Bon plan, Brico, Déco, DIY, Enfants, Tuto

Cuvée de fête : bouteilles sensorielles

Le cadeau à faire à un enfant pour les 1 an est toujours un petit casse-tête… Non n’offre pas un casse-tête à un gamin d’un an, c’est un peu ambitieux, tu risques d’être déçu, à part si tu souhaites le voir le manger.

Quoi offrir à un enfant d’un an, qui peut jouer des heures avec une boîte de mouchoirs en carton, arracher des brins d’herbe et les manger à qui mieux mieux… et qui se fiche donc éperdument des derniers jeux éducatifs hors de prix… Dans le cas qui nous intéresse ici, tu rajoutes une soeur aînée qui a déjà constitué un sacré stock de jeux, de bricolages, et de créations farfelues par ses parents (nous, si tu suis bien).

Pour le premier anniversaire de la Soeur, on avait réalisé la fameuse Maison en carton (donnée au camion poubelle cet été, elle a tenu dans les tempêtes de surexcitation pendant 3 belles années, inespéré !). Il nous fallait une autre idée.

DSCF6743

Instagram entre en action et me donne la jolie idée de lui fabriquer des bouteilles sensorielles. Nous avions déjà opté pour les pois chiches durs et riz, servant parfaitement de Maracas, on voulait alors leur donner un coup de jeune et de moins alimentaire ! J’ai regardé de nombreuses recettes et j’ai ajusté à notre sauce pour convenir à ce qu’on pouvait trouver rapidement autour de nous sans mettre en danger notre petit garçon. Un point de glue pour fixer définitivement le bouchon de chaque bouteille est recommandé !

DSCF6748

Bouteille 1 : je commence par ma préférée, j’ai le droit ! La plus émerveillante pour les yeux de mon petit garçon… et je songe sérieusement à m’en faire une pour le bureau ! De l’eau du robinet, du colorant alimentaire (ici du jaune orange) et des paillettes issues d’un kit de maquillage du magasin à 1$ d’Halloween l’an passé. Les paillettes tombent au fond, tu brasses et c’est magique !

DSCF6747

Bouteille 2 : les grelots ! Je les avais planqué pour le jour où j’aurai enfin crocheté un joli amigurumi pour mon bébé… mon bébé marche désormais et dort dans un lit sans barreaux, les grelots ont été recyclés ! C’est une maracas pas trop énervante si tu remplis assez la bouteille.

DSCF6746

Bouteille 3 : les densités ! C’était la bouteille qui m’excitait le plus. Un vieux souvenir des cours de physique. Hors c’est celle qui n’a pas passé le crash test des 15 jours d’utilisation. Nous avons mis du Miel, de l’Huile d’olive et de l’eau colorée au colorant alimentaire. Les différents poids des liquides font qu’ils se superposent et se re-divisent si on les mélange en les brassant. Ça crée de la matière, j’adorais la regarder. Je l’ai expulsé du coffre à jouer quand j’ai découvert la bouteille hyper tendue prête à exploser. Les liquides (le miel ??) ont créé un gaz, sans doute en pourrissant (s’il y a un chimiste dans l’assistance…). En ouvrant le bouchon ça a été la pression énorme. Bien dangereux, on la jette ! J’aimerai comprendre tout de même !

DSCF6744

Bouteille 4 : les pompons ! Pas de paraffine (y’a quand même une tête de mort sur la bouteille, et mon garçon a les dents pointues et la ténacité d’un fox terrier). Juste de l’eau du robinet et des pompons récupérés dans un jeu d’activité manuel de sa soeur ! Différentes tailles, différents poids, il observe les pompons évoluer tout en lenteur. Ça l’émerveille !

DSCF6749

Bouteille 5 : le riz coloré ! Même le moins manuel des parents est capable de faire celle-ci ! Divise du riz dans trois petits contenants. Choisir trois colorants alimentaires contrastants et brassez. Faire sécher une nuit pour s’assurer qu’aucune humidité ne va faire coller les grains ensemble ni mélanger les couleurs.

On aurait pu penser qu’il ne serait pas transporté, ne comprenant pas très bien ce que signifie un an pour lui. Mais il s’est vraiment passionné pour ses bouteilles lorsqu’elles sont arrivées dans le décor. Il les baladait partout. C’est un peu lourd à mettre dans le sac-à-main pour une salle d’attente mais il vous reste alors la boite de mouchoirs en carton !

DIY, Test, Tricot

Rusty Mister Rochester

A chaque nouvel automne qui se pointe c’est toujours le même rituel, les même sensations… Une envie de chaleur (pour contrer l’humidité automnale, étonnamment souvent absente en hiver), une envie de douceur et de confort. Depuis que je tricote, ça passe souvent par un chandail et de la laine à profusion. Avant c’était des journées devant Code Quantum….

Cette année, je ne vais pas à Rhinebeck (bouhhh fait le public en arrière). Faut croire que quand n’ayant pas de bébé de 1 mois à y trainer, c’est moins excitant. Cette année, je suis sage, je tricote les achats des deux dernières années. Mais pourtant j’aurai pu y porter mon pull d’Automne aka mon “Pull de Rhinebeck”. On fera comme ci, je ne veux plus le lâcher.

DSCF6896

Modèle : Mr Rochester d’Alice Hammer. Comme son nom ne l’indique pas, c’est une designer française, auteur entre autre du livre très connu de Sentimental Tricot, puis dernièrement du catalogue Club Tricot. Ses modèles sont habituellement d’un style assez ample, des mohairs, des motifs, des associations de couleurs par blocs. Les manches ballons qui tranchent avec un corps de gilet boutonné, c’est son rayon.

Pour les curieux(ses) amateurs de littérature, c’est bien à Edward Rochester, personnage masculin de Jane Eyre de Charlotte Brontë, que le patron fait référence.

DSCF6895

Fil : J’ai utilisé le fil Mérinito de La Bobineuse de laine, boutique de Montréal ! C’est un fil définitivement super agréable à tricoter. Je l’avais expérimenté pour le Lil Kimono amande, mais là c’est dans un format nettement plus grand. J’ai utilisé 860 m soit 940 yards. Au blocage, le fil prend un poids considérable et le fil s’assouplit au point de se faire une sacrée frayeur. J’ai bien cru me retrouver avec un pull oversize. Le séchage s’est fait bien à plat et prêt du radiateur pour ne pas garder une odeur d’humidité s’il séchait pendant des jours. Il est resté souple mais s’est bien rétracté. OUf !

DSCF6899

Taille : j’ai réalisé la taille S, mais vous pouvez trouver ce modèle en M, L, et XL. J’ai tricoté en aiguille 3,25 mm pour les côtes et 4mm pour le reste avec ce fil.

DSCF6914

Réalisation / modifications : Pas de modification si ce n’est suivre mes mesures de corps le plus possible pour ne pas avoir de mauvaise surprise dans le cas des patrons Bottom-up, c’est-à-dire tricotés du bas vers le haut. On peut se retrouver avec un pull un peu court souvent. Là il est bien long pour contrecarrer les attaques de blizzard. Idem pour les manches !

DSCF6906

Ce que j’ai aimé : Les bons points sont nombreux, je vais essayer de ne pas en oublier !

Tout d’abord, le motif car c’est bien ça qui saute aux yeux. C’est un modèle ultra travaillé en motif, mais il se retient vraiment bien (au bout de 20 rangs je dirai quand même pour ma part #mommybrain ) et se répète sans cesse. C’est un gros confort pour pouvoir l’emmener un peu partout avec soi. Le corps est droit donc débranchez votre cerveau et enquillez les mailles…

DSCF6917

Ensuite les techniques qui parcourent le patron sont super ingénieuses et pas courantes. J’ai par exemple appris le Alternate Cable Cast On. Je connaissais ce montage mais en version maille exclusivement endroit (cable cast on). C’est la méthode de montage où l’on n’a pas besoin de prévoir sa longueur de fil à l’avance. On monte au fur et à mesure avec le fil qui servira pour le tricot. Ici, on le dit Alternate car on monte des mailles endroit et envers. On prépare et dessine les côtes dès le montage. Alice renvoie à des fiches explicatives claires et joliment illustrées au crayon (clair et précis). Elles sont en majorité disponible sur son site !

Enfin la technique de tricotage des manches qui consiste à tricoter la bande d’épaule à partir de mailles montées et qui réunit au fur et à mesure le devant et le dos du modèle. On a alors un motif qui se continue jusqu’au poignet et des finitions donc invisibles et impeccables.

DSCF6918

Ce que j’ai moins aimé : Autant j’aime la formation des manches avec la partie des pattes d’épaules, et leur formation “marteau”, autant le gousset dessous n’a pas présenté vraiment d’utilité pour moi et parait être une “goutte” sous le bras que je ne referais pas forcément.

DSCF6904

Ce fut un test éclair. J’avais 4 semaines pour livrer et j’ai rendu ma copie le bon jour mais le blocage, les mesures, et les photos ont dû attendre les 2-3 jours suivants. Il faut bien me rendre à l’évidence, la bidouille Tricot-Crochet-Couture-Cuisine et compagnie avec deux petits trublions, ça prend un peu plus de temps ! Je reprends le cours de mes multiples projets laissés en attente ça et là ! C’est reparti ! Et je ne quitte pas ce pull tout doux et moelleux.

Amigurumi, Crochet, DIY, Enfants

Charles, le pic bois de Pica Pau

Un pic bois ? Excuse my french mais ici on habite au Québec, et ce petit bout d’Amérique aux accents gaulois défend bec et ongle sa particularité linguistique… J’aime cette mixité qui cohabite, se mélange mais ne veut pas se polluer.

Dans la réalité, ça cancelle des rendez-vous, ça a du fun, et est flabergasté d’apprendre le dernier potin… Oui madame, je te perds mais t’inquiète pas je suis pas loin. Un pic bois donc est la version québécoise du Pic-vert (pour faire court) et du Woodpecker de nos compatriotes anglophones (ne parlons pas des voisins qui fâchent).

Le petit ami/voisin/quasi-jumeau de mon petit D., né deux jours après lui, est issu d’une famille de baroudeur, amoureux de la nature, de la forêt et des animaux qui la peuple. C’est donc tout naturellement que je me suis attelé à lui crocheter pour sa fête prochaine. Il faudra aussi que je prévois un truc pour mon propre petit garçon, mais tu sais le cordonnier le plus mal chaussé hein, ben c’est toujours soi….

DSCF6801

Modèle : Charles the Woodpecker de Yanina Schenkel alias Pica Pau. C’est l’un des amigurumis proposé dans son ouvrage Animal Friends of Pica Pau. J’ai déjà présenté sur ce blog Hector le Rhino !

39226642_272263273409875_189133914286063616_n_medium2

Fil : avec un crochet 2,5 mm j’ai récupéré uniquement des fils de mon stock ! Ça donne un picobois un peu chamarré mais terriblement attachant. Attention, on néglige souvent la hauteur final de l’ouvrage, c’est inscrit dans le livre mais on a du mal à s’en rendre compte. Une photo dans les mains d’un enfant/adulte serait vraiment utile (pourquoi ce n’est jamais fait, je ne sais pas) : il mesure 15 cm, et 20 cm avec les plumes (6 pouces – 7,5 pouces plumes comprises).

DSCF6759

Bleu foncé : Pour le corps dorsal et queue, ainsi que le bout des ailes, j’ai utilisé le coton Détente DK Coton de Phildar en bleu marine (5m/7yds), puis un reste de Tina de La Maison Tricotée coloris Mère Thérèsa (30m/35yds)…. Soit AU TOTAL : 35m/40yds

Bleu ciel : Pour le corps ventral et une partie des ailes, j’ai utilisé de la Cora de La Maison Tricotée, coloris Lady Di (19m/22 yds) (ce fil est discontinué, je n’avais donc pas d’autres options que d’ajouter un autre approchant de mon stock en double, le coton Lysbeth de Twilleys en turquoise (50m/55yds)…. Soit AU TOTAL : 70m/80yds

Rouge : Pour la tête et les plumes, j’ai utilisé tout d’abord la Détente DK Coton de Phildar (75m/80yds) puis au milieu des plumes j’ai switch pour le Fil d’Écosse de Welcomme (16m/18yds)… Soit AU TOTAL : 90m/100yds

Blanc : Pour la tête de face, les rayures des ailes, j’ai utilisé de la Cora de La Maison Tricotée, coloris Elizabeth Zimmerman (16m/18yds) puis pour finir un fil quasi identique de la Détente DK Coton de Phildar (13m/15yds)… Soit AU TOTAL : 30m/45yds

Noir : Pour les yeux, le bec et les deux pattes boules j’ai utilisé de la Cora de La Maison Tricotée, coloris Coco Chanel (10m/12yds). Ce fil est encore présent en boutique (il reste seulement du noir et rose dans mon souvenir)

Réalisation / modifications :

Je n’ai pas réalisé la queue du dit oiseau. Elle est détaillée dans le modèle, mais je n’ai jamais compris à quoi elle allait ressembler (j’ai eu la flemme aussi, pas de photos pour me motiver) et le modèle était déjà parfait pour moi ainsi.

DSCF6798

J’ai modifié la couleur du bec et des pattes pour introduire du noir, par manque de bleu foncé. On tombe un peu plus dans le réalisme (calmons nous quand même).

DSCF6794 DSCF6799Je me suis trompée enfin dans mes tours de crochet du corps. C’est ça de ne pas savoir mettre d’anneau marqueur précis. Le corps a eu tendance à tourner et vriller. Au final pour la fermeture et les changements de couleur dessous, c’est totalement anarchique. Les différentes grosseurs de fils changés n’ont sans doute pas aidé. Mais pas question de défaire pour autant, la bave du propriétaire ne fera pas de chichi ! Mais une prochaine fois, je serais plus vigilante !

DSCF6803

Pour mes changements de couleur, j’ai fait au hasard quand le fil s’arrêtait SAUF pour les ailes. Je les voulais identiques. J’ai donc séparé mon reste de bleu foncé en deux boulettes égales pour avoir 3 tours , puis finir en bleu ciel (ce dont il me reste en grand nombre).

Ce que j’ai aimé :

Le rendu final, malgré les approximation est fidèle au livre ! J’ai pu passer plein de restes de fil et ça donne un petit compagnon adorable : la mission est remplie, même pas une heure avant la date. Je fais de gros progrès.

DSCF6796

Ce que je n’ai pas aimé : Pour une fois que j’ai des choses à dire ici, je détaille :

  • A mon sens, il manque pas mal d’infos de montage des pièces ensemble. Pour le bec notamment, où j’ai du me contenter des rares photos de l’ouvrage pour le placer à la base du rouge entre les deux yeux. Idem pour les plumes sur la tête. Tout le côté clinquant du modèle repose dans leur positionnement, les proportions et ça peut clairement gâcher le tout si on les coud de travers. Un conseil : j’ai cousu d’abord la plume en arrière, puis les autres au fur est à mesure en piquant sur la tête et dans la précédente pour qu’elles soient bien scellées ensemble.

DSCF6797

  • Les photos, parlons-en ! On en trouve uniquement 2 dans l’explication du modèle. : de profil et parfois tronquées, ça fait vraiment trop peu pour donner des indications qu’il pourrait manquer dans les explications succinctes en texte. On en trouve d’autres (comme à la page centrale p54 version anglo) mais c’est vraiment insuffisant.

DSCF6793

  • La technique du changement de couleur en jacquard : J’aurai aimé que le modèle mentionne un astérisque pour aller se reporter à l’explication de cette technique qui arrive au début de l’ouvrage (Page 27 pour les anglophones, page 31 pour les francophones). En effet, lorsqu’on crochète des diagonales (la couleur a une maille de plus ou de moins le rang au dessus/suivant), je me suis aperçue que la diagonale à droite et celle de gauche au dessus du bec de l’oiseau ne sont pas du tout symétriques ! Je me suis d’abord donné toute la faute (j’ai lancé un appel à l’aide sur les réseaux sociaux à ce propos) pour finalement me rendre compte que c’était la même chose chez toutes les autres crocheteuses de l’animal ! Même les plus aguerries ! Kiss cat kits m’a fait judicieusement remarqué que c’était aussi le cas sur les photos du modèle, les photos sont juste astucieusement prises de profil pour ne pas comparer les deux faces asymétriques. Plus qu’un petit goût de supercherie, ça a le don de ne pas rassurer les novices (et ça m’a déçu). La technique pour avoir des rangs de couleurs plus tranchés et moins striés est la technique du X, c’est à dire de la Cross Stitch pour des mailles serrées (single crochet) plutôt que le V traditionnel. Je ne suis pas sûre d’avoir bien tout intégré mais j’ai essayé de faire au mieux en changeant ma façon d’enrouler le fil sur le crochet… Je ne suis pas encore convaincue de la différence mais suis curieuse de persévérer.

DSCF6795

Le bilan de cet ouvrage est donc, vous le constatez, bien contrasté. La technique est à assimiler mieux que ça. être plus vigilante sur le début de rang et aller voir un peu plus sur le net les photos des autres réalisations histoire de comprendre le montage qui est un peu flou dans les explications. J’espère que mes explications ici vous aideront au moment de votre propre réalisation. Le travail est un peu fastidieux mais le rendu final est à la hauteur !

Couture, DIY, Enfants

Robe intemporelle à volants

Il y a de ces modèles qu’on a voulu faire dix fois, sans jamais parvenir à se décider pour le coupon de tissu… et il y a des coupons qu’on a voulu découper tout autant sans jamais réussir à trouver le modèle adéquat…

Cette fois-ci c’est vraiment une histoire de ce genre-là. Et puis l’urgence d’un voyage outre-atlantique pour une fête de famille a poussé les derniers remparts d’hésitation. Entre les bagages à préparer, le boulot, les horaires de garderie, et le quotidien, le passage au magasin de tissu n’était tout simplement pas possible. Il a fallu trancher…euh couper !

DSCF3923

Modèle : Robe à manche volantée des Nouveaux Intemporels pour enfants d’Astrid Le Provost alias Citronille. Elle est très semblable (ou carrément identique) à la robe Rosamée disponible sur le site de Citronille du 2 au 16 ans.

Taille : j’ai réalisé une taille 2 ans pour ma fille qui aura 4 ans dans 3 mois. Elle est assez menue et j’avais peur qu’elle flotte complètement dans le 4 ans. Les patrons sont souvent taillés grand dans cet ouvrage. L’étroitesse du coupon m’a aussi orienté, j’avoue. Au final, la pièce du haut corps et les deux pièces dos sont vraiment peu hautes, mais la jupe est large (quoique juste en longueur). Peut-être un compromis entre les hauts et la jupe aurait été utile. J’ai réduit ma marge de couture en cousant à la surjeteuse (0.7 mm de marge au lieu de 1,5 cm) et ça donne une robe plus proche du 3 ans.

DSCF3925

DSCF3929

Tissu : Un coupon pour lequel j’avais imaginé un top pour moi ! Un coupon de lin noir avec un bord assez important de broderie anglaise. J’aimais les possibilités qu’il offrait pour jouer avec la transparence. Et le noir sur une blondinette, je trouvais ça très classe ! (pas comme les tattoos, on remerciera la garderie !).

dscf3926.jpg

Réalisation / modifications : je n’ai rien modifié parce qu’évidemment je n’avais pas le temps ! Quand tu t’y prends la veille de partir, tu finis bien sûr par emmener ta bobine de fil et une aiguille et finir de coudre les pression en nickel de la fermeture dans le dos lors d’un trajet en voiture entre Nantes et Bressuire lorsque les vacances démarrent.

Le choix de mon tissu était un coup de coeur mais j’aurai dû réfléchir un tantinet plus sur la longueur à couper car j’ai dû finir l’arrière de la robe avec un surjet noir, donc invisible la plupart du temps si on regarde pas de trop près. En effet, si je faisais un ourlet même petit, il y aurait eu une différence de longueur avec la partie de devant. Et la broderie anglaise étant particulièrement grosse, je ne pouvais pas couper une partir des motifs brodés. Je ne suis visiblement pas la seule à la trouver courte si je lis les reviews sur le web…

dscf3930.jpg

Ce que j’ai aimé : les détails des manches et de l’encolure. La pose du biais découpé dans le tissu était très facile et les mesures concordaient parfaitement. C’est agréable (car ce n’est pas toujours le cas). Le biais posé aux emmanchures n’est pas évident à poser quand on lit les explications vraiment trop littéraires à mon goût. Un gros paragraphe de blabla qui manque de clarté… je m’agaçais un peu et dans ces cas-là je perds toute confiance en mes capacités. Elles sont pas immenses mais la pièce n’était quand même pas compliquée. J’ai donc fait un peu à ma sauce pour éviter un surplus de tissu sous le bras à la couture.

Les fronces des manches pour créer les volants ne sont pas difficiles, lancez-vous ça en vaut la peine. Mon tissu est un peu raide alors ils restent un peu en l’air mais j’aime assez.

DSCF3938

Ce que je n’ai pas aimé : Les explications donc sont assez confuses au moment de coudre les biais aux emmanchures. On dit de coudre sans forcément cacher les couture. La surjeteuse m’a un peu sauvé la mise pour réduire les surplus de couture qu’une couture simple à la machine auraient occasionné. A refaire je me détacherai un peu des explications pour me concentrer sur les pièces et comprendre leur agencement naturel.

A savoir aussi qu’on décrie souvent les patrons de ces ouvrages comme très larges et pas très longs. Ils sont surtout pensés pour des enfants qui ne bougent pas (bébés) encore beaucoup et l’emploi du tissu chaîne et trame qui nécessiterait parfois un peu plus de longueur pour ne pas découvrir le ventre ou ici la culotte. La robe est très large, même si c’est mignon à cet âge, je pense pour pour une taille plus âgée je réduirais l’ampleur de la jupe dans un souci d’intimité !

DSCF3940

Au final, c’est définitivement un modèle qui fait son effet. Les compliments étaient nombreux et la petite se sentait super à l’aise dedans, ce qui est bien ce qui importe le plus. C’est un super rapport qualité prix pour le peu de fournitures qu’il faut posséder pour la réaliser et le temps rikiki pour coudre l’ensemble.

Bon plan, Couture, DIY, Enfants, Patron

Super Héros de mon coeur…

A chaque anniversaire, c’est toujours le même charivari dans mon cerveau. Trouver le cadeau qui fera mouche et qui plaira au destinataire sans pour autant créer de désagrément au parent/au frère/à la soeur… Ça exclut donc pas mal de choses comme les trucs qui font du bruit, les trucs qui peuvent devenir des objets contondants et enfin les trucs qui prennent une place démesurée dans nos appartements montréalais.

Un autre des critères est aussi de ne pas partir dans la surenchère pécuniaire pour chaque cadeau car les amis sont nombreux, et mon portefeuille pas un puits sans fond. Mis bout à bout, cela donne un sacré budget. Et puis je prends aussi un malin plaisir à me dire qu’on peut toujours faire super plaisir à un enfant avec du très simple.

Ici j’ai choisi le même cadeau équitable pour deux anniversaires très rapprochés chez les amis de ma fille. Un cadeau de 4 ans qui à fait son effet !

Modèle : Je suis partie de la lecture de l’article du blog My Handmade Home : Tutorial : Diy Superhero Capes pour comprendre le principe et c’est parti ! Ciseaux !

Tissus : Le but était de piocher dans mon stock de tissu… mais ce qui doit arriver arrive toujours et même aux couturières confirmées : on finit par se retrouver au magasin de tissu pour acheter quelques mètres supplémentaires

Ici c’était le Jersey noir avec un peu trop d’élasticité (parce que les super-héros font toujours une gymnastique pas possible) pour la partie extérieur de la cape. J’ai réfléchi quelques minutes et concerté le Duc, on a bien conclu que si les dits mini-super-héros sont bien capables de réclamer la cape pour sortir dans la rue aux yeux de tous, autant essayer de la jouer discret et donc mettre la couleur vive sur l’intérieur, soit collée au dos.

Pour l’intérieur, pour la première version, j’ai choisi un tissu assez rigide et synthétique jaune vif, utilisé jadis pour faire un costume d’Halloween pour Esther : Un oeuf au plat ! Ce tissu a la particularité d’être très résistant mais s’effiloche très vite. La surjeteuse fut une précieuse alliée. Et en plus il brille presque !

Pour la deuxième version, j’ai pris une pièce de popeline rouge assez fine. Avec l’usage du jersey noir, on a au moins la possibilité de prendre des tissus plus fin sans avoir le souci de transparence. Autant utiliser ce coupon que je ne savais où employer et le rouge était la couleur préféré du petit garçon visé, bingo !

Réalisation / modifications :

La auto source parle de prendre appui sur un bavoir ou une serviette de table enfant mais on peut très bien partir d’une base de tee-shirt pour enfant pour avoir une encolure proche des mesures de l’enfant. On échancre un peu plus pour ne pas aller trop proche de l’étranglement et on trace en coupant ;’épaule et en descendant en trapèze. Enfantin !

Pour la longueur ça dépend évidemment de l’enfant, j’avais mon modèle mini sous la main (lui faire essayer sans qu’elle la mèche avant le D Day était le plus gros défi !). Pour référence, un enfant de 4 ans mesure environ 95 à 105 cm en moyenne, t’enlève 20 cm de tête, 10 cm de cou, et 15 cm de chevilles, je dirai qu’une hauteur de 65 cm de cape est honorable pour défier la gravité !

Pour être plus rapide sur les finitions, j’ai collé ensemble les deux tissus (en les épinglant ensemble), plié sur une ligne médiane pour dessiner une symétrie parfaite. Vous pouvez tracer avec un crayon blanc de couture avant la découpe pour vous rassurer. On coupe ensuite toutes les épaisseurs du même coup et on épingle au fur et à mesure.

La surjeteuse rentre enfin en action pour faire tout le tour de l’ouvrage SAUF 15 cm qui vous serviront à retourner l’ouvrage. On refermera sur l’endroit en faisant une surpiqure sur l’ensemble des bordures, en veillant bien à fermer les 15 cm en cousant proche du bord.

La personnalisation arrive et c’est le côté le plus marrant où on peut jouer sur les styles de police et les détails. J’ai joué la facilité en créant une lettre bâton en feutrine et un point droit et long sur le pourtour. Grimace et Malice sont dans la place !

Ce que j’ai aimé : la simplicité et la rapidité d’exécution de ce cadeau qui fait un sacré effet chez les enfants… et leurs parents ! C’est un cadeau qui ne prend pas trop de place et qui permet souvent de valoriser le destinataire et lui donner un bon coup de confiance en lui. Ca permet d’utiliser un sacré paquet de chute de tissu aussi.

Ce que j’ai moins aimé : Mon jersey choisi dans la boutique de tissu la plus proche (Plazatex sur l’avenue Mont-Royal) était un peu fin et très élastique. Il a donc tendance à s’étirer sous le pied presseur de la machine à coudre. En choisissant un tissu moins élastique, il restera plus en place au moment d’être cousu avec le tissu du verso de la cape.

Un autre point négatif, le choix de mon velcro. Je me suis servie de velcro bon marché au magasin à 1 dollar et le velcro est autocollant. Malheureusement en cousant à travers, la colle se dépose sur l’aiguille de la machine. Très mauvaise option pour choisir la rapidité. On passe plus de temps à tout nettoyer pour finalement un piètre résultat : il m’a fallu le faire à la main (avec un bon dé à coudre pour protéger mon doigt pousseur de l’aiguille).

Tous les amis et ami(e)s d’Esther vont sans doute avoir droit à cet accessoire indispensable de tout super héro(ïne)s qui se respecte ! Je les vois déjà nous défier en à l’autre bout de la ruelle… Une imagination alimentée par des adultes bienveillants, c’est la meilleure des choses à leur offrir, non ?

DIY, Test, Tricot

Un automne en Lady Marieke

Comme un goût de déjà-vu (avec l’accent anglais s’il vous plaît) sur le blog ? Mais non voyons ! Je vous avais présenté le Marieke pour enfant testé et tricoté. J’aimais le rendu mais j’étais un peu frustrée de ne pas le voir porté (ma petite nageait encore un peu dans le 4 ans à l’époque). J’ai sauté donc sur l’occasion de le tester pour moi… en Top down qui plus est !

DSCF3844

Modèle : Lady Marieke d’Along avec Anna. Le modèle sort en deux versions différentes. Top down : de haut vers le bas, puis en allongeant les manches ; ou la version Bottom-up : du bas vers le haut en y raccordant les manches préalablement faites. La version bottom-up étant souvent privilégié par Anaïg, j’étais donc agréablement surprise de trouver la première version. J’ai naturellement sauté dessus en mode “tassez-vous, elle est pour moi !” #desoleecaro. J’ai hâte de voir les versions Bottom-up pour voir si le rendu a quelque chose de différent.

DSCF3863

Taille : J’ai réalisé la plus petite taille : 83″ de tour de buste. J’avais peur que ce soit trop ajusté mais pas d’inquiétude au final, j’ai largement l’aisance nécessaire pour que l’encolure soit proche des épaules mais la coupe du corps reste très boyfriend.

Pour que mon échantillon soit bon (tout du moins en largeur, parce que c’est ça le plus gros challenge, la hauteur est toujours ajustable, on le verra plus bas), j’ai dû baisser ma taille d’aiguille pour du 2,75 mm pour les côtes, et du 3 mm pour le chandail entier, encolure comprise. Contrairement au conseil donné d’augmenter sa taille d’aiguille pour les zones en jacquard, je conserve la même car je ne tricote pas plus serré cette zone particulièrement. Tout dépend en faite de votre habitude au jacquard et votre souplesse à le réaliser. Mais depuis le Mai Pullover, je suis à peu près parée à tout raz-de-marée de jacquard (désormais en complet continental).

DSCF3850Fil : C’est un peu un produit 100% québécois, tout du moins dans l’esprit ! Il s’agit du fil Tina de La Maison Tricotée (on exploite le filon de travailler sur le chemin de la boutique jusqu’au bout). J’ai profité une fois de plus (après mon bonnet Northport ou encore le cardigan Wee Chickadee) de la multitude de couleurs proposées dans cette qualité mérinos superwash pour composer mon jacquard exclusivement avec le même fil. L’acheter au gramme/mètre est un sérieux avantage.

  • Couleur principale : écru : coloris Camille Claudel (1020m / 1115yds)
  • Couleur contrastante 1 : bleu : coloris Mère Thérèsa (37m / 40yds)
  • Couleur contrastante 2 : marron : coloris Sacagawea (30m / 33yds)
  • Couleur contrastante 3 : jaune : coloris Benoîte Groult (14 m / 16 yds)

DSCF3840

J’ai réalisé plusieurs échantillons (oui c’est rageant mais c’est le jeu…) pour trouver les couleurs qui me conviendraient (et ça n’a pas été des plus utiles, c’est du teasing lis la suite).

Mon fil est cependant un poil trop épais pour faire correspondre mon échantillon à ce qui était préconisé. Ce qui est d’ailleurs très étrange car en largeur (le nombre de mailles) je tombais juste. Cependant si je réalisais la hauteur demandée (le nombre de rangs) j’arrivais à 11,5 cm au lieu des 10 traditionnels. Ça coince…

Réalisation / Modifications : Pour cause d’échantillon trop haut, j’ai dû réduire mon nombre de rangs de yoke. Point de calculs savants ou de basique produits en croix, J’ai réduit un peu à la louche en y enlevant 4 rangs entre les motifs de jacquard (soyons précis les rangs 7-15-25-45 du yoke). Sans doute pas assez, je trouve que le chandail plisse un peu au niveau des emmanchures. C’est comme si il y avait trop de tissu à cette endroit. C’est une partie de l’explication … ça et peut-être le peu de poitrine à mettre dans ce yoke ! Passons.

IMG_3429

Une fois toute l’encolure complétée, j’ai eu comme un doute… Oui tu sais ce doute qui fait que j’ai vraiment mal dormi et j’ai du prendre au réveil les décisions qui s’imposaient. À la place des lignes bleues du présent pull-over, j’avais opté pour le rouge… pour arriver avec un résultat très proche d’un arbre de Noël. De belles guirlandes pour manger du foie gras et chanter des cantiques, mais qui me dérangeaient pour les porter au bureau cet automne/hiver. Qu’à cela ne tienne, j’ai détricoté l’ensemble jusqu’au rang d’avant l’insertion de la première couleur. Une belle soirée de douleurs mais ça en valait la peine. Certains au fond de la salle ont des vapeurs…

DSCF3848

DSCF3837

DSCF3855

Ce que j’ai aimé : créer une légère profondeur dans le dos avec un système de rans raccourcis en dessous du yoke (et non au dessus, vers l’encolure comme souvent), ce qui permet à la zone de jacquard d’être bien haute et renforce bien l’effet drapé/ample, voulu sur le corps. Ça ne tire pas au moment de raccorder les manches au corps et les mouvements d’ampleur des bras ne forcent pas sur cet endroit particulier. On peut même imaginer pour les plus designers dans l’âme d’entre vous, chers lecteurs, que si vous avez un dos bien bombé, voire une simili-bosse, cet enchaînement de rangs raccourcis, peut être approfondi pour sied davantage à votre corpulence…

À refaire… : je réduirais peut-être légèrement le nombre de mailles sur le tour du bras. Je ne fais plus partie de la team bras potelés depuis cet été (et c’est pas la volonté chocolat-noisettes que j’y ai mis, c’est comme ça personne n’est jamais satisfait), et j’ai l’impression qu’au moment de prolonger les manches, j’avais un peu trop de matière qui peuvent avoir tendance à créer un effet bouffant. #blancheneigestyle

DSCF3834

Ce que je n’ai pas aimé : avoir du mal à trouver un fil qui corresponde à ce type d’échantillon. 28 m pour un fingering, mais 26 mailles je ne tombais jamais facilement dans les clous…

DSCF3860

J’ai combattu la chaleur moite montréalaise pour enfiler mon précieux et vous montrer le rendu porté. Je mérite un petit award je pense…

Ça et une bonne douche !

DIY, Test, Tricot

Mai Pullover

Il y avait longtemps que je ne vous avais montré un modèle adulte et qui plus est avec un tel défi relié. Deux chandails adulte depuis la naissance de Little D. (mon Boheme Sweater et le Classik Smocking cardigan), j’avais les aiguilles long métrage en alerte ! Et la designer qui m’a cueilli dans ce moment de fébrilité, avait du défi à revendre !

MAI_04

Modèle : Mai Pullover de Paule Trudel Bellemare, alias Paule TB ou Urso Yarn Co.. Un nouveau design tout aussi étudié, géométrique, coloré que tous les modèles proposés par Paule. C’est un chandail légèrement évasé dans le dos, aux manches près du corps, encolure haute et jacquard pour les confirmés ! Il est disponible en français et en anglais de la taille 1 an à Adulte XL (29″ de buste) !

27880201_150910092239002_4079138407622639616_n_medium2

Fil : Ce modèle va servir de modèle d’exposition (ou “sample” pour les bilingues parmi l’assemblée…) pour la créatrice du modèle Paule. En plus d’imaginer des modèles fous et inventifs, Paule est illustratrice. C’est notamment elle qui est derrière les illustrations du livre de Lise Tailor : Je me mets au tricot. Et Paule est enfin (et surtout) la teinturière de la marque québécoise Urso Yarn Co. Les fils utilisés ici m’ont été envoyé par Paule directement suivant les couleurs qu’elle voulait dans ce modèle si printanier dans sa qualité de fil : Simplet (du Light Fingering single). Pour les couleurs, les voici :

  • Couleur principale marron : Americano – 770m/840yds
  • Couleur contrastante 1 pour le blanc du contraste de l’encolure  : Ecru – 285m/310yds
  • Couleur contrastante 2 pour le rose des parapluies et des tulipes (entre autres) : Maman – 85m/93yds
  • Couleur contrastante 3 pour le jaune des éclairs et des bottes : Rainboots – 73m/80yds
  • Couleur contrastante 4 pour le vert des feuillages : Lili Ernestine – 110m/120yds

IMG_5807

Taille : J’ai réalisé la taille S. En période récent de post partum, je devais encore avoir les bras un peu potelé et il n’était pas si flottant que ça au niveau du corps ! Je pense que le blocage (opéré par Paule de manière chirurgicale) a bien aidé à lui donner son ampleur prévu. Tout comme le Princess Fiona d’Amy Miller (qui reste peut-être mon pull chouchou et le plus porté) c’est un type de chandail à porter lâche et qui va plomber et accuser un peu de drapé. Ne penchez pas pour la taille en dessous si vous êtes entre deux tailles, voyez plus grand les épaules sont bien ajustées et le corps n’en sera que plus beau !

IMG_5805

Réalisation / modifications : Il s’agit plus d’un test ici, c’est une commande ! La créatrice m’a contacté pour savoir si tricoter un modèle “imposé” avec des fils “imposés” en vue d’en faire un échantillon représentatif de la laine lors de ses salons créatifs… J’étais encore en congé de maternité, l’hiver nous gardait bien au chaud, j’ai été emballé. Tricoter de si belles fibres est une super opportunité. Et puis ça permet d’assouvir son hobby sans dépenser et surcharger son armoire d’un énième chandail… Calmons la bête !

Pas de modifications à l’horizon (je ne reviendrais pas sur le fait que quand on teste, on ne doit pas se permettre de faire tout un tas de modifications à sa sauce pour coller à toutes ses préférences. On teste pour les futurs acheteurs du modèle, c’est biaiser les valeurs de métrage, de tailles, si on ne suit pas les directives du texte), car cette mission s’est couplée avec le test du patron. Pour la petite histoire, le modèle a d’abord été créé par Paule pour sa fille Estelle. La réalisation était étonnante et le rendu a tapé dans l’oeil de plusieurs tricoteuses curieuses à l’idée d’en voir une version adulte… Suite à plusieurs demandes, la créatrice a donc rédigé et gradé pour une taille adulte. De fil en aiguille, l’idée de le sortir et donc le tester a fait son chemin. C’est toujours stressant de mettre son idée en mots et le confier à tout un tas de testeuses (l’auto correct met Pesteuses, c’est pas anodin je pense). Bravo pour la patience Paule (et les autres designers) et son self-control.

Ce que j’ai adoré : J’ai cédé depuis quelques mois déjà à la folie de l’échantillon. les quelques chandails un peu trop ajustés de mes débuts ont eu raison de ma flemmardise. Ici, l’étape de l’échantillon était même une douceur quand on voit le modèle final ! Un petit brin de folie dans un projet dingo. Vous le retrouverez peut-être sur le stand de Twist !

27893224_220774238483543_7639568491011375104_n_medium2

Comme toute tricoteuse de jacquard qui se respecte, enchaîner les modèles des grilles est assez jouissif. Ici, on ne s’ennuie jamais (dès lors que tu as bien saisi l’enchaînement des grilles car on en compte vraiment beaucoup). Les motifs choisis sont fun et parfaitement dans le thème !

J’aime beaucoup les manches effilées qui ont un petit côté apaisant après ce déferlement de motifs sur le corps du chandail. Le motif de fleur et “l’herbe” des côtes du poignet offrent un affinement à n’importe quelle team #braspotelés.

IMG_5803

Enfin je voulais parler du dernier motif avant l’icord final… Avez-vous vu ces tulipes qui éclosent au fur et à mesure du chandail ? On est là proche du génie tant à l’imagination qu’il faut déployer pour créer une telle grille ! Sans rires, franchement, je trouve ça épatant. Le prix du modèle ne doit pas forcément correspondre au niveau de difficulté, c’est sûr, mais tu te dis tout de suite que le prix n’est pas volé comparé au temps passé pour l’élaboration du patron.

P1110974

Les difficultés rencontrées : La principale difficulté pour moi sur ce chandail réside plus dans la partie basse plus courte devant et arrondie dans le dos. Le terme Ourlet ne fait pas référence à un ourlet de type couture qui rentre, mais bien un arrondi.

C’était aussi la première fois que je me frottais au terme Ligne A. Je ne dois pas être la seule alors minute information : il s’agit de décrire la forme évasée que va prendre le chandail. C’est subtil et les augmentations se font au centre du dos (pour les détails tu achètes le patron hein 🙂 )

Ce que j’ai moins aimé : Quand je regarde le motif général au final, je suis presque déçue qu’il n’y ait pas plus de motifs dans la partie yoke (encolure). Oui je sais je suis dingue !

La finition si fine en i-cord pour le col et le bas est une grande première pour moi. J’ai dû la refaire à deux reprises pour le corps histoire d’être sûre d’y passer la tête. Pour la bas du pull, je trouve la finition un peu abrupte visuellement, même si j’ignore complètement ce qui pourrait la remplacer mieux. Des côtes, assurément non !

MAI_01

A refaire (où est le fouet ?), je choisirais une couleur plus éclatante pour la couleur contrastante 2 (ici le rose Maman) par rapport à la couleur 1 (l’écru). Pour ainsi faire ressortir davantage les petites croix. A l’inverse, j’irai dans des couleurs un peu moins opposées pour la Couleur principale et la 1, afin de ne pas voir apparaître trop la couleur principale en arrière des vagues de l’encolure. Juste mon avis…

MAI_09

Ce n’est clairement pas trop un projet itinérant, ni à faire quand les enfants prennent le bain sous surveillance. Ce qui explique pourquoi j’ai mis 3 mois à le boucler et devoir faire une nuit de tricot jusqu’à 3h du matin pour le livrer à sa propriétaire. C’est aussi pour cela que ce n’est pas moi qui suit sur les photos portées (3h du mat’ je vous assure que la photo est terrible).

Une bonne dose de stress qui m’a fait perdre le modjo tricot une petite semaine, avant de remonter en selle rapidement ouf ! Dès que j’ai vu le résultat en photo, ma pression s’est envolée. J’espère qu’il plaira aussi aux futurs visiteurs des salons de vente de laine qui l’admireront de près. C’est mon défi post partum les gars ! (la dernière fois j’avais choisi un semi-marathon, je trouve des similitudes ^^)

29400727_163591741121415_7117369324733464576_n_medium2

Aujourd’hui si je m’imagine un nouveau défi de dingo du jacquard, je vois ce modèle tout en pigeons et vélo unique de Caitlin Shepherd : Birds and Bikes.

Avouez qu’il est canon !