DSCF0093

Le fil fingering permet tout de même de ne pas cuire dès que la température se radoucit. Un bon compromis, comme le printemps ici.

Ce que j’ai moins aimé : Est-ce que gérer le tricot en même temps que les vomis de ma fille de 3 ans lors du trajet ça compte ? Non parce que sinon rien ne me vient !

DSCF0096

Si on veut vraiment creuser, peut-être le léger écart qu’il existe au coin sur un seul coté et qui s’est formé par ma faute ! Je pense qu’il fallait serrer très fort cet endroit. Pour le prochain, je me concentrerai bien sur la tension de mon fil !

J’ai désormais envie d’en faire dans toutes les tailles au dessus pour mon petit D. même si la perspective de sortir tête nue est aussi très alléchante. Avec la toison de cheveux si mince qu’il a pour le moment, je suis encore bonne pour un peu de tricotage ! Et pour les amis aussi !