Naissance d’une Noisette

Après le test du joli cardigan pour enfant Dandelion, sa designer sous le pseudo Along avec Anna m’a de nouveau mis au défi avec un second cardigan. La période aurait pu paraitre peu propice à prendre des engagements mais l’arrivée du 4ème larron de la famille Perrinpimpim se faisant attendre, il me fallait focaliser mon attention sur autre chose les sms familiaux me ramenant sans cesse à la réalité.

Pour la petite histoire, j’ai pu réaliser les manches avant le D Day et par chance j’avais emmené mon ouvrage. Comment briser la glace avec toutes les infirmières qui passent dans le couloir ? Démarrer le corps du gilet et enchaîner les rangs alors que s’égrainent les contractions !! J’ai fait 18 rangs tout de même !

ALEX0022

Modèle : Cardigan Noisette d’Along avec Anna, disponible de la taille 3 mois à 8 ans en français et anglais.

Taille : J’ai réalisé une taille 12 mois. Non pas que ma petite E. rapetisse, mais je visais plutôt un cadeau pour une petite fille que je voulais gâter à sa naissance. La petite a eu 10 mois dernièrement, la mamie tricotait pour elle, je me suis sentie moins pressée. Le colis part d’ailleurs bientôt. Avec des aiguilles 3,5 mm tout du long dans mon cas !

Fil : J’ai enfin sauté le pas de casser un lot de pelotes Austral de Katia en coloris Taupe que je possédais depuis 2 voire 3 ans. Il me manquait systématiquement quelques mètres pour réaliser un cardigan pour moi, selon le modèle. Il fallait bien se rendre à l’évidence, pour des petits vêtements je pourrais en faire plusieurs. J’ai utilisé 280m/306 yards (soit ici, deux pelotes exactement).

Boutons : J’ai pioché dans mon stock et dégoté des petits boutons cerise translucides qui ajoutent un peu de luminosité à la couleur taupe de la laine. Mon erreur a été de placer 6 boutonnières alors que la norme veut qu’il y ait toujours un nombre impair de boutons. Pourquoi ? j’en sais fichtrement rien mais c’est la norme apparemment. Et j’ai fait le test et même H&M respecte ça… J’aurai dû espacer de plus de 10 mailles mes boutonnières et n’en caler que 5. Je le saurai pour la prochaine fois que je ferai une taille bébé.

ALEX0029

Réalisation / modifications : pour avoir déjà tricoté ce fil pour mon cardigan Pretty, j’avais une bonne idée de la tenue de ce fil et de l’échantillon. J’ai donc pu démarrer assez vite le modèle… enfin un peu vite peut-être au point de sauter le changement d’aiguille entre les côtes et le corps. Si vous sautez volontairement ou non ce détail, faire des côtes torses est alors une bonne alternative pour avoir l’effet légèrement resserré désiré. Bon si vous oubliez, vous pouvez constater aussi que ça passe très bien : la preuve.

ALEX0031

La patron propose de choisir entre deux finitions pour le col. La version de la créatrice montre bien l’originalité du modèle (en plus des noppes) en incluant une petite cordelette tricotée (i-cord) autour de l’encolure. On peut aussi réaliser de manière plus classique un col en côtes, version que j’ai préférée car la destinataire entrait dernièrement en crèche et tout ce qui est autour du cou (écharpe, collier, ruban, etc) est proscrit pour raison de sécurité gare aux serial-baby-ciller.

Ce que j’ai aimé : le point noppe qui en plus d’être sérieusement à la mode (coucou Paelas, Misha and Puff, et consorts), j’aime ce motif que je trouve personnellement mixte (tout dépend ensuite la couleur choisie à mon sens), original mais sobre car uniquement sur le corps du gilet laissant un peu de sobriété sur les manches.

Le modèle est bien calibré et ne taille ni trop grand ni trop petit.

ALEX0024

Ce que j’ai moins aimé : placer les boutonnières de manière personnelle. je suis parfois un peu rigide et j’aime suivre les indications écrites, quitte à les modifier volontairement si ce n’est pas à mon goût. Ici, on n’a peu d’informations mis à part de les espacer de manière égale en laissant 2-3 mailles au début et à la fin. J’aurai aimé avoir une idée de la norme de distance à laisser minimum ou maximum entre deux boutonnières.

ALEX0025

C’est définitivement un modèle que je referai pour ma grande fille de bientôt 3 ans. Je le vois déclinable aussi bien en coton pour l’été, qu’en version bien chaude (voire avec du mohair pour un effet vaporeux) pour nos mois froids à venir.

Je file mettre ce petit cardigan sous pli et ainsi revoir ma procrastination à demain !

ALEX0027

EnregistrerEnregistrer

Advertisements

Langoz en Berri

Encore un peu de layette par ici, c’est de saison, mais promis tout bientôt arrivent des modèles pour les grands. Ils sont pour certains déjà réalisés il ne manque plus que les photos portés. Je rentre dans mes pantalons, c’est bon signe les photos des pulls devraient trouver grâce à mes yeux !

ALEX2945

Modèle : Langoz de Julie Chanudet, un modèle de pull avec plastron sur la partie haute devant. Des rayures pour un effet marinière craquant. Modèle payant disponible en anglais ET français pour les tailles 3, 6 et 9 mois.

Taille : 3 mois mais avec une taille d’aiguille légèrement supérieure à celles préconisées : 3,25 mm pour être plus compatible avec le fil choisi (lui aussi légèrement plus gros que celui préconisé).

ALEX2948

Fil : Qui dit bébé, qui plus est bébé d’amis-voisins-qu’on-ne-connaît-pas-depuis-des-lustres, dit acrylique (ben quoi vous connaissez pas la base ?) ou plus exactement choisir un fil qui passe en machine à laver. Dans mon stock j’avais quelques pelotes de fil Charly de chez Phildar en coloris Flanelle (gris) et Girafe (jaune orangé), dégotées à la Lainerie Lépine à Montréal lors de leur braderie annuelle. Pour la couleur principale : 172m/188 yds; pour les rayures : 59m/65 yds.

Réalisation/modifications : C’est un modèle qui se tricote du haut vers le bas. Sa particularité avec le plastron boutonné devant, nous fait commencer par la petite partie devant, la mettre en attente et démarrer le reste en une seule pièce à la manière d’un cardigan. On assemble ensuite le tout sur un même câble et on termine en rond continu (comme un pull). On ne s’ennuie pas et surtout cela va assez vite. À peine 4 jours et le petit pull était terminé, bloqué, fils rentrés et boutons cousus (6 tout de même).

ALEX2949

Ce que j’ai aimé : Le modèle est très bien rédigé, accessible pour tous et pas du tout monotone. Les rayures rythment bien la réalisation, même pour les manches ! Pour l’avoir vu sur d’autres enfants, je peux même ajouté qu’il est bien proportionné et fait son petit effet !

ALEX2950

Ce que je n’ai pas aimé : aucun rapport avec le patron, c’est le fil qui m’a fait crissé des dents. Point de snobisme vis-à-vis de l’acrylique, c’est la sensation du fil plastique sur les aiguilles en métal qui m’a hérissé le poil.

ALEX2947

Ce modèle remporte donc tous les suffrages, tant chez les heureux nouveaux parents, que chez nous ! Si bien que le jour où il a été offert, nous en avons reçu un nous-même à la maison pour notre petit garçon tout frais. Une coïncidence amusante si je n’avais tout juste pas oublié que j’avais passé commande de mes préférences à la copine tricoteuse en question 🙂 Neurone unique coucou ! D’ici à voir les deux petits bouts de chou avec leurs pulls identiques, j’espère avoir récupéré toutes mes capacités intellectuelles. J’y travaille !

ALEX2946

Hattie, un intemporel tout en mousse !

L’été se termine et ma saison des tests en folie avec ! Ils m’auront bien occupé autant les doigts que l’esprit. Tester des patrons pour des designers et un vrai boulot, surtout quand tu es un peu tatillonne comme moi. Des photos les mieux possibles et des suggestions les plus fines qui seront laissées à l’appréciation du designer au final mais mieux vaut se mettre dans la peau de la personne qui tricote quel que soit son niveau…

Pour celui-ci c’est avec une designer que je ne connaissais que via Instagram, notamment  avec les modèles Katie ou Leaves or Not, et aussi dernièrement avec la sortie de son modèle Mavis Baby Set.

ALEX2899

Modèle : Hattie de Karen Borrel alias Oomieknits disponible de la taille 1 à 12 ans. Un cardigan ou une veste légère se fermant pas 2 voire 3 boutons. Modèle féminin exclusivement de par le léger ajout de petits trous sur toute l’encolure.

IMG_9672

Fil : Je voulais démarrer le test rapidement et voulais piocher dans mon stock. J’avais au choix une laine rustique détricotée d’un pull à moi ou alors de l’acrylique dont je m’étais servie précédemment pour la couverture de bébé de nos amis en avril. Je devais compléter avec d’autres pelotes mais ce fil avait l’avantage d’être disponible à côté de chez moi (mes chevilles poteaux me portaient pas trop loin à l’époque) et être lavable en machine : Canadiana Solids (new) de Patons North America en coloris Med Grey Mix. J’ai utilisé 480m / 525 yards (option manches longues !)

Taille : J’ai réalisé la taille 4 ans pour ma presque 3 ans. Je pense que pour le printemps prochain ce sera sa taille, voire l’automne 2018 !

IMG_9671

Réalisation / modifications : la seule modification majeure que j’ai apporté au modèle, après accord avec la designer et d’opter pour un rendu en manches longues. Au Québec, les manches courtes ou 3/4 peuvent être parfois une aberration (quoique mon pavement…) encore plus pour des enfants en garderie. L’hiver est long et laisse toujours place à un printemps frisquet (en mai).

IMG_9602

J’ai donc continué les manches plus longues en incluant à intervalles réguliers des diminutions sous la manche pour affiner sur l’avant bras.

Ce que j’ai aimé : le patron est extrêmement bien détaillé. C’est limite du pas à pas, rang après rang et cela pour toutes les tailles. Les débutants sont alors privilégiés. J’ai été un peu déstabilisé au début, je cherchais bien plus compliqué. Il suffit de se laisser porter ligne après ligne.

J’ai aimé également la petite finition des manches avec quelques tours en aiguille plus petite pour affermir le bord (même procédé pour le col).

IMG_9673

Ce que j’ai moins aimé : J’avais oublié combien le point mousse peut être long. Et même si je tricote en mode continental depuis toujours (assez rapide sur les mailles endroit), j’ai eu une pointe de lassitude. Et pourtant c’était du fil worsted, c’est-à-dire assez gros !

Ma bande de boutonnage (où chacun choisit le nombre de boutons à faire correspondre) n’est pas super régulière sur le bord mais c’est souvent le cas avec le point mousse, avec un fil trop souple de surcroit.

ALEX2897

J’ai aimé l’expérience de ce test, même si celui-ci ne se passait pas forcément comme les autres que je pouvais faire : les échanges sur le patron étaient concentrés par courriel avec la designer directement, pas entre les tricoteuses. D’un côté cela permet de chacun être impartiale sur la compréhension du patron mais d’un autre, on peut parfois se sentir un peu démunie ou idiote.

J’ai en tout cas été conquise par la manière qu’a la designer d’accompagner son lecteur/tricoteur. Le modèle est assez simple et se tricote rapidement (si on aime le point mousse c’est sûr) et il reste assez facile à agencer avec les vêtements des fillettes (même la mienne qui n’est pas fifille fillette girly à souhait), gros bon point pour moi (à défaut d’être mixte.

La veste Camille : mini mini mini !

Un été à la maison pour cause de fin de contrat et de gros bidon en formation, j’ai continué sur ma lancée des tests-tricots ! J’avais l’avantage d’être connectée en journée pour voir les messages des designers en France et ai capté le message de Lili comme tout qui cherchait des testeurs pour son prochain patron nommé Camille, une petite veste en point de riz, un grand coup de coeur chez Julie (aka Lili comme tout).

ALEX2883

Modèle : Veste Camille de Lili comme Tout, disponible de la taille 1 mois à 4 ans sur Ravelry. Un style caban, du point de riz, une coupe raglan et un rendu Mixte 🙂

Taille : la taille la plus petite : 1 mois. C’est vraiment tout mini. Avec cette taille de laine worsted, j’utilise 190 m / 210 yards de fil et des aiguilles 5.5mm (selon mon échantillon).

ALEX2876

Fil : Classic Worsted de la marque O’Wool, coloris Peacock. Très difficile à prendre en photo, la couleur est réellement un bleu-vert canard. Tu sais vraiment dans le cou du canard… C’est ma copine Clelola qui m’a déniché ces écheveaux dans son stock. Des écheveaux courts (90m) qu’elle peinait à assigner à un modèle. On troque, on échange, et on est ravies ! pour cette fois c’est moi !

Boutons : 6 boutons de 14 mm de diamètre. J’ai utilisé des petites boules anis (la couleur est éclatée sur les photos). Anis et Canard, je sais j’ose !

ALEX2881

Réalisation / modification : Lors du lancement du test pendant l’été, il y a eu pas mal d’interrogations des participantes qui ont permis d’affiner ou simplifier (selon les cas) les informations pour être comprises par tous ceux qui le réaliseront. Et c’est ça que j’aime vraiment dans ces aventures des tests.

ALEX2886

J’ai appris plusieurs choses durant ce test, des “habitudes” de tricot, des conventions et surtout : de quelle manche parle-t-on quand on dit gauche ou droite…. Oui je sais c’est ridicule mais en demandant autour de moi, ce n’était évident pour personne. La plupart du temps ça n’a pas grand intérêt, les manches étant identiques. Or ici les petites pattes de boutonnage changent la donne. Si tu ne comprends pas la même chose que l’auteur, ta patte de boutonnage démarre mal, voire se rabat face cachée 🙂

Donc Julie m’a donné la clé que je suivrai religieusement désormais je suis sympa je partage soyez attentifs :

le côté gauche/droite est toujours à comprendre

par rapport au vêtement PORTÉ

(et non au vêtement quand on le pose devant soi et qu’on le regarde).

ALEX2885

Attention : la seule difficulté du patron pour une débutante, et s’il faut en citer une : bien suivre le point de riz et prendre un peu de recul de temps en temps pour être bien sûr que notre cerveau ne se remet pas en mode côtes.

ALEX2882

Ce que j’ai aimé :

  • le point de riz : incontestablement c’est adorable ! Par contre je le réserve évidemment pour des vestes et pas pour des gilets/cardigans. Cela donne une épaisseur non négligeable.
  • Pas de couture ! Oui le modèle est un top-down (tricoté du col vers le bas de la veste) avec des manches raglan.

ALEX2884

Ce que j’ai moins aimé : éventuellement j’aurai vu le modèle un peu moins large et un peu plus long. Pas grand chose, juste l’histoire de 2-3 mailles au final. Mais je pense que cette impression ne tient qu’à la taille 1 mois, car je sais que le bébé est assez immobile à cet âge et il y a pas vraiment de risque qu’il prenne froid même si c’est ample sur les côtés. On le pose, on le cale et il reste tel quel (utopique ?).

Je suis curieuse de voir les autres réalisations des testeurs sur des enfants. Pour me rendre un peu mieux compte du ratio hauteur/largeur et du style pour des plus grands bambins pour éventuellement le refaire pour ma petite blondinette.

ALEX2878

EnregistrerEnregistrer

Frosted Alpine pour un premier hiver

L’un des collègues du Duc est devenir fier papa en début d’été. Nous avions rendez-vous avec une partie de leur équipe pour une première rencontre groupée, en cette fin d’été. Outre un petit anneau de dentition cousu main et un cadeau commun d’une garde robe, je voulais mettre une petite touche tricot pour sa venue. Quand les amis savent que tu tricotes/couds, ça fiche toujours un peu mal d’apporter un cadeau du commerce… Enfin moi je le ressens comme ça.

Plus que la valeur du cadeau, c’est surtout l’implication qu’on y a mis. Enfin c’est mon point de vue… Qui dit nouveau-né d’été, dit bébé d’hiver, dit hiver québécois, dit tuque ! CQFD !

Modèle : Frosted Alpine Hat de Tanis Lavallée, la designer et teigneuse de laine derrière la marque Tanis Fiber Arts. (elle fait des podcasts en anglais aussi ! et est canadienne !)

Taille : c’est là la plus grande interrogation de ce modèle. J’ai fureté pas mal pour essayer d’évaluer quelle taille choisir pour un bébé né début juillet qui aurait donc 6 mois au début de l’hiver québécois. Il y a 5 tailles de Infant jusqu’à adulte. J’ai opté pour BABY (la 2e taille) mais je trouve le rendu assez grand toujours.

Fil : C’est donc une association de 3 laines différentes qui se croisent pour changer de manière graduelle. Beaucoup de tests, de démarrages, pour finalement me retrouver avec exactement la même association que pour le Merriment Bonnet fait pour Esther quand elle était bébé.

Fil blanc : Casa de la Maison Tricotée, coloris Elizabeth Zimmerman, précédemment utilisée pour le Saffran Cardigan : 44m / 48 yards.

Fil jaune moutarde : Casa de la Maison Tricotée, coloris Benoîte Groulx du même cardigan Saffran mais aussi le Camille Babe : 66 m / 73 yards.

Fil bleu/vert canard : Sofknit Cotton de Rowan, coloris Seaweed (581) utilisé sur le Merriment Bonnet : 26 m / 28 yards. Le fil est discontinué malheureusement, c’est-à-dire qu’il ne se fait plus.

Réalisation : le bonnet se démarre par le haut et c’est assez rare pour être mentionné. On démarre avec quelques mailles sur des aiguilles double pointes, c’est plus facile, puis on augmente très rapidement pour agrandir et former l’arrondi. Les insertions de couleurs se font en suivant une charte sur le patron et dans une partie toute droite. Pas de grande difficulté donc si ce n’est de croiser les fils sont serrer pour permettre aux tours de tête généreux de s’y loger sans soucis.

Je n’ai pas réalisé de tresses ou cordons pour cette fois-ci car le destinataire sera assez jeune pour ne pas tirer sans cesse dessus une fois bien emmitouflé dans sa camisole de force hivernale combinaison de neige. Maligne !

Pas de pompon non plus pour ne pas gêner si la combinaison comporte une capuche !

Crochet : le patron propose de faire quelques points au crochets sur le bord du front du bonnet pour éviter qu’il ne rebique un peu trop. J’ai prolongé le plaisir pour des finitions plus nettes en faisant un tour complet, en commençant par le milieu dos du bonnet.

Ce que j’ai aimé : associer les couleurs, même si ça m’a pris un temps fou au regard de la rapidité pour le tricoter. Quelques heures devant une bonne série et quelques coups d’oeil sur la charte pour ne pas faire de bêtise, le tour était joué.

Ce que je n’ai pas aimé : voir le bonnet immense à côté du destinataire si petit. Ok, il a pour le moment 1 mois et demi, mais j’ai du mal à imaginer qu’à 6 mois il lui ira parfaitement. Les tailles ont l’air un peu surdimensionnée non ? Ou alors faire comme Taloline, une doublure en polaire pour éviter les courants d’air entre mailles et convenir aux tours de tête plus classiques.

Un retour donc en demie-teinte, pas convaincue par la taille du bonnet fini.

Vais-je sauter le pas pour cet hiver

ou rester bornée sur mon patron de bonnet oreilles préféré : le Quynn !

 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Un soupçon de Saf[f]ran

Mon goût pour le jacquard a débuté il y a deux ans. Un chalet entre amis, un canapé confortable, des chutes de laines en pagaille et je réalisais le béguin Merriment. Un bel entraînement pour comprendre la technique sur des rangs courts, le jeu de l’enchaînement des couleurs et la tension idéale à appliquer. Avis aux débutantes !

Excès de confiance ou bouillonnement d’hormones plus tard je me lançais dans le pull Stasis. A combiner avec la naissance d’un bout de chou, j’étais un peu maso, mais il me fallait un tricot défi, pour me prouver que je savais faire plusieurs choses en même temps en plus d’allaiter . C’est toujours mon pull réconfort même si il est devenu oversize/bien trop grand depuis le départ en vacances de ma poitrine… Cet hiver ils vont se retrouver, enjoy !

ALEX2760

Modèle : Pendant que certains se lancent dans la période de plantation du safran (coucou BIAO du Domaine de Gauville 🙂 ), moi je me suis lancée sur le Saffran Cardigan de Nicolina Lindsten sous la marque Docksjö Design

ALEX2758

Fil : les deux couleurs étant croisées sur l’intégralité du modèle, je voulais prendre le même fil/même marque pour les deux couleurs. J’ai opté pour la laine CASA, 100% laine qui s’adoucit grandement au blocage et surtout lorsqu’elle est portée. Mon pull Bloomsbury est un de mes chouchous pour cela ! 340m de jaune Benoîte Groult et 130m de blanc Elizabeth Zimmerman.

Le steeking est la technique qui consiste à couper le tricot pour transformer un pull en cardigan, il est fait avec une laine contrastante, pour ne pas risquer de couper par erreur le mauvais brin. (je vous en parle plus bas) Il s’agit de Berroco Vintage, utilisée pour un bonnet d’enfant. Les chutes c’est formidable !

ALEX2763

Taille : réalisé ici en taille 3 ans soit 98 cm, il est disponible de la taille Nouveau-né (il me fait de l’oeil aussi) jusqu’au 13 ans soit 162cm…. eh ! mais c’est justement ma taille le 13 ans. Oh oh oh ! Ma grande fille culmine à 87 cm à presque 3 ans, la bonne blague, elle le mettra cet hiver à souhait et surement le suivant. Bon calcul Perrin ! mais non je ne coordonnerai pas mes vêtements à ceux de ma fille…

Réalisation / modifications : j’ai essayé au plus possible de coller au patron. Je dis “essayer” parce que les explications ne sont pas un exemple de clarté ni de logique. Le libertés à prendre sont avec la grille essentiellement. On est laissé un peu seul et les manches sont même carrément un peu aléatoire. Faire et défaire, lot de ce petit projet.

ALEX2766

Après blocage je confirme mon hésitation sur le nombre de mailles relevées pour les bandes de boutonnage. Il en manque peut-être 2 ou 3 et c’est un peu dommage. Aucune indication dans le patron, ils disent juste d’en relever autant de chaque côté : une révélation pareille c’est assez dingue !

ALEX2768

La technique du Steeking : c’est là la grande découverte de ce patron.  Le patron de ce cardigan se tricote en pull, soit en rond continu. On relève ensuite deux parties en côtes pour faire des bandes de boutonnage et ensuite on doit couper au centre !!! Rhaaaaa !

IMG_9301

Ma copine Eva l’avait déjà fait pour un modèle adulte Angry Sleep cardigan et un enfant Gilipeysa, je lui faisais donc confiance pour m’épauler lors de cette délicate étape. Le patron préconise la méthode qu’elle connaissait, soit celle du passage sous la machine à coudre. On fait deux coutures droites ou zigzag pour tenir les mailles de cette partie centrale éphémère, on coupe, puis on enferme les deux petites parties latérales dans un ruban pour tenir bien le tout.

IMG_9339

Au final, Ariane de la Maison Tricotée m’a parlé d’une autre technique, celle qui associe tricot et crochet (elle vous parle de tout sur le blog de la MT dès la rentrée !). On monte une bande de mailles serrées de part et d’autre de la maille centrale de la bande de steek. On coupe ensuite et comme par magie, cela tient bien les mailles coupées, et comble de bonheur ça rabat les bandes vers l’intérieur. Le résultat souhaité à savoir la séparation est bien finie et bien plus rapide. Option testée et approuvée !

ALEX2677

ALEX2764

Ce que j’ai aimé : Outre le design général et la couleur choisie (platement copié sur le modèle présenté), j’ai aimé associé deux laines épaisses, ce qui donne un effet veste, parfaite pour nos saisons. La bande de côtes en bas et aux poignets est très agréable autant à l’oeil qu’à la tenue.

ALEX2765

Ce que je n’ai pas aimé du tout : la rédaction du patron ! Je ne vais pas sacrer ici mais j’en suis vraiment pas loin ! Ce n’est clairement pas un patron très accessible aux tricoteurs du dimanche, sans sens de la débrouille. J’ai appris à me détendre de ma rigueur habituelle, pour vraiment obtenir un gilet portable à la fin. Le problème comme expliqué plus haut, vient de la grille du jacquard qui ne s’adapte pas vraiment aux diminutions de l’encolure/yoke. J’ai essayé au plus possible de ne pas démarrer de flocon si il allait être mangé par le raglan, mais ce n’est pas toujours le cas. Rien de rédhibitoire j’adore ce mot pour l’oeil mais ça peu chiffonner les maniaques de la symétrie et du plein.

Pour les manches c’est là aussi le néant total. Tu ne sais pas bien nagé et on t’appuie sur la tête ! Les indications du motif sont difficiles à comprendre. Je suis partie en mode freestyle après avoir défait les 8 premiers centimètres de manches, une bonne dizaine de fois.

ALEX2762

Au final, j’ai choisi des boutons bois plutôt foncés travaillés dans un style proche des flocons, trouvés chez J & L Couture à Montréal. Après essai avec des clairs, ça jurait limite même plus qu’avec des foncés. Je suis emballée.

Je l’aime vraiment beaucoup et le regarde dans la penderie tous les deux jours tellement il me plaît…

Vais-je flancher et m’en faire un aussi, malgré ce patron pas écrit Perrin-Friendly ?

ALEX2767

EnregistrerEnregistrer

J’ai le Béguin pour Septembre…

La famille Perrinpimpim s’agrandit en fin d’été et passées les premières angoisses et retenues, je commence doucement à lorgner les modèles pour mini-humains et préparer un joli trousseau à ce bébé de septembre. Fille ou garçon, c’est vraiment la dernière préoccupation pour le Duc et moi, on tranche dans le mixte comme toujours, car on goûte très peu le rose girly dont on veut systématiquement affubler les fillettes, ni la triste sobriété qu’on croît devoir imposer aux petits garçons ou alors camions et dinosaures.

ALEX2771

Modèle : Béguin Pierre Louise de Emilie Luis ou l’Atelier Emilie en taille 0-3 mois.

Fil : Basic Merino des Laines Katia, couleur Taupe (67m/74 yds) et la Pure nature de Bergère de France couleur Jonquille pour le pompon. J’ai déjà utilisé la Katia pour un petit pantalon et je sais qu’elle a tendance à bien se détendre. Une chance que les hivers durent par chez nous. 70m de fil ont suffit !

Réalisation / modifications : pas de modifications pour cet adorable béguin qui a fait l’unanimité parmi toutes les personnes l’ayant tricoté. La seule difficulté pour moi a été de bien me souvenir de serrer la première maille pour le démarrage des noppes. Sinon celle-ci est plate et sans forme ni rebond.

ALEX2777

Ce que j’ai aimé : la rapidité d’exécution de ce modèle, mais je pense que le voir porté sur notre bébé sera vraiment le nec’plus ultra. Ça m’a légèrement donné envie de finir toutes mes chutes de laine dans ce modèle, mais tout le monde ne goûte pas ce style alors je restreints mes pulsions.

ALEX2773

Ce que j’ai moins aimé : nothing at all ! C’est un succès !

ALEX2772

L’été est déjà moitié passé, nous espérons que Septembre sera synonyme d’un bel été indien digne de ce nom. Sinon le moral des Québécois sera vraiment pas folichon… Les fraîches matinées, nous pourrons nous balader avec un petit pompon jaune dodelinant au sortir de l’écharpe autour de nous.

ALEX2775

EnregistrerEnregistrer

Entrechat Bonnet, un test pour Frogginette

Ma période de repos à la maison est mise à profit pour compléter la liste des 1001 choses que je remettais au lendemain. Pour pimenter un peu la chose, je m’autorise à consulter les appels au test qui apparaissent sur les groupes et sur Instagram. Sans me mettre la pression pour autant, je me suis lancée dans celui du Goten de Maman Crotte sans trop regarder à la date de rendu des copies. Un brin de pression plus tard j’étais dans les temps mais j’ai appris de mes erreurs frayeurs. Celui-ci était pour un bonnet et avec un délai largement dans mes cordes. Bingo ! il m’a fallu une soirée pour le terminer.

Modèle : Worsted Entrechat Bonnet de Lisa Chemery alias Frogginette, c’est-à-dire le patron avec un fil assez gros pour être tricoté en 4-5mm. J’ai réalisé la taille 12-24 mois et utilisé 90 m. Il existe aussi avec un fil Fingering et un fil DK et peut-être acheté seul ou dans un e-book pour obtenir le même patron mais selon trois sortes de fils différents (fingering-dk-worsted)

Fil : Lamb’s Pride Worsted de Brown Sheep. C’est un mélange très doux de laine et de mohair. J’avais réalisé un pull Flax pour mon neveu Robin, puis ajouté ce fil dans mon bonnet jacquard Pasture and Woods et celui du Duc : Oak Leaf Beanie. C’est un fil chaud et doux, un peu pelucheux.

Réalisation / Modifications : Je connaissais la designer Lisa Chemery, grâce à ses patrons comme le manteau Latte Baby réalisé deux fois pour les manteaux d’automne ou celui de robe Summer into Fall que ma copine Taloline avait réalisé pour ma fille. Elle en était très satisfaite, moi aussi, la coupe flatteuse et les explications claires. Je pouvais y aller les yeux fermés. Et j’ai eu raison ! Le patron en test était parfait et n’a récolté que quelques remarques et ajustements pour la rédaction.

La construction du béguin est simple et part du front vers la pointe arrière. Puis on rajoute une i-cord sur les contours. Il faut juste s’assurer que la partie avant les diminutions soit bien haute pour offrir une profondeur satisfaisante au bonnet… et avoir les côtés du visages suffisamment couverts (ne pas oublier qu’il fait -20 chez moi l’hiver = vive la Cold Cream).

Ce que j’ai aimé : le design me paraît assez mixte (surtout pour une version plus baby qu’enfant) et aussi la finition en i-cord devant et au cou qui donne un arrondi et un rendu très propre. Monica, sors de ce corps.

J’ai mis un soir à la réaliser dans sa plus grande taille

devant une bonne série : gros point positif !!

Ce que j”ai moins aimé : esthétiquement je cherche toujours à voir un modèle avec des diminutions de l’arrière de ces béguins sans des bords saillants. Je n’ai pas encore trouvé de techniques pour que ce soit bien arrondi. Peut-être est-ce impossible, ou alors suis-je juste un peu trop perturbée dans ma tête c’est sans doute ça ceci dit. Cela s’adoucit une fois sur la tête du bambin par contre !

Le bonnet de la demoiselle pour l’hiver prochain est donc fait (même si le Quynn de l’an passé est encore largement portable). Ma to knit list avance !!

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Cardigan Goten

Lorsque qu’un patron de tricot (comme de couture) est mis à disposition du grand public, qu’il soit payant ou gratuit, il a généralement été tricoté de nombreuses fois. Et c’est ce qui va garantir que peu ou pas de coquilles demeurent dans les explications. Les designers de ces patrons font donc appel à toute leur patience pour tester les différentes tailles mais aussi à leurs ami(e)s ou à des testeurs/testeuses sélectionnées ou tout simplement volontaires.

Pour ce modèle, je n’ai pas hésité longtemps et pour plusieurs raisons. La première, j’ai tout intérêt à produire un petit modèle pour les premiers mois de mon bébé à venir, mais aussi parce que la designer en question est prolixe et produit de nombreux modèles. Elle est aguerrie à gérer un test et ses réponses et ne débute pas en tricot (ça promet des grattages de tête en moins). Puis non des moindres, j’ai réussi, malgré le décalage horaire à voir le message à temps avant que la horde de testeurs habituels soit déjà sur les rangs ! Ben oui quand tu as 6h de décalage avec l’Europe et que tu travailles des horaires de bureau classiques, tu rates souvent le coche.

Modèle : Le cardigan Goten de Marianne Munier, connue dans le petit monde du design tricot sous le pseudonyme Maman Crotte. Il est disponible de la taille naissance à 18 mois. Le même modèle existe ensuite pour les tailles 2 ans au 12 ans sous le nom Gohan.

Le modèle est payant mais a la particularité d’être vendu au profit exclusif de la Lutte contre le cancer, comme tous les modèles de Marianne Munier. Les bénéfices sont reversés intégralement pour la recherche. Un geste fort, noble et qui mérite d’être encouragé.

Taille : J’ai réalisé une taille 3 mois. Je trouve que le modèle taille juste voir un peu plus grand, surtout si la poussée de croissance fulgurante de votre bébé est plus tardive.

Les dimensions finales de mon cardigan après blocage sont :

  • Largeur de corps : 23 cm
  • Hauteur bas vers emmanchures : 17 cm
  • hauteur de la bande de boutonnage : 24 cm
  • Manche du bord à l’encolure : 30 cm
  • Manche du bord à l’emmanchure (aisselle) : 15 cm
  • Largeur de manche : 8,5 cm

Fil : après l’avoir utilisé une première fois lors du Rocky Pants, j’ai opté pour la Baby Merino de Drops, j’ai acheté une nouvelle pelote pour compléter le reste dont je disposais. J’ai utilisé des aiguilles 3.5mm puis 3.25 pour les les côtes (car je n’avais que cela sous la main) pour un total de 290m/315 yds de fil.

Boutons : c’est là la touche émouvante de cette réalisation. J’ai utilisé des boutons en étain “argentés” donc, signés “équipements militaires” trouvés dans la boîte à boutons de ma grand-mère, récupérés vraisemblablement sur les uniformes de mon Papi durant l’occupation ou son service miliaire. Les racines picardes ressortent à 6000 km de la ferme familiale, pour un futur bébé après une génération aujourd’hui disparue. J’ai utilisé 6 boutons pour ma part dans un diamètre légèrement plus gros que préconisé pour garantir de garder le gilet fermé.

Réalisation / modifications : Ce modèle de gilet se démarre par un montage provisoire au col et se tricote du haut vers le bas. Un raglan pour former la poitrine et des manches qui se continuent ensuite. Pas de couture non plus pour les bandes de boutonnage ou d’encolure, celles-ci sont relevées directement sur le corps et le montage provisoire initial. Pas de modifications à prévoir, le corps est suffisamment ample pour permettre d’habiller un bébé facilement. La longueur du corps semble correcte, ainsi que les manches, même si j’avoue avoir un peu oublié la taille estimée d’un petit bébé de 3 mois. Mon premier bébé était du modèle crevette !

Ce que j’ai aimé : La phase de test a été plaisante, les échanges nombreux et constructifs entre les différents testeurs. J’aime particulièrement le côté mixte du modèle. Je n’aime pas particulièrement les vêtements genrés tant par leur couleur que par leur style/coupe. Oui au gris/sombres pour une petite fille, oui aux torsades pour un garçon… J’aime les détails comme le cou resserré bien haut. Je trouve souvent que les cardigans d’enfant sont trop décolletés, les tee-shirts dépassent alors sans arrêt (problème existentiel j’avoue). Je vois aussi tout à fait le modèle dans une version coton bien plus printanière !

Ce que j’ai moins aimé : la partie de relevage des mailles pour les bandes de boutonnage n’est jamais une partie de plaisir. Ne pas donner de nombres précis de mailles entre chaque boutonnières m’a un peu mis dans une position incertaine. J’ai calculé le nombre de mailles relevées sur la hauteur, et j’ai déduit de quelques mailles pour le haut et bas du gilet puis diviser les mailles restantes par 5 ou 6 suivants le besoin de fermeture serrée entre les boutons. Un peu trop de devinettes et de calculs pour un débutant et un risque de tout de voir démonter pour tenter un autre calcul une fois la bande terminée et un aperçu de son rendu.

C’est donc un modèle que j’ai aimé testé tant pour son aspect final que pour l’expérience du test qui a été plutôt détendue et bien encadrée. C’est avec plaisir que je m’y risquerai de nouveau pour cette designer. Sans compter sur la dimension altruiste de son travail.

J’ai hâte de voir ce petit modèle porté dans la froidure de l’hiver canadien, lové dans nos manteaux en plumes. Mais avant c’est l’été, ok ?!

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Pavement, ou la tentation du fin du fin !

Quand Emilie et Paule ont lancé le KAL (knit-along) du fameux chandail en fingering, j’ai vu là un beau prétexte pour me relancer dans un pull/chandail/sweater tout fin comme j’avais pu faire le Princess Fiona l’an dernier. Un modèle que je porte très souvent tant j’apprécie le côté léger du rendu final, fin, le motif délicat et en même temps le côté chaud du mérinos.

Modèle : Pavement de Veera Välimäki. Il s’agit d’un modèle payant disponible du XS au XXL.

Taille : Je ne me suis pas laissée berner cette fois-ci. En prenant mes mesures, j’ai tendance à devoir faire la taille XS, mais je lave généralement ce type de pull avec du nylon dans le fil directement en machine (programme délicat pour les pulls et pas trop nombreux en même temps pour éviter le feutrage), et mes pulls ont tendance à rétrécir un petit peu. Il était donc important que je vois suffisamment grand et pas trop hyper ajusté. Le volume de mon buste étant également sujet à augmentation à l’automne, je voulais assurer mes arrières, ou avant, enfin bref tu comprends… J’ai donc fait la taille S, en ajustant mes aiguilles pour être en accord avec l’échantillon voulu et suis donc partie sur des aiguilles 4 mm (au lieu de 4.5mm) et 2,75 mm pour les parties mousse (au lieu de 3 mm).

Fil : On ne change pas une équipe qui gagne et je persiste dans mon coup de coeur pour la Riverside Studio Merino Sock qui contient du Nylon (aka fil à chaussettes). Le fil est bien tordu, résistant et les nuances de couleurs me plaisent beaucoup. Le coloris est Indigo, une tuerie dénichée à la Maison Tricotée !

Réalisation / modifications : Pas de modification hormis le changement d’aiguille (mais votre Honneur c’était pour convenir à l’échantillon !) J’ai conservé la longueur totale qui rajoute du drapé grâce à l’aisance positive imposée. Il vaut mieux être plus taillée comme un phasme que comme une bille pour ce type de coupe. Je garde mon optimisme pour dans quelques mois et fait appel à une gentille copine pour jouer les modèles du jour.

Une autre copine me surveille de près pour que je ne porte pas le pull avant de retrouver ma ligne. Je risquerai de le déformer en l’étirant au niveau du ventre et créer une “poche” disgracieuse” à cet endroit par la suite. Après quelques incartades à la maison, promis il est rangé Caro !

Ce que j’ai moins aimé : La meeeeeerrrr de jersey pour le corps des emmanchures au bas du pull. C’est assez monotone mais garanti la forme boxy… En fingering il a fallu s’armer de patience et de nombreux trajets en metro/bus jusqu’au bureau… Pas de diminutions pour le corps c’est un tube tout droit.

Ce que j’ai aimé : sa construction en Top-down, du haut vers le bas, avec cette formation si particulière des épaules. J’ai eu quelques doutes au départ mais sitôt qu’on démarre le corps sous les emmanchures, le tout s’harmonise bien et les proportions correspondent bien la taille souhaitée. J’ai aimé aussi manipuler ce fil si agréable et qui s’adoucit grandement encore au blocage. (mais je ne crains pas du tout).

La finition du bas du pull en vague est assez simple à réaliser. Et apporte un côté non-strict et cool que j’aime aussi particulièrement.

Étrangement je ne regrette pas d’avoir conservé la taille 3/4 des manches qui ajoutent à la finesse du modèle (là je parle du patron, pas de moi ^^). Les finitions point mousse des extrémités du pull est aussi une belle découverte.

Le printemps est désormais lancé (oui enfin on est sur le bord…) et c’est le vêtement parfait pour cette période, porté sur des sous-vêtements seuls ou un petit débardeur/camisole. L’avantage avec notre automne (été indien) c’est que je pourrais me rattraper rapidement en octobre ! Vivement !

Rhha mince j’ai encore fraudé Caro !!